La vie lyrique de Toni Morrison

La vie lyrique de Toni Morrison
Toni Morrison était réputée pour la musicalité de sa prose, aussi l’écriture de paroles pour la musique classique n’était-elle pas un travail Hors de sa portée..

Illustration : Toni Morrison en 2010 Getty
Par : Ashawnta Jackson


Tout au long de sa carrière, Toni Morrison a utilisé les mots pour révéler des vérités troublantes dans ses nombreux livres et essais. Mais un domaine qui n’est pas souvent évoqué lorsqu’on pense à l’ensemble de son œuvre est celui de ses contributions à la musique.

« J’adore écrire des paroles », a déclaré Toni Morrison à un interviewer dans Writing on the Edge. « C’est la seule autre écriture que j’aime faire. Ses paroles ont fait partie de plusieurs œuvres musicales, ce qui n’est pas particulièrement surprenant – comme l’écrit le spécialiste de la littérature Robert Fallon, « Morrison s’intéresse depuis longtemps à la musicalité de sa prose ». Et quand c’est le cas, le saut au librettiste n’est pas trop loin.

Morrison a fourni les paroles de « Honey and Rue », un cycle de chansons composé en 1992 par André Previn. Elle est revenue dans le monde de la musique classique en 2005 pour écrire le livret d’un opéra basé sur la vie de Margaret Garner, dont l’histoire a inspiré l’une des œuvres les plus connues de Morrison, Beloved.

« L’intérêt pour moi d’écrire [Beloved] sur cet esclave en particulier, était 1) qu’il s’agit d’une femme, par opposition à un homme ».
Garner était une femme esclave qui a échappé à sa vie de servitude avec son mari et ses enfants. Lorsqu’elle a été capturée, elle a tenté de tuer ses enfants – en réussissant sa tentative avec l’une de ses filles – plutôt que de les voir retourner à une vie d’esclavage. Son histoire a résonné à travers les années : l’idée que la mort était préférable à l’esclavage, et ce que le bouleversement intérieur de cette décision a dû entraîner.

Raconter l’histoire d’une femme esclave était important pour Morrison. « Très peu de récits d’esclaves se concentrent sur les femmes », a-t-elle expliqué. « Pour moi, l’intérêt d’écrire [Beloved] sur cette esclave en particulier était 1) qu’il s’agit d’une femme, par opposition à un homme. Et, poursuit-elle, « Peut-être ont-ils vu quelque chose ou enduré une souffrance, mais ils l’ont toujours éludée, ils l’ont glissée par-dessus. […] Il y a beaucoup de choses cachées sur l’esclavage. »

L’opéra, Margaret Garner, a été un autre moyen de découvrir ce qui était caché.

Composé par Richard Danielpour, l’opéra est une réimagination de l’histoire de Garner. Le public est confronté à son histoire, à ses choix, et c’est souvent douloureux. Comme l’explique Fallon, l’opéra « invite un public contemporain à voir le présent en termes de passé et à comprendre la politique de l’injustice raciale et économique actuelle dans le contexte de l’esclavage américain ».

Malgré son message puissant, l’opéra n’a pas fait l’objet d’un éloge universel. Lors de la soirée d’ouverture à Cincinnati, certains spécialistes de l’histoire des Noirs craignaient que la déviation de l’opéra par rapport aux événements réels de la vie de Garner – en particulier la caractérisation de son mari – ne fasse plus de mal que de bien. Finalement, la compagnie d’opéra et la communauté dans son ensemble ont décidé de considérer l’opéra comme faisant partie d’une plus grande opportunité d’éduquer le public sur la vie de Garner et l’esclavage en Amérique. Comme l’a dit l’un des critiques de l’opéra, « j’en suis venu à croire que si vous allez à cet opéra, vous serez finalement assez engagé pour vouloir en apprendre davantage ».

L’histoire de Margaret Garner est difficile à raconter, plus difficile encore à entendre, l’un des voiles levés de l’essai de Morrison, mais comme l’a expliqué Danielpour à propos de l’œuvre et de ses motivations, « si nous n’allons pas à l’endroit qui fait mal, nous ne guérirons jamais


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Share

Related Articles

En vente cette semaine en Kiosques

Le Dessous des Cartes Les mémoires du racisme

Christiane Taubira : « il faut retirer certaines statues de l’espace public »

Archives

venenatis quis Lorem at neque. ipsum lectus ut pulvinar tristique felis ante.
%d blogueurs aiment cette page :