ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

 Le fil info

Des millions de poussins sont hachés vivants chaque jour pour produire des oeufs

juillet 24
09:21 2021
Temps de lecture : 7 minutes

poussins-broyes-oeufs

Crédit : Mercy for Animals / notre-planete.info – Licence : CC BY

Une association américaine de défense des droits des animaux dénonce dans une vidéo le traitement réservé aux poussins mâles dans la plus grande usine de poules pondeuses des Etats-Unis : les poussins mâles, incapables de pondre donc improductifs, sont hachés vivants au rythme de 150 000 par jour… Un cauchemar industriel pour le vivant malheureusement généralisé en France.

Jetés, abandonnés, mutilés et broyés comme de simples pommes de terre, voici le sort qui est réservé aux poussins qui ont la malchance de naître en tant que mâle… Il ne s’agit pas ici d’un mauvais film d’horreur mais d’une réalité industrielle où des machines fonctionnent en permanence pour détruire 150 000 poussins par jour, plus de 21 millions par an…

C’est dans la plus grande usine mondiale de poules pondeuses, l’usine de Hy-Line International à Spencer dans l’Iowa que l’association Mercy For Animals a révélé ce carnage. Grâce à une caméra cachée, l’association a mené l’enquête et filmé un aperçu de la réalité industrielle des écloseries modernes.

Comme les poussins mâles ne pourront jamais pondre et que leur croissance est trop lente pour en tirer de la viande, ils naissent et meurent le même jour, hachés vivants dans une machine.

Vous appréciez nos informations et voulez assurer notre continuité ?
Soutenez notre-planete.infoavec un don de votre choixdéductible d’impôts à 66 %

Dans un premier temps, les poussins sont triés par des ouvriers en fonction de leur sexe, manipulés et jetés comme des objets. Puis, ballottés par un convoyeur, ils sont précipités dans un broyeur à haute pression pour finir en chair sanguinolente…

Le sort réservé aux femelles n’est guère plus enviable. Pour elles, c’est le début d’une vie de cruauté et de confinement. Pour commencer, la tête des poussins est maintenue fermement par une machine qui découpe au laser le bout de leur bec, bien sensible. L’ébecquage est une pratique courante qui vise à prévenir les coups de bec que ces futures poules pourraient se donner dans une atmosphère confinée et restreinte où rien ne peut être picoré, où aucun contact avec le sol n’existe…

Enfin, par boîtes de 100, les poussins sont transportés par camion et expédiés dans tout le pays vers différents exploitants.

Selon l’association américaine, ces pratiques ne sont pas isolées et même tout à fait courantes dans l’industrie des poules pondeuses, loin des images rassurantes que les consommateurs voient sur les boîtes d’oeufs qu’ils achètent. C’est pourquoi, Mercy For Animals réclame que les 50 plus importantes chaînes de supermarchés du pays impriment sur les boîtes d’oeufs un avis prévenant « que les poussins mâles sont hachés vivants par l’industrie de la production d’oeufs ». Elle invite aussi les consommateurs « à mettre leurs principes moraux sur la table en choisissant la compassion plutôt que la cruauté et en adoptant un régime végétalien, respectueux des animaux ».

Le groupe Hy-Line International qui se dit « leader dans l’industrie de reproduction de volaille grâce au développement continu de la génétique et à sa production mondiale d’excellente qualité » aurait reconnu que la vidéo filmée fin mai-début juin « semble montrer des pratiques inappropriées contrevenant à la politique de bien-être des animaux » établie par le groupe, rapporte NouvelObs.com dans son article. « Nous avons lancé une enquête immédiatement quoiqu’il eût été préférable que nous soyons informés de ces possibles violations au moment où elles ont eu lieu », a indiqué un porte-parole, Tom Jorgensen.
« Après notre enquête, s’il est établi que notre code éthique a été enfreint, l’employé ou les employés concernés seront punis, voire renvoyés », indique la compagnie, forte de sept usines aux Etats-Unis et qui affirme disposer du plus grand stock de poules pondeuses au monde. Espérons qu’ils n’oublient pas de licencier leurs machines infernales…

Vidéos de poussins torturés et broyés

Attention : le visionnage de ces vidéos en caméra cachée peut être difficilement soutenable

Poussins sélectionnés pour la production d’oeufs

Vidéo de l’enquête citée ci-dessus

Poussins sélectionnés pour la production de viande

Vidéo de juin 2014 prise en caméra cachée dans l’usine de Butterball, le plus grand producteur de viande de dinde au monde. Les poussins sont sélectionnés à la naissance, puis mutilés. Ceux qui ne correspondent pas aux critères du processus industriel sont broyés. Un certain nombre subissent des sévices graves liés au personnel ou aux machines…

En France aussi les poussins sont massacrés et broyés

En Europe, ces pratiques, délirantes et inconcevables pour tout esprit sain, sont légales selon l’Annexe G de la Directive 93/119/CE du conseil du 22 décembre 1993 sur la protection des animaux au moment de leur abattage ou de leur mise à mort :

I. Procédés autorisés de mise à mort des poussins
  1. Utilisation d'un dispositif mécanique entraînant une mort rapide.
  2. Exposition au dioxyde de carbone.

Par conséquent, « l’élimination des nouveaux nés est pratiquée dans de nombreuses filières sur des petits inutiles ou en surnombre » souligne l’association de protection des animaux d’élevage L214.

La production des oeufs

La plupart des producteurs d’œufs utilisant des souches spécifiques optimisées pour la ponte, les poussins mâles de ces espèces ne sont pas adaptés pour la production de viande et sont donc abattus juste après leur éclosion. Plus de 40 millions de poussins sont ainsi éliminés chaque année en France, soit plus de 100 000 par jour.

Rappelons que « la France est le premier producteur d’œufs en Europe avec 12,5 milliards d’oeufs produits en 2012 par 48 millions de poules (dont 33,6 millions élevées en batterie), par an, selon la note de conjoncture 2013 de l’Institut Technique de l’Aviculture.

L’exemple d’un couvoir en Bretagne

Une vidéo de L214 montre les agissements routiniers d’une entreprise bretonne d’accouvage qui fait quotidiennement éclore des milliers de poussins à destination d’élevages de poules pondeuses ou de poulets de chair. À la naissance, les poussins sont triés et « sexés ». Les femelles de type « pondeuse » sont conservées tandis que les poussins mâles de la même souche sont écartés et traités en déchets. Les poussins faibles ou malformés subissent le même sort.

Attention : les images de cette vidéo peuvent être difficilement soutenables

La plupart des poussins indésirables sont jetés vivants, par caisses entières, dans une broyeuse. D’autres caisses de poussins encore en vie sont directement jetées dans la benne à ordures – où se déversent les poussins déchiquetés par la broyeuse. Des milliers d’autres poussins sont étouffés dans des sacs-poubelle : la vidéo montre un employé remplir, refermer et écraser un sac de poussins vivants, puis l’abandonner – tandis que le sac continue de remuer.

Le sort des oeufs dans la production de foie gras

Dans la filière « foie gras », en France, les femelles ont un foie trop nervuré jugé inapte à être valorisé en tant que foie gras, un met jugé délicat mais qui cache des pratiques honteuses. Ainsi, plus de 40 millions de canetons femelles sont également éliminés chaque année en France.

Au total, 80 millions de poussins sont détruits chaque année en France, soit près de 220 000 chaque jour, comme de simples déchets.

La filière bio des oeufs est-elle épargnée ?

Il est tout à fait possible de connaître le mode de production des oeufs que nous achetons, en se référant au chiffre qui est imprimé sur leurs coquilles. Les oeufs de poules élevées en batterie sont marqués du code 3 sur la coquille, à éviter donc. Il faut plutôt privilégier les oeufs issus de poules élevées en plein air (plein air, label rouge) dont le code est 1 ou 0 (pour le bio) sur l’oeuf.

Malheureusement, quelle que soit l’origine des oeufs, le sort des poussins est le même. Un vrai casse-tête…

Une solution technologique pour éviter cette boucherie ?

Une solution est avancée par le géant Unilever : déterminer le sexe des poussins avant leur éclosion. « L’entreprise cherche aussi des moyens de remplacer complètement les œufs en tant qu’ingrédient dans certains de ses produits. La décision d’Unilever pourrait permettre de sauver plus d’un million de poussins mâles chaque année, d’une mort qui a souvent lieu dans des conditions difficiles. » indique CIWF France.

Cette technique vient d’être adoptée par l’Allemagne qui devrait détecter directement le sexe des poussins dans l’oeuf à partir du 9e jour d’incubation (sur les 21 au total), épargnant ainsi des millions de poussins mâles, broyés et gazés vivants dans les couvoirs chaque année, a annoncé l’association GAIA, début avril 2015.

Début juin 2016, l’association de défense des animaux The Humane League annonçait que la filière des producteurs d’oeufs United Egg Producers, qui produisent 95 % des oeufs des Etats-Unis s’était engagée à mettre fin à cette pratique industrielle et barbare. D’ici 2020, une technique de détermination précoce du sexe dans l’œuf sera mise en place et évitera la naissance et la condamnation de centaines de millions de poussins.

50 millions de poussins broyés en France par an

En France, la mise à mort des poussins est une pratique usuelle dans les couvoirs. Pire, l’étouffement de poussins dans des sacs-poubelle ou leur abandon dans les bennes à ordures est une réalité même si c’est illégal.

Début août 2015, trente-six députés et sénateurs de tous bords ont demandé au ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll de mettre fin à la pratique du broyage et du gazage des poussins dans les couvoirs.

Par question écrite, les élus ont soulevé que dans la production d’oeufs de consommation, « seuls les nouveau-nés femelles sont conservés (…) et les poussins mâles sont détruits : en effet, n’ayant pas les mêmes caractéristiques que les poulets élevés pour leur chair, ils sont considérés comme inutiles par la filière avicole. En France, ce sont environ 50 millions de poussins mâles qui sont ainsi éliminés de façon particulièrement cruelle au premier jour de leur vie : déchiquetés vivants à l’aide de broyeuses, gazés ou étouffés. »
Prenant exemple sur l’engagement de l’Allemagne à instaurer une détermination précoce du sexe dans l’oeuf pour éviter l’éclosion de poussins non désirés, les élus ont demandé au ministre “s’il envisage d’instaurer de façon obligatoire en France” cette méthode qui épargnerait une mort violente à des millions de poussins.

Finalement, mi-juillet 2021, au Conseil des ministres européens, Julien Denormandie, Ministre français de l’Agriculture et de l’Alimentation a confirmé la fin du broyage des poussins pour 2022 en France, et a appelé, aux cotés de l’Allemagne, à adopter une interdiction européenne de cette pratique intolérable dès 2023. Pour autant, ce n’est pas la fin du calvaire pour les canetons femelles, qui sont eux toujours broyés pour la production de foie gras…

En attendant, nous pouvons tout à fait nous passer d’oeufs dans un grand nombre de préparations notamment sucrées, l’Association Végétarienne de France nous livre quelques astuces qui fonctionnent très bien pour diminuer notre consommation d’oeufs.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :