Alors que le monde est à mi-chemin de l’échéance de 2030 pour les Objectifs de développement durable (ODD), les banques publiques de développement (BPD) sont en première ligne pour garantir que ces objectifs cruciaux soient atteints. Ces institutions financières puissantes font des efforts louables pour s’aligner sur les ODD, mais il reste encore des défis à relever. Photo de couverture : © IISD/ENB | Pamela Chase

À l’aube du sommet de l’Assemblée générale des Nations unies sur les ODD, qui se tiendra les 18 et 19 septembre à New York, les projecteurs sont braqués sur les BPD. Ces banques, présentes dans plus de 150 pays et détenant 23 milliards de dollars d’actifs, sont essentielles pour combler le fossé financier nécessaire à la réalisation des ODD. Thomas Marois, de l’Université canadienne McMaster, souligne qu’elles “sont notre meilleure chance de financer les changements nécessaires pour lutter contre la crise climatique mondiale”.

De grandes institutions comme la KfW allemande et le groupe AFD ont développé des outils innovants pour évaluer l’impact de leurs financements sur les ODD. La KfW, par exemple, utilise un système de cartographie basé sur plus de 1 500 données pour examiner l’impact anticipé de ses financements annuels. L’AFD, quant à elle, a mis en place dès 2014 un dispositif d’analyse et de mesure du développement durable.

La phase de recherche et de préparation précoce des projets est également devenue cruciale pour ces banques. La Trade & Development Bank en Afrique a élaboré un système pour évaluer les performances environnementales et sociales de ses investissements potentiels.

© FiCS

Cependant, l’alignement avec les ODD n’est pas sans défis. Des obstacles tels que le manque d’informations cohérentes, le coût élevé de la collecte de données et l’absence de capacités de suivi peuvent entraver les progrès. De plus, chaque banque ayant sa propre manière de mesurer l’alignement, il est difficile de comparer leurs performances.

Jean-Baptiste Jacouton, chercheur à l’AFD, appelle à une taxonomie commune sur les investissements liés au développement durable. L’International Development Finance Club, quant à lui, a publié une étude en 2022 proposant 15 indicateurs pour accélérer l’alignement des banques avec les ODD et appelle à l’harmonisation des principes et pratiques entre les banques privées et publiques.

Alors que le monde attend avec impatience les résultats du sommet des Nations unies, l’importance des BPD dans la réalisation des ODD ne peut être sous-estimée. Comme le souligne Maria Alejandra Riaño de l’Institut du développement durable et des relations internationales, “la communauté des BPD dans son ensemble doit suivre l’exemple” de l’IDFC en matière d’alignement sur les ODD.

Partager.

Comments are closed.

Exit mobile version