ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

Les banques sont invitées à penser vert ou à s’éteindre

Les banques sont invitées à penser vert ou à s’éteindre
juillet 06
02:42 2021

Les institutions financières doivent se garder d’être rongées par les conséquences de décisions environnementales ou sociales irréfléchies. Keystone / Rank Augstein

Le changement climatique oblige les financiers à modifier leur façon de penser et d’agir. Cela pourrait avoir un impact important sur leurs bilans – et potentiellement sur leur survie même.

“Les banquiers ne sont plus des spécialistes purement financiers, mais aussi des connaisseurs de l’empreinte environnementale et sociale des investissements”, a déclaré Yves Mirabaud dans son dernier discours en tant que président de l’Association des banques privées suisses en juin.

Il s’est exprimé juste après que l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) ait ordonné aux banques et aux compagnies d’assurance d'”informer le public de manière adéquate sur leurs risques [climatiques]”. En Suisse, les entreprises sont généralement autorisées à s’autoréguler, mais la FINMA souhaite une divulgation complète de leurs méthodes comptables.

Sign up! Insight on Swiss blockchain and fintech innovation

The SBC Privacy Policy provides additional information on how your data is processed.

Le changement climatique fait peser de multiples risques sur le secteur financier. Les périls des catastrophes naturelles, comme les ouragans ou les inondations, sont évidents dans le secteur des assurances. Les banques pourraient également se trouver exposées à des risques de réputation ou à des poursuites judiciaires si elles financent des projets polluants. Cela affecte la façon dont les banquiers travaillent et traitent les risques.

Les paramètres traditionnels d’évaluation du risque et du rendement des investissements sont désormais progressivement adaptés pour intégrer des facteurs environnementaux et sociaux. Les acteurs financiers commencent même à contrôler les entreprises dans lesquelles ils investissent.

Si une banque vend ses actions dans une entreprise polluante, elles seront simplement rachetées par des investisseurs moins scrupuleux, affirme Mirabaud. “Il vaut mieux, en tant que créancier ou actionnaire, exercer une pression sur cette entreprise pour qu’elle adopte un modèle économique plus propre”, dit-il.

Du changement en perspective ?

Les groupes de campagne demandent régulièrement des comptes aux banques suisses pour le financement d’entreprises et de projets qui causent des dommages à l’environnement. Ce palmarès de la honte comprend la déforestation dans le bassin amazonien et dans d’autres régions du monde, la marée noire de Norislk-Taimyr Energy en Sibérie et le projet controversé d’oléoduc du Dakota aux États-Unis.

Cela ne cadre pas avec l’intention déclarée de la Suisse de devenir l’une des principales plaques tournantes de la finance durable dans le monde.

Selon la Task Force on Climate-Related Financial Disclosures (TCFD), l’évolution du sentiment des investisseurs et des activités des entreprises pourrait également exposer les marchés financiers aux “variations de l’offre et de la demande de certaines matières premières, produits et services”. Des investissements traditionnellement sûrs, dans des projets énergétiques par exemple, pourraient tourner au vinaigre à l’avenir.

La TCFD a été mise en place par le Conseil de stabilité financière pour aider les acteurs financiers à affiner leurs pratiques en matière de gouvernance, de stratégie, de gestion des risques et de fixation d’objectifs à la lumière des préoccupations climatiques croissantes. Le secteur financier suisse applique les normes TCFD lors de l’évaluation des risques liés au climat.

Selon Martin Raab, membre du conseil d’administration de la start-up de technologie financière Global Green Xchange, les récentes exigences de la FINMA demandant aux banques de divulguer intégralement leurs risques climatiques pourraient ne pas être si faciles à mettre en œuvre.

“De nombreux éléments du risque climatique sont encore ésotériques et inconnus”, a-t-il déclaré à SWI swissinfo.ch. “Quel est l’impact effectif sur le bilan d’une banque s’il y a une inondation catastrophique en Italie ou si certaines parties du littoral néerlandais disparaissent ? Quel sera l’impact d’un été plus sec sur la qualité du crédit des emprunteurs suisses ? Il n’y a pas de réponse mesurablement correcte.”

Augmentation des coûts

Le WWF Suisse a salué les nouvelles exigences réglementaires, mais a dit “regretter” la réticence de la FINMA à imposer des normes de reporting contraignantes. “Sans directives claires, les données divulguées varieront considérablement d’une institution à l’autre. Par conséquent, la comparabilité et, en définitive, l’évaluation des risques financiers liés au climat qui sont divulgués seront fortement compromises.”

L’ONG environnementale a également demandé à la FINMA d’étendre l’obligation de déclaration au-delà des plus grandes institutions financières suisses.

L’Association suisse des banquiers (ASB) a déclaré à SWI swissinfo.ch qu’elle s’attend à ce que les petites banques soient intégrées en temps voulu dans les exigences de la FINMA en matière de reporting des risques climatiques. Parmi les cinq plus grandes banques actuellement concernées par cette exigence, seule PostFinance n’utilise pas encore le modèle TCFD pour le reporting des risques climatiques. Toutefois, l’ASB prévoit encore quelques “efforts supplémentaires” pour répondre pleinement aux exigences de la FINMA.

Selon Martin Nerlinger, professeur adjoint à l’école de finance de l’université de Saint-Gall, ajouter encore d’autres couches aux services de conformité gonflants des banques entraînera probablement une augmentation des coûts.

“Il s’agira d’un processus coûteux qui nécessitera des investissements en personnel qualifié et la mise en place ou l’extension de processus et de systèmes informatiques”, a-t-il déclaré. La FINMA, elle aussi, pourrait avoir besoin d’être renforcée pour évaluer les nouvelles quantités de données soumises par les acteurs financiers, a-t-il ajouté.

Bénéfices à réaliser

D’un autre côté, des financements sont nécessaires pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris sur le climat – plusieurs milliers de milliards de dollars chaque année jusqu’en 2030 au moins, selon l’OCDE et la Banque mondiale.

Et il y a des profits à faire en reconstruisant les infrastructures, en émettant des obligations et des fonds verts et en soutenant les nouvelles innovations dans les sources d’énergie alternatives.

Il est prouvé que les investissements durables peuvent être moins volatils et offrir une plus grande sécurité aux investisseurs sur le long terme que les investissements traditionnels, a déclaré Daniele Stoffel, secrétaire d’État suisse aux finances internationales, lors d’une conférence organisée par l’Association des banques privées suisses ce mois-ci.

Ou, comme le dit Zeno Staub, PDG de la banque Vontobel, gagner de l’argent en appliquant des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance d’entreprise (ESG) à chaque décision d’investissement est “la seule stratégie gagnante” pour faire de la finance durable un succès.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Statistique du site sur 1 an

  • 499 755 visites

Plus que 10 jours pour voter pour notre bibliothécaire martiniquaise qui le mérite !

A VOIR absolument !

LE RELAIS POUR LA VIE : UNE COURSE POUR CEUX QUI SOUFFRENT !

Antilla de cette semaine à lire de suite en s’abonnant…

MATJOUKANN : Le 1er Festival d’architecture en Martinique

archives

NOS DIFFÉRENTES RUBRIQUES

%d blogueurs aiment cette page :
Antilla1

GRATUIT
VOIR