Il est des commémorations plus indispensables que d’autres. Celle du trentenaire de la mort de Gaston Monnerville le 7 novembre 1991 à 94 ans rentre indéniablement dans cette catégorie.

L’homme demeure en effet relativement mal connu. Il reste « l’homme qui défia le général De Gaulle. » et son souvenir est souvent ramené à cette seule prise de position alors qu’il fut l’un des hommes les plus importants de la IVème et de la Vème République. L’on ignore ainsi souvent qu’après avoir été élu député en 1932, il fut le seul à présider l’Assemblée du palais du Luxembourg dès la création du Conseil de la République après la Libération à laquelle il participa dans les maquis de la France libre. L’oubli se manifeste également quant à son rôle central, confié par le Général De Gaulle, dans la conception du statut d’émancipation pour les anciennes colonies. Il en est de même pour sa contribution décisive au vote par le Parlement de la loi de départementalisation de la Guadeloupe, de la Guyane, de La Réunion et de la Martinique.

Ceci s’explique en grande partie par le fait que les gaullistes ne lui pardonnèrent pas de s’être opposé au général De Gaulle ce qui explique qu’ils s’employèrent à le rejeter dans l’oubli.

Heureusement, des admirateurs de Gaston Monnerville se donnèrent pour tâche de perpétuer son souvenir et c’est Roger Lise, à l’époque sénateur de la Martinique, qui fédérera toutes ces initiatives à travers la création le 31 janvier 1992 de la Société des Amis du Président Gaston Monnerville.

Trente ans après sa mort, de nombreux mouvements et associations ainsi que des personnalités politiques de tous bords plaident auprès du Président de la République pour que Gaston MONNERVILLE soit accueilli au Panthéon après avoir présidé à l’entrée dans ce lieu de Victor Schoelcher et de Félix Éboué.

De nombreux colloques et expositions ont participé dans l’hexagone à la célébration du trentenaire du décès du grand homme.

Et la Martinique prend part également à cette commémoration, ce, à l’initiative du Secrétaire général adjoint de la Société des Amis du Président Gaston Monnerville, Robert Taylor.

C’est ainsi qu’une première action a été réalisée grâce à l’implication de Madame Marie-Clotilde Hardy-Dessources, proviseure du lycée d’Acajou 2, et de Monsieur Philippe Bello, professeur d’histoire, sous la forme d’un concours d’éloquence auquel participèrent les élèves des 6 classes de terminale de l’établissement. Ce concours a eu  lieu dans le cadre de la préparation des élèves au « Grand oral » qui consiste en une épreuve du baccalauréat.

Le concours comportait trois étapes de 30 minutes portant sur l’étude préalable de l’action de Gaston Monnerville.

Les candidats inscrits au concours devaient répondre à des questions portant sur les thèmes suivants :

– Gaston Monnerville, homme politique

– Gaston Monnerville et la deuxième guerre mondiale

– Gaston Monnerville l’humaniste

Le gagnant de ce premier concours d’éloquence du lycée Acajou2 a été Théophile Bannais

 

Ce concours a été une première étape de mise en place d’un partenariat avec l’Education Nationale qui permettra de faire connaître le personnage qu’était Gaston Monnerville par les jeunes de Martinique.

La deuxième manifestation martiniquaise dans le cadre de la célébration du trentenaire consistera en l’érection d’un buste de Gaston Monnerville sur la place de l’hôtel de ville de Case Pilote. L’initiative en revient au maire de la commune, Ralph Monplaisir et à son conseil municipal. En effet, si Gaston Monnerville est né à Cayenne le 2 janvier 1897, son père Marc Saint-Yves Monnerville et sa mère Marie-Françoise Orville sont bien originaires de Case-Pilote. C’est cette filiation que les élus de cette commune ont voulu mettre en exergue en commandant un buste de Gaston Monnerville au sculpteur Jacques anonici qui sera inauguré sur la place qui se trouve devant l’hôtel de ville et le marché. Ce buste sera le 4ème réalisé par cet artiste. Le premier a été inauguré le 15 octobre 1997 au Jardin Botanique de Cayenne, le second sur l’Esplanade Gaston MONNERVILLE à côté du Jardin du Luxembourg à Paris le 20 décembre 2011 et le troisième à Saint Céré, commune du Lot le 11 novembre 2016. (Gaston Monnerville fut maire de Saint-Céré entre 1964 et 1971).

Enfin, « last not least », une grande exposition sur Gaston Monnerville se tiendra à l’Habitation Clément au cours du second semestre de cette année 2022. . Cette exposition sera accompagnée de nombreuses manifestations annexes.

Ainsi, l’itinéraire exemplaire de ce petit-fils d’esclave qui fut un grand homme d’Etat dont la vie fut consacrée à la défense du droit et de tous les droits, sera mieux

 (enfin ?) connu des martiniquais à l’occasion de ce trentième anniversaire de sa disparition.

 

Jean-Paul Jouanelle. 

Partager.

Comments are closed.

Exit mobile version