Pour un physicien, l’expression « énergie renouvelable » est un non-sens puisque l’énergie, justement, ne se renouvelle pas. Bien sûr, le terme se rapporte en fait à la source, mais, là aussi, si l’on veut ergoter, c’est une erreur. Le Soleil, par exemple, ne renouvelle pas son combustible. Dans quelques milliards d’années, il s’éteindra… Toutefois, on peut observer que l’énergie dont il nous abreuve ne dépend pas de notre consommation : en captant sa lumière, nous ne puisons pas dans son stock de photons, qu’il perd même si personne ne les utilise.

Il en est de même pour l’énergie géothermique, venue du cœur de la Terre et du fond des âges, quand notre planète s’est formée en enfermant de grandes quantités de matière radioactive. Cette chaleurs’échappe vers l’espace sous forme de rayonnement infrarouge. La géothermie est donc la récupération d’une minuscule part d’énergie perdue.

Renouvelable vs fossile

Les énergies renouvelables s’opposent donc surtout aux énergies fossiles, dont l’exploitation consiste à prélever de la matière dans un stock fini. Par ailleurs, elles s’en distinguent aussi par leurs émissions de gaz carbonique, dont on sait qu’il génère un effet de serre induisant un réchauffement climatique désormais significatif. La comparaison peut aussi porter sur la pollution de l’air par des particules nocives lors de la combustion, sans oublier que les énergies renouvelables génèrent elles aussi différentes formes de pollution et d’impacts sur l’environnement.

On peut aussi remarquer que toute cette énergie, celle qualifiée de renouvelable ou celle dite d’origine fossile, provient du Soleil. C’est sa gravité qui a conduit à la formation de planètes, dont les rocheuses au cœur chaud, comme la Terre. D’où la géothermie. C’est sa chaleur qui met en branle l’atmosphère et les océans et qui, par l’évaporation, transporte l’eau sur les reliefs, d’où elle coule vers le bas. Voici nos énergies éolienne et hydraulique. Enfin, notre étoile maintient des conditions favorables à la vie et l’exploitation de la biomasse n’est rien d’autre que la récupération d’énergie solaire captée par les plantes grâce à la photosynthèse et condensée dans de longues molécules organiques.

© Shutterstock