La Chambre de Métiers et de l’Artisanat et le Développement Durable

La Chambre de Métiers et de l’Artisanat et le Développement Durable
novembre 03
06:36 2017

ALICK MARVEAUX, chargé du développement durable à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Martinique Mr Marveaux nous explique le rôle de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, de façon globale, auprès des artisans en matière de développement durable, la mission et les dispositifs mis en place par le service Développement et Animation Economique en termes de réduction des déchets.

Quelles sont les missions assurées par le service Développement et Animation Economique au sein de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat ? Que recouvre cette section ?

Pour comprendre le fonctionnement du service, il faut évoquer d’abord le rôle de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. La Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Région Martinique (CMAR) est un établissement public administratif de l’Etat. Administrée par des artisans, élus par leurs pairs au suffrage universel tous les cinq ans, elle représente les intérêts des entreprises artisanales auprès des pouvoirs publics et accompagne le développement du secteur artisanal. La CMAR assure, dans une relation de proximité, un ensemble de prestations essentielles à la structuration de l’artisanat et au développement des entreprises. Elle propose des accompagnements, associant conseil et formation, afin d’optimiser les chances de réussite des projets des entreprises et des jeunes dans l’artisanat.

Trois grands axes de développement servent de colonne vertébrale à notre action relative au développement durable :

  • la sensibilisation
  • l’accompagnement
  • le conseil et la formation

a) Sensibiliser les entreprises à la problématique du développement durable et à l’impact possible de l’utilisation de certains produits sur la santé, les informer sur leurs obligations, et accompagner celles qui désirent mieux gérer les déchets issus de leur activité, sont pour la Chambre de Métiers et de l’Artisanat des priorités qui se déclinent en plusieurs phases : Par des réunions d’information afin de sensibiliser les porteurs de projets

b) Par un accompagnement plus poussé des chefs d’entreprises, en leur proposant des “prédiagnostic-environnement” où l’on se penche sur un certains nombres d’aspects dans l’entreprise : gestion des déchets, de l’énergie, de l’eau… Des rapports sont remis au chef d’entreprise, avec des suivis qui peuvent durer six mois et s’étendre dans le temps en fonction des besoins de l’entreprise.

c) Par l’appui au montage de dossiers de financement auprès des différents partenaires (Office De l’Eau, EDF, CTM, ADEME, EPCI…), nécessaires aux investissements et permettant la mise en place concrète de la démarche en entreprise tout en limitant ses frais. Avec la signature d’une convention sur 4 ans, l’ADEME est l’un de nos partenaires privilégiés pour accompagner l’artisanat dans la prise en compte du facteur environnemental au sein des entreprises et développer leur compétitivité. Aujourd’hui les nouveaux modèles économiques nous poussent à agir de façon beaucoup plus responsable face à l’environnement.

Quelles actions concrètes sont portées par votre service auprès des professionnels, des exemples précis ?

Nous examinons au cas par cas, la situation des entreprises au regard de son impact sur l’environnement. Le type d’intervention que nous pourrons déployer, dépend de la taille de l’entreprise et du type d’activité. En fonction, nous agissons à différents niveaux :

  • Sur la gestion des déchets en partenariat avec l’ADEME, en ciblant notre attention sur certaines entreprises.
  • L’opération « Garage propre ». C’est un label environnemental, destiné aux garagistes, qui vise à ce qu’ils gèrent leurs déchets de façon conforme aux réglementations en vigueur. S’ils répondent aux besoins énoncés, ils obtiennent ce label.
  • Sur l’économie d’énergie avec une formation sur « l’efficacité énergétique », en connexion avec la RGE, « Reconnu Garant de l’Environnement ». Il s’agit d’une nouvelle qualification à destination des entreprises du BTP en matière de toitures, isolations, chauffe-eau solaires… permettant d’offrir aux clients un savoir-faire de qualité et ainsi leur proposer un certain nombre d’avantages financiers : des crédits d’impôts, TVA à taux réduits, prêts à taux zéro… en parallèle la Chambre de Métiers et de l’Artisanat accompagne les entreprises dans leur démarche RGE.

Ce sont les actions centrales que nous menons.

Ces missions nous imposent donc l’exemplarité envers nos ressortissants chefs d’entreprise et nos apprenants, c’est la raison pour laquelle, nous avons mis en œuvre la démarche “Chambre exemplaire”, qui vise à améliorer l’impact environnemental sur tout ce qui nous entoure : amélioration des conditions de tri, de gestion des déchets de façon globale, amélioration des consommations énergétiques et de la gestion du facteur eau…, en mobilisant l’ensemble des équipes.

Quels sont les moyens mis en place pour arriver à contraindre les entreprises à cette démarche de Développement Durable ?

La Chambre de Métiers et de l’Artisanat n’a pas de force contraignante vis-à-vis des artisans, mais elle est force de persuasion. Notre objectif et notre mission principale est de promouvoir l’artisanat. La DEAL (Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), service de l’Etat, est la structure qui peut agir de manière répressive. Nous faisons toujours le pont entre la réalité et la réglementation, et informons les artisans sur ces réglementations et les sanctions encourues. Le but est de leur faire comprendre les conséquences des actions qu’ils mènent, et les pénalités en cas de contrôle.

Quels types de formations proposez-vous en matière de Développement Durable ?

En matière de Développement Durable, nous proposons un module qui vient s’adjoindre au “stage de préparation à l’installation”, processus obligatoire quand on veut créer une entreprise. Durant ce stage qui dure une semaine, nous dispensons un module qui aborde les problématiques environnementales rencontrées en entreprise. C’est déjà un premier aspect de la sensibilisation et de la formation. Après, il y a aussi la possibilité de poursuivre des formations en entreprise pour le personnel. Il faut préciser que tous les services et les prestations qui sont fournis dans le cadre du Développement Durable à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat sont gratuits. L’audit est gratuit, la formation est prise en charge par des organismes financeurs.

Quels sont les avantages du Label décerné par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat ?

Un Label est toujours quelque chose d’intéressant à avoir. Cela permet de donner une visibilité à l’entreprise et est gage de qualité. C’est une action totalement gratuite pour le chef d’entreprise et qui représente un avantage concurrentiel. Finalement, il a tout à y gagner, car en plus de se mettre en conformité avec la réglementation, on lui offre une visibilité en phase finale de labellisation, lors de la remise de prix largement médiatisée (parution sur le site de la CMAR, et de partenaires comme l’ADEME).

Quels sont les autres maîtres mots que veut faire passer le Service Développement Durable au sein des entreprises ?

Nous essayons de faire comprendre que l’environnement n’est pas que de la réglementation, mais aussi un facteur de développement économique aujourd’hui, avec de nouveaux modèles économiques. Des opportunités sont en train de se créer, ce sont des domaines générateurs d’emplois. Lorsque l’on a une bonne gestion de ses déchets, et qu’on en produit moins ou que l’on rejette moins de déchets dangereux, on limite le coût supporté par l’entreprise. Il faut convaincre par exemple l’entrepreneur qui s’est équipé en panneaux solaires, que cet achat n’est pas une simple dépense, mais un investissement économique, concurrentiel. Il faut changer les manières de percevoir les sorties d’argent, pouvoir viser sur le moyen terme ou le long terme.

Quel sont les autres types d’outils que vous pouvez déployer pour œuvrer en faveur du Développement Durable ?

Par le biais des réunions d’information au cours desquelles nous faisons beaucoup de pédagogie. Elles ont lieu à la Chambre de Métiers ou chez les partenaires, en fonction des besoins. Nous disposons d’un chargé de mission, qui travaille en synergie avec les autres services et institutions au sein de la CMAR pour mener ces actions de promotion du développement durable. Par exemple nous avons eu l’occasion de faire des réunions d’information à la pépinière Nord Créatis au Lorrain, pour des garagistes ou pour des chefs d’entreprises du BTP. En mai dernier nous avons eu l’occasion de faire intervenir la douane pour évoquer les problèmes d’octroi de mer, ou encore de travailler avec la CACEM ou la CTM, sur des réunions d’informations (par exemple en matière de réduction des déchets dans le milieu de la restauration). Nous travaillons en synergie avec ces différentes institutions. Au service Développement Durable nous agissons sur l’énergie, l’eau, les déchets. Une grosse partie de notre mission est dédiée à la gestion des déchets. Cela relevait de la volonté générale, au moment de la signature de la convention, de mettre l’accent sur tout ce qui pouvait relever d’une économie circulaire. C’est dans cette direction que nous voulons aller.

Leïla Gonier

Share

About Author

philippepied

philippepied

Related Articles

0 Comments

No Comments Yet!

There are no comments at the moment, do you want to add one?

Write a comment

Only registered users can comment.

Abonnez-vous à notre newsletter

IMPORTANT

A partir du mois du mois de décembre, votre hebdomadaire ANTILLA paraîtra chaque lundi

Archives

2d14cb263c9f98cd2c543437ae290b63]]]]]]]]]]]]]]]]]]]]
%d blogueurs aiment cette page :