Ce mardi 7 février, l’Agence Régionale de Santé et la délégation ministérielle au Numérique en santé ont reçu les acteurs de l’écosystème de santé pour une concertation régionale autour de la feuille de route 2023-2027.

La délégation ministérielle a fait étape en Martinique le 7 février dans le cadre du tour des régions de la feuille de route du numérique en santé 2023-2027. Recueillir les témoignages, avis et propositions des acteurs de terrain afin d’enrichir la nouvelle feuille de route, tel était l’objectif conjoint de la délégation et de l’ARS Martinique.

Au-delà de la présentation de la feuille de route nationale par la délégation, ce temps de partage a permis aux professionnels de santé et du numérique de formuler leurs avis et d’échanger autour de cette nouvelle feuille de route afin qu’elle soit adaptée aux enjeux du territoire martiniquais.
Sensibilisation de la population et des professionnels aux solutions du numérique en santé, développement de la prévention à travers le numérique, amélioration de l’accès à la santé et de la qualité de la prise en charge grâce aux solutions numériques, protection des données, perspectives d’innovation pour l’optimisation des usages, autant de sujets qui ont été abordés afin d’enrichir la feuille de route 2023-2027.

Cette nouvelle feuille de route intitulée « Mettre le numérique au service de la santé » a pour ambition prioritaire de consolider les acquis des dernières années tels que la création de « Mon espace santé », le carnet de santé numérique lancé en janvier 2022, ou encore la téléconsultation. Son ambition porte également sur la perspective que chaque citoyen puisse récupérer de façon effective ses documents de santé, à tout moment, et que chaque professionnel dispose facilement des données nécessaires pour prendre en charge les personnes dans les meilleures conditions, en ville comme en établissement.

Pour rappel, le numérique en santé, également appelé « e-santé », se présente comme la rencontre des secteurs de la santé et du numérique. Porté par l’usage des nouvelles technologies de l’information et de la communication, il se destine à la fondation d’une « santé augmentée ». Concrètement, il apporte de la valeur ajoutée aux métiers et aux acteurs de la santé, implémente des solutions qui améliorent le quotidien des professionnels et des patients et, fait ainsi progresser le système de santé et la qualité de vie des populations. La e-santé englobe de nombreux sous-domaines dont les principaux sont les systèmes d’information de santé (SIS), les systèmes d’information hospitaliers (SIH), la robotique médicale, la télémédecine, la téléconsultation, la téléexpertise, la téléassistance médicale, la régulation médicale, la télésurveillance médicale et le télésoin.

Partager.

Comments are closed.

Exit mobile version