ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

 Le fil info

lauréat de 23 Grammy Awards Chick Coréa

lauréat de 23 Grammy Awards Chick Coréa
mars 15
03:49 2021
Temps de lecture : 6 minutes

Chick Corea était le lauréat de 23 Grammy Awards, le plus grand nombre d’artistes de jazz de tous les temps, lorsqu’il est décédé brutalement le mois dernier, à 79 ans. Il pourrait en ajouter deux autres à son palmarès lors de la 63e cérémonie des Grammys, ce dimanche : Le meilleur solo de jazz improvisé, pour son excursion au piano sur « All Blues », et le meilleur album instrumental de jazz, pour Trilogy 2, sur lequel figure cette performance.

Un honneur posthume ne serait pas inhabituel pour la National Academy of Recording Arts and Sciences, qui a décerné en 2004 un total de huit Grammys, dont celui de l’album de l’année, au défunt Ray Charles. Une guirlande fraîche ou deux pour Corea semble être un geste commémoratif évident. Et pour ceux qui sont prédisposés à critiquer la Recording Academy en tant qu’organisme conservateur, il serait révélateur de le voir gagner un prix en association avec un morceau qui a fait surface pour la première fois il y a plus de 60 ans, « All Blues », extrait de Kind of Blue de Miles Davis.

Si l’héritage de Corea hante le paysage du jazz lors de la remise des Grammy Awards de cette année, son effet sera à la fois plus subtil et plus omniprésent que tout hommage rétroactif. D’une part, le vote final s’est terminé plus d’un mois avant sa mort, les résultats ne devraient donc pas être entachés de sentimentalisme. De plus, Corea était tout le contraire d’un essentialiste du genre, même s’il s’est toujours identifié comme un musicien de jazz. Sa vision artistique était suffisamment large pour englober le post-bop acoustique et l’électronique, Mozart et Mongo Santamaría, la samba brésilienne et le flamenco espagnol, et à peu près toutes les sous-espèces de la fusion. Son premier Grammy Award, en 1975, lui a été décerné pour « No Mystery », un hymne prog-chambré mélancolique et élastique qu’il a composé pour son groupe Return To Forever. À l’instar de l’ensemble de sa carrière, cet hymne ne peut être placé dans un cadre précis.

De Chick Corea, une interprétation solo très récente de « No Mystery ».
YouTube
En d’autres termes, Corea a toujours pratiqué le genre de fluidité de genre que nous considérons aujourd’hui comme une compétence essentielle, simplement en poursuivant ses propres fascinations. Ce qui faisait de lui à la fois un parangon idéal pour l’ubiquité des Grammy – le genre de virtuose sans limites assez joueur pour dire « Bien sûr, je vais jouer une émission télévisée en direct avec les Foo Fighters » – et une aberration dans un système régi par des mécanismes de tri. Comme l’a écrit Amanda Petrusich dans le New Yorker cette semaine : « Il est difficile d’imaginer une cérémonie des Grammy qui ne repose pas sur le genre comme principe d’organisation – je suppose que cela impliquerait la remise d’un seul prix, celui de la meilleure musique – mais le genre semble de moins en moins pertinent dans notre façon de penser, de créer et de consommer l’art. »

Corea s’est exprimé à ce sujet dès 1983, lorsqu’il a déclaré au New York Times que l’incessante catégorisation de la musique était moins une préoccupation des musiciens que celle « des médias et des hommes d’affaires, qui, après tout, ont tout intérêt à ce que le marketing reste clair et distinct ». Ce qu’il n’a pas reconnu à l’époque, c’est la montée d’un courant rigoureux de traditionalisme du jazz, qui commençait déjà à remodeler le discours et le commerce autour de la musique. Pendant le reste des années 80 et une bonne partie des années 90, la voie de la moindre résistance pour les artistes de jazz grand public ressemblera de près à celle tracée par leurs prédécesseurs. Corea ne laisse pas cela étouffer son éclectisme, ni même ses enthousiasmes les plus criards.

Ses partenaires sur Trilogy 2, le bassiste Christian McBride et le batteur Brian Blade, étaient des produits distingués de cette ère néo-traditionnelle. Il en va de même pour le saxophoniste Joshua Redman et le pianiste Brad Mehldau, qui ont rejoint McBride et Blade lors de la réunion très médiatisée qui a donné naissance à RoundAgain, un autre candidat au titre de meilleur album instrumental de jazz. Mais chacun de ces artistes a également exercé une grande liberté pour franchir les limites du genre, ou pour les brouiller au-delà du point de démarcation. Il en va de même pour les autres nominés dans la catégorie jazz instrumental : la batteuse Terri Lyne Carrington, avec son projet Social Science ; le trompettiste Ambrose Akinmusire, avec son groupe intrépide ; et le pianiste Gerald Clayton, avec un excellent quintette.

L’album de Clayton, Happening : Live at the Village Vanguard, a exactement le même pedigree qu’un autre album nominé, Chronology of a Dream de Jon Batiste : Live at the Village Vanguard. Mais vous ne trouverez pas Batiste – le pianiste percussif, chanteur exubérant, mandataire de Pixar et chef d’orchestre du Late Show – dans le domaine officiel du jazz. En revanche, son album Chronology est en lice pour le prix du meilleur album instrumental contemporain, aux côtés d’autres fugitifs du jazz, comme Snarky Puppy, le trompettiste Christian Scott, Tunde Adjuah et l’as de l’harmonica français Grégoire Maret (avec le pianiste Romain Collin et le guitariste Bill Frisell).

Il y a une façon cynique de considérer cette évasion du genre. Se pourrait-il que Batiste et d’autres – comme l’auteur-compositeur-interprète Gregory Porter et le pianiste Robert Glasper, qui ont tous deux été nommés dans la catégorie R&B cette année – cherchent à améliorer leur jeu, en défiant une forme pernicieuse de provincialisme du jazz ? C’est certainement possible. Mais il existe une autre interprétation, qui correspond aux idéaux incarnés par Corea et certains de ses pairs les plus proches, comme Herbie Hancock. Il est bon de rappeler que Hancock a remporté les deux premiers de ses 14 Grammy Awards dans la catégorie R&B – la même voie qui s’est ensuite ouverte à Glasper, qui en compte trois à ce jour.

Glasper m’a dit un jour que le premier album de jazz qu’il a possédé était une cassette de Alive, du Chick Corea Akoustic Band. Il y a quelques années, il a suivi l’exemple de Corea et s’est installé pour un mois au Blue Note Jazz Club de New York, où il a présenté un large éventail de projets en cours. (L’un d’entre eux était R+R=NOW, un collectif qui comprend aTunde Adjuah ; vous pouvez entendre les moments forts de son concert sur un nouvel album, LIVE). Parce qu’il a eu tant de succès dans l’estuaire musical où le jazz rencontre le hip-hop et le R&B, on demande souvent à Glasper de parler de genre. Parfois, ses réponses sont désinvoltes, mais parfois elles sont instructives. « Je suis un musicien de jazz au fond de moi », a-t-il déclaré à Okayplayer en 2019.  » Je m’en tiens à l’ancienne définition. À l’époque, dans les années 60, quand vous entendiez que quelqu’un était un musicien de jazz, vous étiez excité, car vous saviez qu’il pouvait jouer d’autres choses. » Il ajoute : « Donc pour moi, quand on est musicien de jazz, c’est censé signifier qu’on a les outils pour maîtriser tout autre genre de musique. »

Cette définition permissive est peut-être la meilleure façon d’expliquer pourquoi il y a tant de musiciens de jazz éparpillés dans les nominations aux Grammy, en dehors de leur zone désignée. Ce n’est pas seulement la catégorie « Meilleure musique instrumentale contemporaine » qui est devenue une catégorie jazz de facto, mais aussi une grande partie du domaine consacré à la composition et aux arrangements non classiques. Le pianiste polyvalent John Beasley est nommé dans deux catégories d’arrangement, où l’on trouve également le saxophoniste Rémy Le Bœuf, le groupe vocal säje et le guitariste Pat Metheny (qui a remporté 20 Grammys et qui appartient à la même catégorie que Corea et Hancock).

Quant au prix de la « meilleure composition instrumentale », à l’exception du compositeur de films Alexandre Desplat, il est entièrement réservé au jazz cette année. Les têtes d’affiche sont Maria Schneider, cinq fois lauréate d’un Grammy et également en lice pour le meilleur album d’un grand ensemble de jazz, et Arturo O’Farrill, quatre fois lauréat, qui figure également avec son Afro-Latin Jazz Orchestra parmi une concurrence féroce pour le meilleur album de jazz latin.

L’un de ces concurrents, l’Afro-Peruvian Jazz Orchestra, fera partie des artistes qui participeront à la cérémonie de prédiffusion des Grammy à 15 heures ET dimanche. Aux côtés de säje, Gregory Porter, du saxophoniste Kamasi Washington et de la chanteuse Thana Alexa, ils rendront hommage à « Mercy Mercy Me (The Ecology) » de Marvin Gaye, à l’occasion de son 50e anniversaire. C’est le genre d’hommage joyeux sous forme de jam qui a longtemps été la marque de fabrique des Grammys, mais c’est aussi une manifestation du paysage sans frontières que Corea a passé sa vie à explorer.

« Un style n’est pas tant quelque chose que l’on apprend que quelque chose que l’on synthétise », disait-il dans cette interview de 1983 au Times. « Les musiciens ne se soucient pas de savoir si une composition donnée relève du jazz, de la pop ou de la musique classique. Tout ce qui leur importe, c’est que ce soit de la bonne musique – qu’elle soit stimulante et excitante. « 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :