Texte issu d’une interview publiée sur les réseaux sociaux de la CTM

David Zobda, conseiller exécutif en charge de l’aménagement du territoire, des transports et de la stratégie énergétique et du développement durable à la CTM, nous éclaire sur l’importance de l’économie circulaire pour la Martinique. Selon lui, ce modèle économique durable est essentiel pour faire face aux défis environnementaux actuels. Entretien….

Pourquoi l’économie circulaire est-elle importante pour la Martinique ?

L’économie circulaire est très importante pour la Martinique car elle nous permet de changer notre modèle économique pour le rendre plus résilient face aux défis environnementaux. En optimisant l’utilisation des ressources locales et en favorisant le réemploi et le recyclage, nous ancrons notre développement sur de nouvelles bases, plus durables. C’est un véritable bouleversement qui assure notre capacité à nous renouveler tout en préservant l’environnement.

Comment la Martinique peut-elle aligner ses actions sur celles des autres pays de la Caraïbe pour le développement durable ?

Nous partageons les mêmes besoins et défis climatiques que nos voisins de la Caraïbe. Il est donc essentiel d’arriver à une mise en cohérence de nos actions régionales sur ces sujets. Nous intégrons les mêmes instances économiques et politiques caribéennes. En devenant chef de file d’une grande alliance régionale pour l’environnement, la Martinique peut véritablement avoir un impact positif à l’échelle de toute la zone.

Pensez-vous que les Martiniquais se soucient réellement du développement durable ?

Je pense que la prise de conscience collective sur les questions environnementales grandit en Martinique, même si des efforts restent à faire. Les récompenses obtenues et les stratégies mises en place par les collectivités territoriales montrent que le mouvement est lancé. Il faut poursuivre nos efforts en matière d’éducation et de solutions concrètes proposées aux Martiniquais sur ces sujets.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui veut investir dans l’économie circulaire ?

Je conseille de bien identifier les opportunités locales en termes de produits et de débouchés. Qu’il s’agisse de jeunes entrepreneurs ou d’entreprises existantes, il est essentiel de bâtir un modèle économique pérenne basé sur les principes de la revalorisation des ressources. Les institutions comme les chambres consulaires ont également un rôle clé à jouer pour accompagner cette transition environnementale de notre tissu économique.

Partager.

Comments are closed.

Exit mobile version