Source: www.midilibre.fr
Le gendarme du médicament alerte, une nouvelle fois, ce lundi 23 octobre, sur le risque de potentiels graves effets secondaires lors de la prise de comprimés contre le rhume.

Ce lundi 23 octobre, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a renouvelé ses recommandations de ne plus consommer certains médicaments contre le rhume, révèle Franceinfo. “Je veux dire aux Français : ne les utilisez plus !”, insiste Christelle Ratignier-Carbonneil, patronne de l’organisme, dans les colonnes du Parisien.

Efficaces pour déboucher le nez…

Ainsi, l’ANSM demande aux Français de ne plus prendre aucun médicament vasoconstricteur à base de pseudoéphédrine et que l’on ingère par voie orale. Concrètement, il s’agit des Actifed, Dolirhume, Nurofen, Humex ou encore Rhinadvil. En 2022, trois millions de ses boîtes avaient été vendues en France.

Ces médicaments se trouvent derrière les comptoirs des pharmacies et sont en vente libre, sans ordonnance. En cas de rhume, ils décongestionnent le nez en faisant dégonfler la muqueuse et réduisent par ailleurs la taille des vaisseaux sanguins.

Si l’ANSM s’est voulu si dur et rigide sur ses positions, c’est car le risque de potentiels effets secondaires, aussi rare soit-il (quelques cas chaque année en France), est bel et bien présent. Mais, de quoi parle-t-on exactement ?

“Des infarctus du myocarde et des accidents vasculaires cérébraux (AVC) peuvent survenir après leur utilisation. Le risque est très faible mais ces événements très graves peuvent se produire quelle que soit la dose et la durée du traitement”,

précise Christelle Ratignier-Carbonneil.

Partager.

Comments are closed.

Exit mobile version