Ils furent tous là, silencieux, admiratifs, étourdis par la beauté du discours puis conquis. JCD contait une histoire. Celle de toutes les mères-courages qui ont « fait » ce pays.

Il n’est pas dit que toutt temps lan nuitt’ pas finii, ich Tig ka dômi san soupé !

Il était 5 h du matin…

Et cette histoire, associée au merveilleux « Jou a ka ouvê” de Malavoi/Paulo Rosine, à voir sur notre site à droite, devrait être comme l’emblème d’espoir de notre actuel et si malheureux Peï.

Henri PIED

Partager.

Comments are closed.

Exit mobile version