Mars, Souvenons nous de Guy Cabort-Masson nous dit Alex Pascal Ferdinand…

Mars, Souvenons nous de Guy Cabort-Masson nous dit Alex Pascal Ferdinand…
avril 01
06:23 2018

Sur la facebook de Alex Pascal Ferdinand, vu ce jour, dimanche 1er avril 2018, une référence à Guy Cabort-Masson. Juin 1937-Mars 2002. Cela fait cette année 16 ans qu’il nous as quittés.
Co-fondateur d’Antilla, déserteur de l’armée française au moment de la Guerre d’Algérie, car refusant les exactions de ses pairs, intellectuel de haut grade remettant à sa vraie place le combat de Cyrille-Auguste Bissette… Il y a beaucoup de raisons de se souvenir de lui et de respecter sa mémoire.

Mais, il y a en a une de plus que beaucoup ont oublié : Guy Cabort-Masson, fût avec un de ses compagnons, celui qui mît fin aux cérémonies publiques qu’exerçaient les « démocrates » martiniquais, dont d’aileurs son «  beau-père « , Mr Adrassé, homme courageux qui s’était dressé contre l’hystérie qui avait saisi la Martinique lors de l’affaire de l’arrestation des premiers emprisoonés de l’OJAM.

A cette lointaine époque ces démocrates chaque mois d’avril, se réunissaient devant la statut de Victor Schoelcher, dans la cour du Palais de Justice de Fort-de-France, pour honorer la mémoire de l’abolitionniste français. – –( il y a en quelque part, une photo de Victor Lamon et de Frants Agasta, le futur fondateur de la CSTM gerbe de fleur à la main face à la statut de Victor Schoelcher). Les archives du journal JUSTICE, comme celle d’Antilla doivent détenir des extraits de cet épisode et de cette polémique…

Guy Cabort-Masson et ce compagnon qui reste anonyme, mais lequel, hélas, doit détenir des photos de cette manifestation historique, manifestation qui lui (leur) valu une série de polémiques et d’écrits hostiles (voir le journal JUSTICE de cette époque), mais néanmoins qui eut de l’effet puisque depuis ce jour, cette cérémonie d’avril cessa définitivement …(HP)
Aujourd’hui nous publions un document où un des 4 insoumis de Martinique et Guadeloupe, Daniel Boukman, avait adressé une mise au point à notre journal, en réponse ou en prolongation à un des mes éditos et qui apporte d’utiles précisions sur toute cettte période…

Insoumis, déserteurs, dissidents (suite)

En fin d’éditorial de ANTILLA du 3 juin 2016, un appel est fait aux historiens de Martinique et de Guadeloupe pour qu’ils contribuent à fournir documents et autres données.
Ne faisant pas partie de cette catégorie d’intellectuels, je ne suis pas habilité à répondre à cet appel, toutefois jouissant du bénéfice de mes 4 fois 20 ans, je peux apporter quelques précisions à même de rectifier une ou deux erreurs.
En ce qui concerne le déserteur (de l’armée française) que fut Guy Cabort-Masson, il convient de rappeler ce qui magnifie la portée de son geste… Alors qu’ayant fait ses classes à l’Ecole militaire de Saint-Cyr d’où il sortit avec le grade de lieutenant, refusant « d’accepter les actes de torture et les exactions de ses pairs : un de ses prisonniers FLN est torturé et tué », Guy Cabort-Masson déserte mais – erreur à rectifier- il n’a nullement « rejoint les rangs du Front de Libération Nationale [Algérien] en 1961 ».
22 -23 avril 1961, salle des Conférences de l’Hôtel Moderne, Place de la République, à Paris, pour la première fois, des Antillais et Guyanais se réunissent en Congrès à l’instigation d’Albert Béville, Edouard Glissant, Marcel Manville, Cosnay Marie-Joseph, l’AGEG (Association Générale des Etudiants Guadeloupéens), l’UEG (Union des Etudiants Guyanais), l’AGEM (Association Générale des Etudiants Martiniquais).
A l’issue dudit Congrès est créé le FRONT ANTILLO-GUYANAIS POUR l’AUTONOMIE dont, le 22 juin de la même année, le gouvernement du Général de Gaulle décrète la dissolution ; à la suite de quoi le Front entre en clandestinité et c’est en relation avec le Front National Algérien (FNL) section France, avec la caution de Frantz Fanon et le soutien du réseau Jeanson (1) qu’est organisée la filière qui permettra le transfert au Maroc via la Belgique de quatre insoumis tous étudiants : Sony Rupaire, Roland Thésauros, Aude Ferly, et moi-même (2) et du déserteur,Guy Cabort-Masson.
Il est inexact de dire que ce dernier « rejoint les rangs du FLN en 1961 » ; c’est sous couvert du Front Antillo-Guyanais pour l’Autonomie clandestin que nous tous les cinq avons été pris en charge, au Maroc, par le FNL ; que les quatre insoumis que nous étions, ont reçu une formation militaire dans le Rif à la caserne de Khebtani alors que Cabort-Masson, le lieutenant déserteur (donc n’ayant pas à apprendre le maniement des armes) fut hébergé au sein d’une caserne quartier-général, au Maroc, d’officiers algériens de l’Armée de Libération Nationale.
« Quant aux dissidents, en quelque sorte l’autre face de l’engagement antillais au moment de conflit guerrier, mais 21 ou 20 ans avant ceux déjà cités », il est sans doute intéressant de « comprendre le pourquoi de la reconnaissance si tardive de leur courage par la France » mais sans doute plus fondamental de s’interroger quant au devenir pour le moins paradoxal de ces dissidents qui mirent leur jeunesse en péril en s’engageant pour défendre le peuple français en butte à l’oppresseur nazi, mais qui, la guerre terminée, s’enrôlant dans l’armée française, participeront aux guerres coloniales d’Indochine et d’Algérie (3).
(1) Le réseau Jeanson du nom de son organisateur, composé de Français, apporta un soutien concret aux Algériens engagés dans leur lutte de libération nationale
(2) Quant l’auteur de l’éditorial (Antilla 3 juin 2016) écrit que je « me présente comme insoumis », cette formulation est pour le moins ambigüe… De mon insoumission , je ne sers pas comme d’une carte de visite ; en en parlant (occasionnellement), je ne suis pas en (re)présentation ; en des circonstances historiques précises, j’ai choisi l’insoumission ; de cette situation je ne tire aucune vanité et surtout, n’éprouve aucun regret.
(3) A contrario, la dissidence de Frantz Fanon fut d’une constance exemplaire : dans les années 1940, il rejoint les Forces Française Libres en lutte contre le fascisme allemand ; en 1956, alors qu’il est fonctionnaire psychiatre en Algérie, il rejoint le FNL en rébellion contre l’armée coloniale française.
Daniel Boukman, écrivain militant culturel martiniquais

——————–
NB: je ne partage pas du tout le jugement de Daniel Boukmann, sur les dissidents : ils restent, pour moi, des héros.
Prendre conscience, immédiatement, dans une ile infinitésimale des Caraïbes, de la gravité de la situation mondiale, s’engager en connaissance de cause dans un combat qui pouvait voir la victoire du nazisme, risquer mille fois sa vie pour respecter un idéal, y compris dans les durs soubresauts de la traversée en gommiers, au sud et au nord de la Martinique…Notons que Georges Gratiant, membre éminent de la résistance civile en dedans du Pays-Martinique, et lui aussi, véritable héros de cette période (
on ne le dit pas assez) rencontrait chaque semaine 2 ou 3 marins-pêcheurs du Diamant (cf la livre que G. Mauvois lui a consacré), car, à l’époque, la zone du Morne Larcher n’était pas encore ceinturée par la route Diamant/Peitie-Anse et pouvait/devait permettre des évasions par notre Sud puis rejoindre Sainte-Lucie et La Dominique, puis les USA, puis l’Europe et ceci dans des proportions qui sont à l’honneur de nôtre Ile/Péï pays qui les as vu naître…
Oui, vraiment, ces héros là, je les respecte. NOUS DEVONS LES RESPECTER.

Share

Related Articles

0 Comments

No Comments Yet!

There are no comments at the moment, do you want to add one?

Write a comment

Only registered users can comment.

Abonnez-vous à notre newsletter

IMPORTANT

A partir du mois du mois de décembre, votre hebdomadaire ANTILLA paraîtra chaque lundi

Archives

Praesent leo eget eleifend dolor venenatis consequat. felis luctus dapibus id, ut
%d blogueurs aiment cette page :