ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

 Le fil info

A quoi servent les prisons ?

mai 03
08:13 2021
Temps de lecture : 3 minutes

Observatoire des prisons.

« Le temps de l’incarcération, qui devrait être un temps utile, reste, en fait, un temps mort », constatait il y a dix ans le sénateur Jean-René Lecerf, rapporteur du projet de loi pénitentiaire. L’obligation d’activité insérée dans la loi pénitentiaire adoptée en 2009 n’y a rien changé. Le quotidien des prisons reste marqué par un grand désœuvrement :

les personnes détenues ne bénéficient, en moyenne, que de 3 h40 d’activités par jour en semaine, et 24 minutes le week-end, toutes activités confondues  (socio-culturelles, sportives, éducatives et travail). Des activités qui restent trop souvent occupationnelles et démunies d’intérêt en termes de préparation à la sortie. Outre le déficit de moyens, l’accès aux activités se heurte à de nombreux obstacles – insuffisance de l’offre, contraintes organisationnelles et sécuritaires… – et n’est au final réservé qu’à une minorité de détenus. Pourtant, le Conseil de l’Europe recommande un programme « équilibré » d’activités permettant aux détenus de passer au moins huit heures par jour hors de cellule, et alliant formation professionnelle, travail, activités socioculturelles ou éducatives et programmes visant à favoriser la sortie de délinquance. En France, la priorité est donnée au maintien de l’ordre et de la sécurité en détention et une politique volontariste et réfléchie pour donner un contenu à la peine fait encore défaut.

Une caractéristique des prisons françaises est le manque d’activités hors cellule et l’oisiveté qui en découle.

Temps d’activités

Les personnes détenues bénéficient de 3 h40 d’activités par jour en semaine, 24 minutes le week-end. Toutes activités confondues (c’est-à-dire aussi bien la possibilité d’accéder à du matériel de musculation dans une salle de la taille d’une cellule, que l’exercice d’une activité professionnelle, le suivi d’une formation ou la participation à des ateliers socio-culturels ). Et ce, en moyenne (enquête flash de la DAP, fin 2016).

Ainsi, en maisons d’arrêt surpeuplées, la plupart des détenus passent en réalité vingt-deux heures voire vingt-trois heures sur vingt-quatre à attendre enfermés en cellule, souvent devant la télévision (à condition d’en payer la location). Quand le Conseil de l’Europe préconise des activités hors de cellule au moins huit heures par jour.  Le temps de détention devrait être pensé en fonction des besoins des personnes détenues et construit autour d’activités variées alliant formation professionnelle, travail, activités socio-culturelles ou éducatives et programmes visant à favoriser leur sortie de délinquance. On en est loin.

Activités en prison : La France à la traîne

Sport

Le sport est l’activité la plus prisée par les détenus. La majorité d’entre eux ont accès aux installations sportives entre une à trois heures par semaine. Une offre insuffisante au regard des listes d’attente observées.

Scolarisation

Les actions d’enseignement permettent à un quart des détenus d’être scolarisés, pour six heures par semaine en moyenne.

Activités culturelles

Une part importante d’activités culturelles peut être proposée en prison (atelier d’écriture, théâtre, photo), mais chaque atelier concerne à peine une dizaine de détenus, si bien qu’une infime minorité y a accès.

Travail

Le travail est également très recherché par les détenus. Il leur permet de se constituer un pécule et de sortir de leur cellule. Et encore, le travail proposé est parfois réalisable dans l’espace de la cellule (travaux de pliage, ensachage,…). Le travail carcéral ne concerne qu’un quart des détenus. Il est sous-payé : la rémunération maximale possible atteint 45% du SMIC, mais la plupart du temps, elle est moindre, les détenus étant encore payés à la pièce dans les ateliers. Les détenus travailleurs ne sont pas protégés par le droit du travail, ils n’ont pas de droits syndicaux. La plupart des tâches proposées sont peu qualifiantes. Le travail se résume pour les détenus à une activité occupationnelle, ou une source de quelques revenus, puisqu’ils ne pourront souvent pas mobiliser une compétence acquise à leur sortie de prison.

oip-tract-travail-2021_page_1.png


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :