13-Novembre : Une étude pour mieux comprendre mémoire traumatique et résilience

13-Novembre : Une étude pour mieux comprendre mémoire traumatique et résilience
novembre 19
19:07 2020

Directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études de Paris, Francis Eustache est à la tête de l’unité de recherche de l’Inserm « Neuropsychologie et imagerie de la mémoire humaine » à l’Université de Caen-Normandie. En 2016, ce spécialiste de la mémoire humaine et de ses maladies a initié, avec l’historien Denis Peschanski, le programme 13-Novembre, dédié à la compréhension des mémoires traumatiques. Il nous présente les premiers résultats de cet ambitieux projet de recherche transdisciplinaire, qui s’étendra jusqu’en 2028.


The Conversation France : Comment est né le programme 13-Novembre ?

Francis Eustache : Tout est parti d’une rencontre avec l’historien Denis Peschanski et, progressivement, d’interactions nombreuses avec des équipes que nous avons pu constituer autour de nous. Neuropsychologue de formation, j’étais à l’époque directeur de Cyceron, un grand centre d’imagerie biomédicale, en plus d’assumer la direction d’une unité de recherche en neurosciences cliniques et cognitives, ces deux structures étant situées à Caen.

Je travaillais depuis des années sur les maladies de la mémoire, notamment grâce à l’imagerie cérébrale, tandis que Denis Peschanski étudiait la mémoire collective liée à la Seconde Guerre mondiale. Au fil de nos échanges, nous avons réalisé que les mécanismes de la mémoire collective et de la mémoire individuelle se ressemblaient beaucoup : le fait que des informations sont rehaussées tandis que d’autres sont « oubliées », que certaines ressurgissent à la faveur d’un événement donné…

Il m’a alors semblé que l’étude de ce lien présentait un intérêt considérable pour la compréhension de certains phénomènes pathologiques. Avec Pierre Gagnepain, qui est maintenant chercheur Inserm, nous avons monté un projet de recherche en lien avec la mémoire de la Seconde Guerre mondiale, au Musée Mémorial de Caen.

Ces premiers travaux communs, utilisant l’imagerie cérébrale, ont montré que la mémoire collective s’immisçait dans la mémoire individuelle, et avait sur cette dernière un impact extrêmement important.

Lorsque sont survenus les attentats du 13 novembre 2015, forts de ces premiers résultats, nous avons décidé de ne plus simplement regarder vers le passé, mais d’élaborer des outils pour comprendre comment les mémoires allaient se construire et évoluer dans le temps.

Il s’agissait de commencer à recueillir les données sans attendre, en mettant en place des études coordonnées faisant intervenir des sociologues, des historiens, des médecins, des scientifiques spécialistes de l’imagerie cérébrale, des experts du traitement des big data, etc.

Notre ambition n’était pas de capter la mémoire de l’événement à proprement parler, mais de pouvoir analyser comment ces représentations allaient évoluer au fil du temps, non seulement chez les individus qui ont vécu les attentats ou qui en ont été très proches, mais aussi chez les autres, ainsi que dans la société toute entière. Nous voulions déterminer quelles étaient les représentations collectives de l’événement, grâce à des sondages et des enquêtes épidémiologiques.

TCF : Concrètement, en quoi consiste le projet ?

FE : Le programme 13-Novembre a démarré en avril 2016. Prévu pour durer 12 ans, il est articulé autour de deux études principales : l’étude 1000 (pour 1000 participants) et l’étude Remember.

Nous avons divisé les participants en quatre cercles, selon leur proximité à l’événement. Le cercle 1 correspond aux personnes directement exposées aux attentats. Le cercle 2, aux personnes qui vivent ou travaillent dans les quartiers visés, mais n’étaient pas présentes au moment de l’attaque. Le cercle 3 est constitué par les personnes qui vivaient en région parisienne à l’époque (à l’exclusion des personnes des 2 premiers cercles). Enfin, dans le cercle 4, on retrouve des personnes qui vivaient en province, plus précisément dans 3 villes : Caen, Metz et Montpellier. Les personnes des cercles 2, 3 et 4 ont appris la survenue de l’attentat à la radio, à la télévision, par téléphone, etc.

Concrètement, les participants ont d’abord intégré l’étude 1000, qui a consisté en des entretiens filmés, puis 200 d’entre elles, appartenant uniquement aux cercles 1 et 4, ont intégré Remember. Cette seconde étude implique quant à elle des examens médicaux, psychologiques et en imagerie cérébrale (IRM). Elle vise principalement à comprendre pourquoi certaines personnes, confrontées à un tel événement, développent un trouble de stress post-traumatique tandis que d’autres vont être résilientes. L’idée est d’identifier les mécanismes à l’œuvre, et les éléments qui les renforcent ou les résorbent.

TCF : Pourriez-vous nous rappeler en quoi consiste le trouble de stress post-traumatique ?

FE : Le trouble de stress post-traumatique survient après un événement durant lequel la victime perçoit qu’elle est en péril, que son intégrité physique (ou celle d’une personne dont elle est proche) est potentiellement menacée. Face à cette situation, la personne se sent totalement démunie.

De façon arbitraire, selon les critères actuels, on évoque le diagnostic de trouble de stress post-traumatique si les symptômes perdurent un mois après cet événement traumatique. Avant cette période, on parle de stress aigu. Celui-ci se rapproche davantage du stress auquel tout un chacun a pu être confronté (sans qu’il n’y ait forcément de lien avec un événement traumatique) : celui d’un entretien important, d’une soutenance de thèse… Ses effets d’estompent généralement en quelques jours. Dans le trouble de stress post-traumatique, au contraire, les conséquences du stress sont durables.

Le symptôme principal qui caractérise ce trouble est ce que l’on appelle les reviviscences (ou les « intrusions ») : les personnes revoient des images (ou réentendent des sons, perçoivent des odeurs, etc.) qui appartiennent à la scène du traumatisme.

TCF : En quoi ces intrusions diffèrent-elles des souvenirs ?

FE : Il ne faut pas confondre ces intrusions avec des souvenirs : un souvenir est quelque chose de construit. Vous vous souvenez de ce que vous avez fait dimanche dernier, vous revoyez les images, mais vous avez conscience que ces images appartiennent au passé. Le souvenir est contextualisé : vous savez comment vous étiez arrivé là, ce qui s’est passé avant, après, etc.

Les intrusions au contraire sont des éléments disparates, désorganisés, chaotiques. Elles sont très sensorielles, très émotionnelles. Et, à la différence d’un souvenir, elles surgissent dans le présent : l’individu qui en est victime les perçoit comme si l’événement se produisait à nouveau. C’est pour cela que l’on parle de blessés psychiques : la blessure causée par le traumatisme demeure béante du fait de ces intrusions incessantes.

Face à ces intrusions, la personne développe des mécanismes d’évitement, pour se protéger. Mais ces mécanismes protecteurs finissent par être tellement envahissants qu’ils deviennent à leur tour des symptômes. Par exemple, pour des attentats comme le 13-Novembre, qui ont lieu en présence de nombreuses personnes, la victime va avoir tendance à éviter les foules, à rencontrer peu de gens, elle va éviter les salles de spectacles, les lieux clos, et sa vie sociale va se restreindre en conséquence.

À tout cela s’ajoutent des réactions végétatives : sursauts, cauchemars, qui constituent d’autres stigmates de cette blessure. Enfin, d’autres symptômes et comorbidités vont parfois accompagner ce « noyau central » : dépression, anxiété, addictions, difficultés d’interactions sociales… Mais quoi qu’il en soit, le cœur du syndrome est bien cette capacité à réguler les intrusions. Elles sont au centre du trouble, tout le reste gravite autour, avec des expressions différentes d’une personne à l’autre.

TCF : L’étude Remember a justement étudié les mécanismes de contrôle de ces intrusions. Comment s’est-elle déroulée ?

FE : La grande force de cette étude réside dans son design général et dans le nombre important de participants. L’étude porte sur deux groupes principaux : l’un est constitué de personnes qui étaient au Bataclan, ou sur les terrasses attaquées, l’autre est un groupe « contrôle » (des habitants de Caen qui n’ont pas été directement impactés par les attentats – il s’agit du cercle 4).

Le groupe des victimes directes des attentats est ensuite subdivisé en deux sous-groupes, selon que ces participants ont développé un trouble de stress post-traumatique ou se sont avérés résilients. Enfin, les membres de chacun de ces deux sous-groupes sont appariés en fonction de leur situation précise face aux scènes des attentats (s’ils étaient dans la fosse du Bataclan, sur une terrasse, plus loin, ils étaient policiers, médecins, etc.).

Ce design est, scientifiquement parlant, extrêmement solide. De plus, le grand nombre de participants (200 personnes, dont environ 120 membres du cercle 1, permet des analyses statistiques très puissantes.

Pour savoir pourquoi certaines victimes sont capables de maîtriser la survenue des intrusions typiques du trouble de stress post-traumatique tandis que d’autres n’y parviennent pas, nous avons centré nos analyses sur l’IRM de haute résolution. Cette technologie permet, d’une part d’étudier la morphologie du cerveau, pour détecter d’éventuelles modifications d’un groupe à l’autre. D’autre part, l’IRM fonctionnelle permet quant à elle de mesurer l’activité du cerveau pendant que le participant réalise une tâche, en l’occurrence de visualiser le cerveau d’un sujet qui tente de repousser une intrusion.

TCF : Il ne s’agissait bien sûr pas de réveiller les intrusions traumatiques chez les sujets…

FE : Non, évidemment, pour des raisons éthiques évidentes. Grâce à Pierre Gagnepain, qui avait déjà expérimenté cette méthodologie dans un autre cadre, nous avons conçu une expérience appelée « think – no think » (« penser – ne pas penser ») permettant de générer des intrusions « neutres », c’est-à-dire, non traumatiques, en faisant l’hypothèse que ces intrusions neutres allaient mettre en œuvre les mêmes mécanismes cérébraux que les intrusions traumatiques. Pour prendre une image : si vous conduisez votre voiture et que quelque chose surgit devant vous, vous allez immédiatement appuyer sur le frein, qu’il s’agisse d’un sanglier ou d’un enfant ! La réaction émotionnelle qui s’ensuit est différente, mais les mécanismes qui permettent le contrôle sont les mêmes.

Le think – no think consiste à faire surapprendre aux participants des associations entre des couples de concepts. Par exemple le mot écrit « bateau » et l’image d’une maison. Après cet apprentissage, quand le participant voit écrit le mot bateau, immédiatement lui vient à l’esprit l’image d’une maison, de façon quasi irrépressible. On mime ainsi la survenue de l’intrusion traumatique, sans le traumatisme.

Ensuite, une fois dans l’IRM, on demande à la personne, lorsqu’elle voit le mot bateau écrit en lettres rouges, d’essayer de chasser l’image de la maison, qui survient d’abord de façon irrépressible. On mesure l’activité du cerveau dans cette situation précise.

Les résultats de ces travaux ont fait l’objet d’une publication dans la revue Science en début d’année.

 

TCF : Pouvez-vous nous expliquer ce qu’ils révèlent ?

FE : Nous avons découvert que la capacité à réfréner les intrusions, qui permet la résilience, s’explique notamment par des capacités de contrôle de la mémoire qui sont sous-tendues par des structures en réseau coordonnées par le cortex frontal, situé en avant du cerveau.

Quand une personne résiliente se trouve face au mot bateau écrit en rouge, et cherche donc à repousser l’intrusion de l’image associée, toutes les connexions neuronales de cette zone se synchronisent avec d’autres structures cérébrales, ce qui lui permet de contrôler les régions du cerveau impliquées dans la mémoire, les émotions, les perceptions d’une façon extrêmement efficace. Plus efficace même que ce que l’on observe chez les personnes du groupe contrôle, qui n’ont pas été confrontées directement aux attentats, ce qui constitue un résultat particulièrement intéressant. Notre travail ne souligne donc pas seulement les mécanismes défaillants, mais aussi, et c’est essentiel, ceux qui sont amplifiés pour permettre aux victimes de surmonter l’adversité.

La publication dans Science, utilisant l’imagerie fonctionnelle des intrusions dans le trouble de stress post-traumatique, souligne ce point critique du contrôle de la mémoire. Mais le trouble de stress post-traumatique a d’autres conséquences sur la mémoire, ce que ressentent très bien les victimes puisqu’il s’agit de leur mémoire autobiographique, celle qui est en lien avec leur identité personnelle.

Un autre volet du programme, qui utilise cette fois-ci des données psychopathologiques et neuropsychologiques, montre que la mémoire autobiographique, qui sert de base à la projection dans le futur, est aussi profondément modifiée. Le traumatisme, et ce qui s’écrit autour de lui, prend une place centrale, au détriment des intérêts antérieurs de la victime.

La compréhension des mécanismes qui président à ces changements est essentielle, et les leviers pouvant les modifier le sont plus encore, car ils pourraient constituer des pistes thérapeutiques nouvelles.

TCF : Sait-on d’où proviennent les différences observées d’un individu à l’autre ? Certaines personnes étaient-elles « prédestinées » à être résilientes, en raison de leur bagage génétique, de leur entourage social ?

FE : Nous n’avons pas encore tous les éléments pour pouvoir répondre à ces questions bien évidemment cruciales. Les données sont en train d’être analysées, ce qui prend du temps. Par ailleurs, le suivi de l’évolution de ces patients nous fournira des informations complémentaires. À terme, nous espérons identifier les éléments défavorables, qui entraînent un stress post-traumatique, et les éléments qui favorisent au contraire la résilience.

Dans notre étude, nous avons déjà constaté que les professionnels (policiers, membre des professions médicales…) étaient mieux protégés vis-à-vis de ce trouble que les autres victimes. Probablement en raison de leur formation, et du fait qu’elles sont intervenues avec un but, un rôle précis à jouer. On sait en effet que la mémorisation est renforcée par l’accès au contexte dans lequel se produit le souvenir.

L’exemple typique est le souvenir flash : si vous demandez à des personnes ce qu’elles faisaient le 11 septembre 2001, elles vous décriront probablement très précisément ce qu’ils étaient en train de faire. Elles s’en souviennent très bien (ou croient s’en souvenir très bien, car comme tout souvenir, celui-ci évolue au fil du temps), parce qu’elles ont ressenti une émotion forte au moment de l’événement. Le contexte était renforcé, et le souvenir est donc particulièrement durable. Dans le cas des attentats du 13 novembre 2015, une enquête du CREDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), associée à notre programme, a montré que 90 % de la population en France avait formé un tel souvenir flash.

Mais si un événement crée une émotion extrême, comme chez les victimes, l’effet est contraire. La mémorisation ne fonctionne plus comme à l’état normal et il y a production de ces éléments disparates, qui vont devenir des intrusions. L’activité de certaines régions du cerveau impliquées dans les émotions (comme le circuit amygdalien notamment) devient désordonnée, ce qui a pour conséquence de perturber le fonctionnement du circuit hippocampique, impliqué dans la mémorisation de souvenirs entourés de leur contexte.

Les souvenirs flash sont donc des souvenirs dont le contexte est renforcé alors que les intrusions sont dépourvues de ce contexte, d’où leur caractère désordonné et incontrôlable.

TC : Ce « point de rupture émotionnel » varie-t-il d’une personne à l’autre ?

FE : Il varie d’une situation à l’autre, objectivement, mais au-delà de cela, de nombreux paramètres l’influencent : la nature de l’événement, sa phénoménologie, la façon dont la personne l’a ressenti, la façon dont elle va être aidée ensuite… Mais aussi en partie en lien avec des aspects génétiques, et avec le vécu de la personne (a-t-elle déjà subi des traumatismes, comment y a-t-elle réagi, etc.).

Parmi ces éléments, la façon dont la personne a vécu l’événement initial, dont elle a réagi dans les premières heures après le traumatisme, semble compter beaucoup. On sait qu’il est important de procurer rapidement après l’événement des interventions psychologiques de qualité, comme celles offertes par les personnels des cellules d’urgence médico-psychologiques(CUMPs), qui sont particulièrement bien organisées dans notre pays.

Soulignons aussi l’importance des contacts sociaux : certaines personnes vont s’isoler, tandis que dans d’autres cas, les membres de l’environnement vont réussir à interagir avec elle, à l’aider à surmonter cet état. C’est un point délicat, car il recouvre une grande part de subjectivité : certaines personnes sont entourées par leurs proches, mais, malgré elles, elles ne parviennent pas à tirer le bénéfice de ce soutien.

En outre, dans des événements de portée nationale, et même historique, comme les attentats du 13 novembre, la façon dont la personne se sent reconnue par les autres, d’une manière beaucoup plus générale, est également très importante : l’existence d’associations de victimes, de commémorations, d’un procès (qui se tiendra bientôt)… Cette dynamique est complexe, car le ressenti est différent d’une personne à l’autre, d’autant que les personnes qui ont vécu de tels événements ne peuvent les oublier.

TCF : Ce qui signifie que le traumatisme peut être réactivé ?

FE : Effectivement, le traumatisme sera potentiellement réactivé par des événements qui ressemblent à ceux qui l’ont créé, ou par d’autres situations traumatiques. Au premier rang de celles-ci figure d’autres attentats, mais nous étudions aussi l’impact de la pandémie actuelle de Covid-19 et ses conséquences socio-économiques sur les participants à l’étude Remember, dans le cadre d’une étude complémentaire intitulée Remember-pandémie. Il s’agit d’étudier la vulnérabilité et la résilience aux expériences de confinement secondaires à l’épidémie, au moyen d’entretiens téléphoniques avec des psychologues et de questionnaires en ligne.

Il faut bien saisir que les conséquences du traumatisme continuent de s’écrire en lien avec le monde qui évolue autour de la victime. La mémoire collective qui se construit influence profondément la mémoire individuelle. On ne peut pas comprendre la pathologie développée par les individus qui ont été victimes d’un psychotraumatisme dans le cadre d’un événement comme des attentats de l’ampleur de ceux du 13 novembre 2015 si on laisse de côté les dimensions collectives et sociales.

Cela n’entre pas en opposition avec une réponse biologique et médicale. Cependant l’analyse des mécanismes, de leurs intrications, et donc la mise en évidence de potentielles thérapeutiques pertinentes, passe par la compréhension de cette dimension sociale. La possibilité d’une synergie entre la mémoire meurtrie de la victime et la mémoire sociale est l’une des voies de la résilience.

Comme le soulignait déjà en 1925 le sociologue Maurice Halbwachs, auteur de l’ouvrage « les cadres sociaux de la mémoire », tout acte de mémoire est un acte social. On ne peut pas comprendre la mémoire individuelle si on oublie ce point…


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5

Related Articles

0 Comments

No Comments Yet!

There are no comments at the moment, do you want to add one?

Write a comment

Write a Comment

Laissez votre commentaire

Quitate Tu…A ré-écoutez encore et encore !

L’amour un océan sans fonds ni rivage…

Archives

adipiscing non Donec libero. luctus leo. efficitur. vulputate,
%d blogueurs aiment cette page :