La solidarité est forte entre la Communauté des Caraïbes (CARICOM) et le Canada pour aider à favoriser des solutions à la crise en Haïti.

S’adressant au 44e Sommet de la CARICOM le jeudi 16 février à Nassau, aux Bahamas, en tant qu’invité spécial Premier ministre du Canada, Rt. Hon. Justin Trudeau, a annoncé que le Canada prévoyait de déployer des navires de la Marine royale canadienne pour effectuer une surveillance, recueillir des renseignements et maintenir une présence maritime au large des côtes haïtiennes, dans les prochaines semaines.

Cette aide intervient alors que « le Canada continue de renforcer les capacités de la police haïtienne pour maîtriser les gangs armés et tenir ceux qui les soutiennent responsables », a déclaré le Premier ministre Trudeau.
« Le bilan de la souffrance humaine en Haïti me pèse lourdement », a-t-il dit à la Conférence ajoutant que la situation en Haïti frappe non seulement dans la Région, mais aussi au Canada où il y a une importante diaspora haïtienne.

– Publicité –

Président de la CARICOM, l’hon. Philip Davis, Premier ministre des Bahamas, a déclaré lors de la cérémonie d’ouverture de la Conférence le 15 février que la Communauté « est d’accord vigoureusement » sur le fait que la crise en Haïti exige une attention urgente.

“Nous en bénéficierons tous si Haïti redevient un État pleinement opérationnel”, a déclaré le président. Il a exhorté ses collègues à “apprendre des échecs des efforts passés pour aider, plutôt que d’utiliser ces déceptions comme excuse pour l’inaction”.

Le Premier ministre Davis a exprimé son optimisme quant à un accord sur “une série de mesures concrètes pour aider à avancer vers une solution pour le peuple haïtien et la région dans son ensemble”.

Ces sentiments ont été partagés par le président sortant de la CARICOM, Son Excellence Chandrikapersad Santokhi, président du Suriname, ainsi que par la secrétaire générale de la CARICOM, le Dr Carla Barnett.

« Notre nation sœur, Haïti, a besoin de notre aide concrète et réalisable. Nous devons soutenir le peuple haïtien », a déclaré le président Santokhi dans son allocution à la Conférence.

Il a déclaré que la démocratie, des élections libres et équitables, l’état de droit et la protection des droits fondamentaux de l’homme sont des valeurs fondamentales dans la région, et qu’elles doivent être encouragées et protégées en Haïti.

“Nous devrons montrer la résilience et le courage du peuple haïtien alors que nous nous efforçons de surmonter les défis et de faire avancer les initiatives visant à améliorer la vie de tous les citoyens de notre communauté des Caraïbes”, a déclaré la Secrétaire générale dans son allocution d’ouverture.

Le premier ministre Trudeau a déclaré aux chefs de la CARICOM que «l’objectif fondamental» du Canada en soutenant Haïti était d’alléger les souffrances et de donner aux gens les moyens de tracer leur propre avenir.

“Le moment est venu de se rassembler pour faire face à la gravité de cette situation”, a-t-il déclaré, appelant à des solutions qui rétabliraient l’ordre et la sécurité, permettraient d’acheminer l’aide essentielle à ceux qui en ont un besoin urgent et créeraient les conditions d’élections libres et équitables. .

Le Premier ministre canadien a informé la réunion qu’il avait eu une «conversation constructive» avec le Premier ministre par intérim d’Haïti, l’hon. Ariel Henry, alors que le Canada continue d’appuyer Haïti pour faire face aux crises politique, sécuritaire et humanitaire.

Dans cet esprit, il a déclaré que le Canada avait déployé un avion de surveillance, ainsi que des équipements et des véhicules de sécurité stratégiques vitaux pour aider la Police nationale haïtienne avec des outils et un soutien pour résoudre la situation de sécurité.

Au cours des prochains jours, il livrera également des véhicules protégés contre les embuscades résistantes aux mines (MRAP), a informé le premier ministre Trudeau.

Il a également annoncé une sixième série de sanctions autonomes contre deux autres personnes, en plus de 15 autres que le Canada a sanctionnées pour avoir utilisé leur « influence et leurs ressources pour soutenir les gangs criminels et alimenter l’instabilité en Haïti ».

SOURCE : Secrétariat de la Communauté des Caraïbes

Partager.

Comments are closed.

Exit mobile version