ÉTAT D’URGENCE CLIMATIQUE DÉCLARÉ À STRASBOURG ET BORDEAUX, DEUX VILLES EMPORTÉES PAR DES ÉCOLOGISTES

ÉTAT D’URGENCE CLIMATIQUE DÉCLARÉ À STRASBOURG ET BORDEAUX, DEUX VILLES EMPORTÉES PAR DES ÉCOLOGISTES

Novethic.

C’est leur premier acte en tant que maire : à Strasbourg et Bordeaux, Jeanne Barseghian et Pierre Hurmic, deux écologistes tout juste élus, déclarent l’état d’urgence climatique sur leur territoire. Des centaines de conseils municipaux à travers le monde ont pris le même engagement. Mais celui-ci doit impérativement s’accompagner d’une action climatique ambitieuse, au risque de perdre tout sens.

La photo : Jeanne Barseghian, la nouvelle maire de Strabourg, a déclaré l’état d’urgence climatique dès son premier conseil municipal, samedi 4 juillet. @Patrick Hertzog / AFP

Elle n’a pas perdu une minute. Dès son élection – surprise – la nouvelle maire de Strasbourg a déclaré l’état d’urgence climatique, sa principale promesse de campagne. « Je porterai de manière indissociable la réponse aux trois grands défis qui sont devant nous : le défi écologique, le défi social et le défi démocratique », a déclaré Jeanne Barseghian, lors de son tout premier conseil municipal, samedi 4 juillet. « Je le veux comme un acte fondateur de mon mandat de maire, qui doit infuser pendant six ans dans toutes les décisions et à travers toutes les politiques que nous mènerons », a-t-elle ajouté.

La veille, son homologue à Bordeaux prenait le même engagement. « Nous déclarerons l’état d’urgence climatique », a déclaré le nouveau maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, une fois ceint de son écharpe tricolore, vendredi 3 juillet. « Nous ferons en sorte que cet impératif climatique irrigue toutes nos politiques. » En théorie, cet état d’urgence va se traduire d’effets concrets.

À Strasbourg, Jeanne Barseghian s’est engagée, dès la première année de son mandat, à lancer un plan de rénovation énergétique ambitieux, à mettre en place une stratégie de commandes publique vertueuses et à accompagner la transition écologique de toutes les entreprises du territoire. À Bordeaux, Pierre Hurmic se prépare lui aussi à un été studieux avec le lancement d’un plan canicule, l’interdiction d’artificialiser des sols naturels et la mise en place d’une piste cyclable sur toute la longueur des Boulevards, la ceinture périphérique bordelaise.

Une mesure non-contraignante

Avant Strasbourg et Bordeaux, de nombreuses villes comme Paris, Mulhouse, Aix-les-Bains, Madrid, Barcelone, Lausanne, Naples, Milan ou encore New York avaient déjà décrété l’état d’urgence climatique. Au total, selon le décompte de l’association Citoyens pour le climat, qui milite sur le sujet, ce sont plus de 900 conseils municipaux dans 19 pays. Le parlement européen en 2018 et l’État français dans la loi Énergie-Climat ont eux aussi déclaré « l’urgence climatique ». À Bruxelles, le vote de la résolution, qui n’a d’ailleurs pas de visée légale contraignante, a donné lieu à un débat sémantique sur l’opportunité de déclarer « l’urgence » ou « l’état d’urgence ».

Mais ces actions restent souvent cantonnées au symbole. « Il serait réducteur de résumer l’état d’urgence climatique à son rôle symbolique d’alarme. Le principe est d’enclencher une réponse à la hauteur, et il ne serait pas cohérent d’annoncer un état d’urgence sans en tirer les conclusions qui s’imposent : il faut agir rapidement et massivement », analyse Nicolas Roger, Citoyens pour le climat.

Mettre en place une action significative

Pour l’association, une déclaration d’urgence complète se doit dans un premier temps de​ reconnaître véritablement l’urgence de la situation​ et de changer d’organisation pour intégrer cette priorité à tous les niveaux de gouvernance et d’administration. Il faut ensuite fournir une information objective et accessible aux citoyens sur l’ampleur de la crise climatique et environnementale. Enfin, il faut ​intégrer les citoyens dans ces prises de décisions qui bouleverseront nécessairement la vie quotidienne afin que l’effort de transition soit juste et partagé.

« Malheureusement, toutes les déclarations d’état d’urgence ne reprennent pas l’ensemble de ces points. Beaucoup en restent au stade de la reconnaissance de l’urgence, représentant alors tout au plus une déclaration d’intention, c’est le cas notamment de la France et du Parlement Européen. Il n’y a pas de véritable état d’urgence sans passage en ‘mode d’urgence' », poursuit Nicolas Roger.

Concepcion Alvarez @conce1


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Share

Related Articles

En vente cette semaine en Kiosques

UBUNTU…Un dossier de 24 pages à télécharger gratuitement

Cheikh Anta Diop, le plus grand savant du 20e siècle

Watch President Obama speak — and sing — at White House tribute to Ray…

Archives

ultricies id, tempus velit, dictum consectetur
%d blogueurs aiment cette page :