C’est maintenant à marche forcée et déterminée que tous les acteurs de l’industrie doivent travailler pour inventer et industrialiser de nouveaux modes d’optimisation énergétiques »

Thomas Huart, CCIE

Directeur général depuis deux ans du CCIE, société de distribution et de réparation automobile – surtout connu comme le distributeur Toyota à la Martinique – Thomas Huart nous dit sa fierté d’appartenir à un groupe de référence dans l’automobile, Citadelle, et également d’être distributeur de la marque japonaise respectée partout dans le monde, Toyota, inventeur notamment du moteur hybride.

Toyota, qui a contribué en son temps aux efforts agricoles et du transport collectif, en important les premiers pick-up et les Hiace, et a considérablement augmenté ses parts de marché sur les véhicules hybrides ces dernières années.

 

Lorsque j’entends CCIE, Toyota, je pense à la Hiace des agriculteurs, aux taxicos. Vous étiez, je pense, leader sur ces secteurs. Il y a quelques années, on ne pouvait pas faire d’agriculture sans avoir une Toyota bâchée. Est-ce encore le cas dans le milieu agricole ?

Nous sommes encore très présents dans ce milieu agricole. Nous bénéficions d’une bonne notoriété auprès des agriculteurs et continuons de travailler beaucoup avec eux, mais le monde du transport évolue en effet, la population martiniquaise est diverse, on a la chance d’avoir des voitures qui correspondent à tous les types d’utilisation, adaptées à tous les besoins.

Vous avez été au niveau de la Martinique le précurseur de la mobilité durable en proposant aux martiniquais.es un mode de transport hybride. Quel retour avez-vous des personnes utilisant cette technologie ?

Cette technologie a en effet rencontré un franc succès en Martinique en particulier, où les gens sont très conscients de l’évolution climatique et de leur environnement, plus qu’ailleurs. La fiabilité de la technologie et sa faible consommation – et il faut le dire, conduire un véhicule hybride est très agréable – contribuent aujourd’hui au fait que 80% de nos ventes soient hybrides.

Cette dynamique va se poursuivre et bien avant les dates légales imposées, nous serons sur du non thermique. On ne peut pas passer du jour au lendemain à un monde sans hydrocarbure. L’hybride, mélange de thermique et d’électrique, est un outil extraordinaire de transition vers un avenir décarboné.

Pourrait-on rappeler aux lecteurs les caractéristiques d’une voiture hybride ?

Une voiture hybride combine un moteur thermique et un moteur électrique, de manière à baisser la consommation. La voiture hybride est équipée d’une batterie de faible capacité qui permet de rouler doucement. L’accumulateur se recharge en roulant, et lorsqu’on a besoin de puissance, le moteur thermique prend le relais. La consommation globale ainsi que les frais d’entretien sont réduits quasiment de moitié.

Toyota a inventé le premier véhicule hybride il y a vingt ans et les distribue depuis plus de dix ans en Martinique : Ce sont des voitures qui ont une belle longévité, leur fiabilité a été démontrée.

Existe-t-il des aides étatiques pour l’achat des voitures hybrides comme pour les voitures électriques ?

Il existe des véhicules hybrides non rechargeables, hybrides rechargeables et en full électrique. Les aides aujourd’hui concernent l’hybride rechargeable et l’hybride full électrique, pas l’hybride non rechargeable que nous proposons.

Cette année, nous aurons également des hybrides rechargeables. Il sera donc possible de bénéficier des aides spécifiques sur ces véhicules. C’est encore un choix de transition que Toyota a opéré.

Pensez-vous franchir une étape supérieure avec par exemple, un moteur à eau, à air ou peut-être à l’hydrogène ? Quelle est la politique de Toyota sur cette question ?

Toyota est justement très ouvert sur le sujet parce qu’il considère que c’est un mélange de toutes ces technologies décarbonées qui nous conduiront en 2050 au zéro carbone dans le transport. Ils ne veulent surtout pas se concentrer sur la technologie actuelle qui nécessite des batteries dont la fabrication consomme énormément de carbone.

Il existe déjà des véhicules à hydrogène fabriqués par Toyota, comme la Mirai – la Sara roule avec une Mirai. La voiture à air reste un rêve, on n’a pas encore trouvé… L’important est de continuer à innover et investir. Dans 50 ans, on pressent la fin des problèmes énergétiques ; des découvertes scientifiques majeures ont été faites dans le nucléaire avec la fusion qui permet dix fois le rendement de la fission ; on ne parle pas de centrale avec des risques d’explosion nucléaire, on parle de technologies totalement propres avec des rendements exceptionnels qui feront que progressivement on va arriver à la sobriété et se passer des hydrocarbures.

Le monde que nous connaissons aujourd’hui depuis la charrue et les chevaux s’est créé grâce aux hydrocarbures, il n’est pas facile d’en sortir du jour au lendemain, mais c’est maintenant à marche forcée et déterminée que tous les acteurs de l’industrie doivent travailler pour inventer et industrialiser des nouveaux modes d’optimisation énergétiques.

Menez-vous d’autres actions concrètes d’engagement pour le climat et pour l’environnement à la Martinique ?

Nous finançons des projets scientifiques qui vont améliorer la connaissance de notre environnement. En partenariat avec l’illustre Muséum d’histoire naturelle, Le CCIE est le mécène d’une thèse effectuée par une étudiante antillaise dont le sujet porte sur l’évaluation des effets de la pollution sur la mangrove en Martinique, sur des sites proches et éloignés des zones d’activité. L’objectif est de connaître pour mieux agir localement.

Rappelons que la mangrove est le puit ultime de CO2, c’est un joyau dont bénéficie la Martinique et qu’il faut absolument préserver.

Parce que nous croyons vraiment au partenariat public-privé, on s’est associé aussi avec la mairie du Lamentin – dont le service environnement est très actif – pour financer des Master à des étudiants qui aideront la mairie à travailler sur tous les sujets environnementaux. Ce projet a démarré en 2021.

Avez-vous prévu l’arrivée de nouveaux véhicules pour 2023 ?

Nous poursuivrons en 2023 cette transition vers l’hybride pour les véhicules particuliers – les véhicules utilitaires de type Pick-up étant encore sur des technologies diesel.

2023 est probablement une des dernières années où l’on vendra des véhicules essence.

Nous avons eu en réel succès avec la Yaris Cross, une petite voiture de type SUV qui existe en version essence, mais ne se vend quasiment qu’en hybride.

Nous avons lancé aussi la Corolla Cross en exclusivité, avant même sa sortie en métropole, un cadeau de Toyota pour les bons élèves que nous sommes. Il s’agit d’une version SUV de la Corolla, en hybride principalement, qui devrait continuer à bien fonctionner cette année.

De nouveaux véhicules arriveront dans le courant de l’année, notamment un nouveau CHR dans sa version hybride et hybride rechargeable. 

Par ailleurs, un nouveau pas vers la « décarbonation » sera franchi, car un véhicule full électrique sortira cette année.

Quelles sont vos spécificités en matière de SAV ?

Nous accueillons les clients sur une plage très large, de 7 heures jusqu’à 20 heures 30, proposons à des prix intéressants des forfaits, des contrats d’entretien pour les révisions ; des contrats de maintenance pour les pièces d’usure avec systématiquement un véhicule de remplacement inclus dans le contrat de manière à ce que le client s’y retrouve. Nous sommes les plus compétents pour l’entretien de la Toyota ou de la Suzuki. Nous travaillons en toute transparence avec le client pour qu’il nous fasse confiance.

Quels sont vos vœux pour les martiniquais en cette nouvelle année ?

Fêter nos 50 ans nous a incité à réfléchir sur notre rôle en tant que distributeur automobile en Martinique. Nous souhaitons continuer à œuvrer pour la transition énergétique, et décliner notre exemplarité à tous les niveaux de l’entreprise en adoptant une démarche globale de développement durable, de manière à être vraiment un acteur responsable dans cette société martiniquaise.

Je souhaite une excellente année à tous les martiniquais. Je nous souhaite de développer une mobilité durable à tous les niveaux et avec nos partenaires.

Propos recueillis par Philippe Pied


CCIE, Une belle longévité 

Le CCIE existe depuis 58 ans et distribue la marque Suzuki et Lexus, ainsi que la marque japonaise de référence, Toyota, qui a fêté en 2022 ses 50 ans de présence en Martinique.

Avec ses 70 salariés, le CCIE est la société originelle du groupe Citadelle qui, depuis, s’est étoffé : Citadelle compte 600 salariés dont 250 en Martinique et est également distributeur des marques Citroën et DS en Martinique, en Guyane, à Mayotte, à la Réunion, et à la Guadeloupe où le groupe s’est développé sur l’ensemble de la chaîne de valeur automobile : les métiers traditionnels, la distribution automobile, la distribution de pièces, de rechanges de pneumatiques, jusqu‘à son école de formation. Le président du groupe, Cyril Comte, a vu là l’occasion de créer un écrin pour pouvoir accueillir des formateurs et créer ainsi l’opportunité de proposer d’abord aux collaborateurs du groupe Citadelle, puis à l’externe, des formations innovantes sur des sujets aussi variés que le management, l’innovation, le changement climatique etc.


 

Partager.

Comments are closed.

Exit mobile version