Alfred Marie-Jeanne en plein complot.

Alfred Marie-Jeanne en plein complot.
décembre 15
19:08 2017

C’est sur les ondes de la radio RLDM (Radio Levé Doubout Martinique), à l’occasion de son émission hebdomadaire « La parole au peuple », que le dimanche 11 décembre Alfred Marie-Jeanne a lancé une offensive : « Jean-Philippe Nilor n’est pas son député ». Et que Claude Lise le président de l’Assemblée participe, comme le G20, Bruno Nestor Azérot et le PPM à un « complot » fomenté contre sa personne. Nous avons retranscrit par écrit l’intégralité des propos échangés avec deux auditeurs sur ce « complot ». Echanges qui ont eu lieu en créole, mais que nous reproduisons en Français. Auditeur : Moi j’estime que le seul député que qu’il nous faut avoir c’est Jean-Philippe Nilor, bon ! Nous n’avons pas de sénateur, nous n’avons pas d’autre député.AMJ : Ce n’est pas mon député.. Auditeur : Tout ce qui n’est pas pour vous, est contre vous !AMJ : Ce n’est pas mon député vous dis-je !Auditeur : Peut-être vous, mais moi c’est mon député. AMJ : C’est votre problème, je vous dis, je ne suis pas d’accord Auditeur : Nous ne sommes obligés d’être d’accord sur tous la sujets ; AMJ : Parce qu’il est dans (bagaye-la : ndr, inaudible) … si je vous le dis, je n’ai pas peur de le dire carrément, c’est votre problème, les histoires de complot je ne suis pas dans ça. Auditeur : Ils ont compté sur lui… Mais moi je ne suis pas dans un complot AMJ : Oui vous êtes dans un complot. Un second auditeur : N’avez- vous pas l’impression que le C20 est déjà en place, s’est déjà mis en place pour vous attaquer ? AMJ : Et bien moi, je vous dirai quelque chose de bien simple, le G20, Monsieur Jean-Philippe Nilor et le PPM réunis et Nestor Azérot, tout le monde ne l’a-t-il pas entendu ? Tout le monde le sait, ils ont dit qu’ils vont me mettre dehors. Le problème est que je demande simplement de rester en vie, je serai en vie et il y aura moi en face du G20. Vous n’avez pas encore compris ce que je vous ai déjà dit-là ? Je serai là en face du G20, et vous choisirez, c’est tout . Je suis en paix avec mon corps (ndr : « ma conscience »). Je l’ai dit, le répète pour la énième fois, le G20 en face de moi, il n’y a aucun problème. Et c’est pourquoi je l’ai dit, et je le répète, tous ceux qui veulent partir, peuvent partir. Il y aura toujours d’autres personnes qui viendront avec nous, parmi les jeunes, ou les élus. Je ne vais pas dévoiler toute ma stratégie non plus. Le G20 a dévoilé sa stratégie, ils veulent me mettre dehors, ils veulent me tuer (phrase inaudible) … ils m’ont menacé de mort, tout ce que je demande, c’est rester en vie. Il y aura des élections si je ne me trompe dans les deux ans, si mes souvenirs sont exacts. Ce sont les élections des maires qui se referont, donc par conséquent je ne compte pas me représenter … Ecoutez, bien, bien, bien ! comme député encore ou maire encore. Je suis là pour la Collectivité territoriale de Martinique, je vous l’ai montré, je viens d’y rentrer et que par conséquent je veux rester là pour assainir la situation. Si zot pas ka fè sa, sé pas zot ka soutiré la vagabonajri sé zot ki kaye ni tô ba mwen! (en élevant le ton et en détachant les syllabes.) Je n’avais aucun problème, je le répète avec Nestor Azérot, je n’avais pas de problème avec Jean-Philippe Nilor, je dis cela en passant, je n’avais aucun problème avec Monsieur Claude Lise. Nous travaillions, chemin faisant quoi, certaines personnes ont pensé à plusieurs choses. Elles ont pensé et ont souhaité cela, que la justice m’aurait condamné. Ils ont fait tout ce qu’ils ont pu, toutes les démarches pour que la justice me condamne. Et je dis à Lise : « Souvenez-vous, Claude Lise, je parle pour vous, que lorsque Césaire vous a mis … Vous savez bien ce qui s’est passé ! Vous connaissez les personnes qui étaient à l’intérieur qui étaient contre vous, les gens qui ont agi contre vous, ils vous ont même mis à la porte ! Ce n’est pas moi qui vous ai mis à la porte, c’est le PPM qui vous a mis dehors, si aujourd’hui vous voulez revenir en « tjè-coco », revenir à la case départ, il n’y a aucun problème à ce sujet, mais aucun complot ne marchera contre moi.

Voici donc, après le désaveu de la politique économique de la collectivité auquel s’était prêté Yan Monplaisir, une mésentente affichée entre une autre composante du Gran Sanblé, le RDM et des forces vives du MIM que représente Jean-Philippe Nilor. Mais là c’est un conflit d’ego, de personnes.

Cette situation conflictuelle va passionner une frange importante de la population, des adeptes du Chaben rebelle de Rivière-Pilote et aussi ses opposants. A ce sujet, l’analyse faite à la hâte par Serge Letchimy sur les ondes de Martinique 1ère – réduisant l’événement à l’affrontement de deux « vides » – a peut-être manqué de sens politique. Juger l’affrontement des élus (de gauche malgré tout !) d’affrontement « du vide contre le vide », au motif qu’ils n’auraient pas de programme, d’idéologie bien définie etc. est peut-être hatif, à un moment où se pose la question du renouvellement des forces politiques en Martinique et peut-être de rallier ces hommes sur le mot d’ordre d’autonomie.

Se pose avec encore plus d’acuité la question de l’adhésion, de la confiance en nos élus et en la crédibilité de la Collectivité Territoriale de Martinique. .
Mais rassurons-nous, la France veille sur nous et ne nous abandonnera pas.

<

p dir= »ltr »>Gérard Dorwling-Carter

NB : Dans Antilla à paraître mardi 19 décembre une interview exclusive de Claude Lise sur ce sujet. Réalisée par Mike Irasque.

Share

Related Articles

0 Comments

No Comments Yet!

There are no comments at the moment, do you want to add one?

Write a comment

Only registered users can comment.

Abonnez-vous à notre newsletter

IMPORTANT

A partir du mois du mois de décembre, votre hebdomadaire ANTILLA paraîtra chaque lundi

Archives

facilisis ipsum eleifend tempus dictum commodo Aliquam
%d blogueurs aiment cette page :