Révolution Socialiste.

RACISME ET VIOLENCES POLICIÈRES

FONT LA UNE EN MARTINIQUE !

George Floyd n’est pas seulement aux USA. Bien entendu, il faut se garder de tirer un trait d’égalité entre toutes les situations. Le simplisme cache souvent une certaine démagogie qui obscurcit au lieu d’aider à s’orienter. Mais les points communs doivent aussi être soulignés. Il est frappant de voir qu’en si peu de temps, les thèmes des violences policières et du racisme se sont illustrés en Martinique comme en France et aux USA. Chez nous, le cas de Kéziah a combiné les deux : Violence policière barbare et racisme. Dans le même temps au Diamant, un énergumène qui n’est pas un spécimen unique s’est illustré par sa haine raciste. Le soulèvement spontané qu’il a provoqué, l’intervention rapide de l’édilité sont d’excellentes nouvelles. Le peuple veut: Respect sans condition ! Respect tout simplement !  Il n’y a pas à transiger. Woulo Bravo !

LIBAN : L’EXPLOSION DES COLÈRES.

Comme tout le monde nous avons été envahi par la tristesse et la solidarité avec les victimes de Beyrouth et leurs parents et ami-e-s y compris bien sûr chez nous. Nous avons aussi observé les manœuvres faciles d’un Macron se payant le luxe de la proximité avec les victimes, des leçons lancées à la cantonade mais gardant bien sûr la bouche cousue sur les responsabilités écrasantes de l’impérialisme français et mondial sur la situation du Liban. Car ce n’est pas un port qui explose. C’est tout un système ! Celles et ceux qui tous les jours se battent concrètement pour que la loi du profit maximum ne fasse pas mépriser les règles connues de la sécurité pour éviter les catastrophes ont hélas une nouvelle fois raison.
Mais comment un système qui a conduit un pays entier au bord de la famine généralisée peut il se soucier des risques d’explosion pourtant signalés nous dit on par les experts ?

La révolution que le Covid avait mis sous le boisseau au Liban semble bien pointer à nouveau dans les colères qui déferlent dans les rues du Liban aujourd’hui.

Cette révolution nécessaire ne sera compléte et n’entraînera une sympathie universelle que si elle pose la grave question du quasi esclavage imposé aux immigré.e.s venu.e.s du continent africain. Un peuple qui en opprime un autre ne saurait être un peuple libre.

L’autre angoisse que nous ressentons est la même que pour l’Algérie, le Chili, le Soudan et ailleurs Les éléments les plus avancés auront ils, auront elles le temps et les moyens de construire l’instrument politique leur permettant de déjouer les pièges et de conquérir leur émancipation ?

STATUES : UNE MÉTHODE NADEAU ?

Sous l’impulsion de son maire le conseil municipal du Prêcheur à décidé à l’unanimité de sortir la statue de Du Parquet (on dit aussi Duparquet) de son trône arrogant de maître de la colonie, d’ouvrir le débat dans la population et de mettre à exécution son vœu à la date symbolique du prochain 22 mai. Ainsi la ville du Nord fera coïncider le travail de prise de conscience à une échelle de masse, le caractère éducatif de la démocratie, le rejet des symboles coloniaux et génocidaires. Honneur aux premiers ancêtres exterminés par les premiers colons ! Marcellin a pu faire ce qui a été refusé au maire Didier Laguerre privé brusquement de statue de Desnambuc par l’impatience des « éveillée.s », impatience faisant suite à la trop longue patience des élu-e-s concerné e s, voire de la société entière. Dans tout le pays le travail se poursuivra de relecture à une échelle de masse d’une histoire dont les militantes et militants ont semé les graines depuis au moins un siècle si l’on décide de ne remonter qu’au vieux Jules Monnerot.La tâche d’aujourd’hui est non seulement d’accélérer le processus comme y invitent les actions d’éclats mais de le faire avec le peuple, d’aller jusqu’au bout c’està-dire jusqu’au passage de la conscience décoloniale à l’action décoloniale et anticapitaliste concrète des masses les plus profondes du peuple.

LYANNAJ POU DÉPOLYÉ MATINIK

CONDENSÉ D’UN COMPTE-RENDU DE LPDM (PREMIÈRE PARTIE)

Le vendredi 31 juillet, une délégation de 6 camarades de LPDM (Lyannaj pou dépolyé Matinik) a été reçue par le Préfet pour avoir des réponses concrètes aux engagements pris par son prédécesseur.

1)Le préfet s’est dit à l’heure de l’action pour la réparation dans la transparence.

2)À la place des LMR, il privilégie le zéro chlordécone dans l’alimentation. En septembre, les modalités et les délais de l’application seraient communiqués.

3)Sur les maladies professionnelles liées au chlordécone, la prise en charge votée en décembre 2019 aura son décret d’application. Les dossiers sont en attente.

4)La gratuité de l’analyse des sols agricoles existe  sans caractère obligatoire.

5)Sur la traçabilité, il vise un label indiquant la conformité zéro chlordécone.

6)Il identifie les terres en friches sans chlordécone pour réinstallation.

7)Il prend en compte la colère de la population contre les lenteurs administratives. La transparence sur les contrôles est affirmée notamment pour la viande de bœuf et sa LMR de 200ug/kg.

8)Dès septembre, des détails sur les tests sur les taux de chlordécone dans les organismes. Il ciblerait : le public agricole, les femmes en âge de procréer, la population. Le but : trouver le tracé du chlordécone pour une alimentation saine.

Sur les points où il n’y a pas eu de réponses, nous dirons à notre prochaine livraison tout ce que LPDM (Lyannaj Pou Dépolyé Matinik) a rappelé et sur lesquels il sensibilisé fortement son interlocuteur. Donc à suivre !

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Share

Related Articles

En vente cette semaine en Kiosques

Le Dessous des Cartes Les mémoires du racisme

Christiane Taubira : « il faut retirer certaines statues de l’espace public »

Archives

mattis Sed non ut Praesent felis
%d blogueurs aiment cette page :