rapporte le coordonnateur national des catastrophes.
Janelle Garraway-McPherson, coordinatrice nationale par intérim de la gestion des catastrophes

Afin d’assurer le respect du mandat et de la stratégie du Plan national de gestion des catastrophes, l’Office of Disaster Management (ODM), l’agence de coordination de la Dominique pour la gestion globale des catastrophes, a lancé des programmes de formation et de développement des capacités au niveau des districts. Janelle Garraway-McPherson, coordinatrice nationale par intérim de la gestion des catastrophes, a expliqué que l’objectif est de fournir une formation annuelle aux membres de la communauté en matière de réduction des risques de catastrophes et de compétences et pratiques de soutien en cas d’urgence.

Au cours de la conférence de presse de fin d’année du ministère de la sécurité nationale qui s’est tenue plus tôt, il a été souligné que les activités de formation et d’engagement du public pour 2023 ont atteint un total de 186 sessions sur les communications d’urgence. Dans le cadre de certaines de ces formations de district, des radios et des antennes VHF ont été installées. Deux cent vingt-trois personnes ont été formées à la gestion des abris d’urgence, tandis que 32 ont suivi une formation à l’évaluation des dommages sur le territoire de Kalinago et dans la région de Castle Bruce.

En outre, 33 participants ont pris part à une introduction à la gestion des catastrophes pour les soignants dans le territoire de Kalinago, 20 personnes ont été formées à la gestion des centres d’opérations d’urgence et des entrepôts, et 24 aux systèmes logistiques de l’Agence caribéenne de gestion des urgences en cas de catastrophe (CDEMA).

Vingt autres personnes ont été formées à l’information, aux données et à la gestion géospatiales, ainsi qu’à la gestion de l’information pour les interventions d’urgence. Mme Garraway-McPherson a souligné que 22 séances de sensibilisation ont été organisées dans plusieurs villages, notamment sur le territoire de Kalinago, de Castle Bruce à Petit Soufrière, de Grand Fond à Delices, de Bellevue, de Chopin à Bagatelle, de Bellevue, de Chopin et de Petit Soufrière, de Grand Fond à Delices.
Chopin à Bagatelle, Grand Bay et Tete Morne.

Dans le même ordre d’idées, 24 visites d’écoles et 16 programmes radiophoniques hebdomadaires présentant des activités d’exercice sur table – une simulation où le personnel clé assigné à des rôles de gestion des urgences discute de diverses situations d’urgence simulées et planifie ses réponses – ont été menés tout au long de 2023 avec le soutien d’IsraAID.

Le 16 juin 2023, un exercice sur table a eu lieu au Centre régional de ressources d’urgence de Castle Bruce, évaluant le processus d’évacuation de Petit Soufrière, San Souviere et Good Hope vers l’abri d’urgence régional de Castle Bruce.

De même, le 8 décembre 2023, un exercice de simulation comparable a eu lieu à l’école secondaire Pierre Charles, se concentrant sur Bagatelle, Grand Bay, Tete Morne et l’environnement proche. Comme l’a affirmé le coordinateur national des catastrophes, les principales parties prenantes de ces localités ont participé activement, notamment les représentants parlementaires des communautés respectives, les représentants de la police et des pompiers, les équipes sanitaires, les équipes de gestion des catastrophes du district, les présidents, les membres de la communauté, le gouvernement local, les conseils de village, les équipes d’intervention d’urgence des moniteurs de la communauté et le grand public.

“Ces exercices ont permis de tester la préparation et la réponse des systèmes d’intervention d’urgence au niveau communautaire, des premiers intervenants, des parties prenantes, des groupes communautaires et du public”, a-t-elle déclaré.

En outre, l’ODM a collaboré avec le conseil municipal de Portsmouth, les premiers intervenants, ainsi que des agences internationales et régionales pour un exercice de simulation le 13 décembre 2023, dans le cadre du programme de reconnaissance de l’état de préparation au tsunami. Avant l’événement, des engagements communautaires ont été pris pour sensibiliser la population aux tremblements de terre et aux tsunamis.

Pour l’année à venir, elle souligne les progrès réalisés dans les domaines suivants : l’installation et l’amélioration du réseau national de surveillance sismique, y compris l’intégration d’une caméra thermographique en temps réel pour la surveillance continue du lac en ébullition. Cette initiative de collaboration implique un partenariat avec l’Office national d’autorisation pour l’UE.
l’Office national d’autorisation de l’UE.

En outre, il est prévu de mettre à jour le plan national de lutte contre les catastrophes, avec le soutien de l’initiative “Connecting Communities for Climate and Disaster Risk Preparedness” (connecter les communautés pour la préparation aux risques climatiques et de catastrophes) en Dominique. En outre, le projet de loi sur la gestion globale des catastrophes fera l’objet d’un examen approfondi, facilité par la réforme des politiques et de la réglementation dans le cadre du projet de résilience.
Projet de résilience. Cette législation vise à établir un cadre pour la gestion globale des catastrophes et la gestion efficace des situations d’urgence en Dominique, tout en abordant d’autres questions connexes.

En conclusion de son discours, Mme Garraway-Mcpherson a vivement encouragé le public à intégrer la préparation dans sa vie quotidienne. Elle a souligné que si les tempêtes et les ouragans peuvent être prévenus à l’avance, des événements imprévus tels que les tremblements de terre peuvent survenir à tout moment.

“La préparation commence par chaque individu”, a-t-elle souligné. “Créez des plans d’urgence familiaux. Préparez des sacs de survie, ayez à portée de main au moins trois jours de réserves de nourriture, d’eau et d’articles superflus. ”

“Savez-vous où se trouve votre abri d’urgence ? Soyez toujours attentif à ce qui vous entoure. Tenez-vous au courant des sources d’information crédibles. Faites du bénévolat au sein de votre communauté pour préparer les situations d’urgence, en atténuer les effets et y répondre. Ayez un esprit volontaire et coopératif et soyez respectueux des autres. Nous avons une responsabilité individuelle
de rester en sécurité”, a-t-elle ajouté.

Compte tenu de ces points, la coordinatrice nationale a appelé le public à améliorer ses connaissances en matière de préparation et de sensibilisation aux catastrophes. Elle a affirmé que la résilience de la nation dépendait de la préparation et de la force d’âme de chaque individu, de chaque famille et de chaque communauté.

Comme elle l’a souligné, l’ODM s’est engagé à informer et à éduquer le public par le biais d’efforts de collaboration avec les parties prenantes, en utilisant divers canaux médiatiques tels que son site web à odm.gov.dm, ainsi que sa page Facebook.

En outre, son émission hebdomadaire sur la radio DBS est diffusée le mardi matin de 9 heures à 10 heures.

Partager.

Comments are closed.

Exit mobile version