ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

Ces deux points noirs de la relation profs-élèves en France

Ces deux points noirs de la relation profs-élèves en France
mai 16
19:45 2021

Selon une note de l’Observatoire du Bien-être sur les relations enseignants-élèves, malgré une opinion très positive de leur expérience dans leur établissement, les élèves français interrogés à 15 ans par l’enquête PISA ont un sentiment d’appartenance à l’école plus faible que la moyenne de l’OCDE.

Atlantico : Le sentiment d’appartenance des élèves français à leur école est plus faible que la moyenne de lOCDE. Pourtant vous expliquez quils nont pas une opinion négative de leur institution. Comment expliquer ce paradoxe ?

Mathieu Perona : Le sentiment d’appartenance est un indice composite, c’est la moyenne de plusieurs questions. Sur cette dimension, il y a des questions sur lesquelles les élèves français de quinze ans sont très contents et 90 % des sondés disent qu’ils se sentent bien dans leur collège et leur lycée. Il faut noter que sur deux questions nous sommes très loin de la moyenne des pays de l’OCDE. Il s’agit du sujet du « je me sens laissé pour compte à l’école », une interrogation qui pointe les décrocheurs scolaires vis à vis de l’institution et celle du « je me sens chez moi à l’école ». Pour cette dernière, il s’agit d’une dimension culturelle car contrairement à d’autres pays où il y a une forte porosité d’attitude et de norme entre l’école et l’extérieur en France, l’espace scolaire est sacralisé. Il est pensé comme un espace isolé du reste de la société.

 

Les élèves disent ne pas se sentir chez eux à l’école et on peut penser que c’est normal car la société ne pense pas à l’école comme un établissement où l’on doit se sentir comme chez soi.

Votre étude pointe une relation professeurs-élèves moins bonne en France que dans les autres pays. De quoi se plaignent exactement les élèves  ? Et en quoi cela diffère-t-il des résultats dans les autres pays ?

À nouveau c’est un indicateur composite. Si on distingue les deux principaux motifs d’insatisfaction des élèves cela correspond à l’idée selon laquelle les professeurs ne s’intéressent pas au bien-être des élèves. Les élèves pensent qu’ils se préoccupent exclusivement de l’acquisition des savoirs et non de leur bien-être en temps que personne. Ils ont le sentiment qu’ils ne sont pas traités de manière équitable par les professeurs. Ils ont un sentiment d’injustice.

Si on prend deux comparants extrêmes, au Danemark les élèves se sentent mieux dans les deux dimensions qui posent problème à la France car la société se soucie du bien-être. Si l’on se compare ensuite à l’Allemagne, on n’a pas de différence avec la France sur la question du bien-être des élèves, en revanche le sentiment d’injustice est plus présent en France. Lorsque l’on creuse cet indicateur, l’écart avec les autres pays tient beaucoup à deux dimensions. Les élèves ont l’impression que les professeurs les trouvent moins intelligents qu’ils ne le sont réellement. Les enseignants leurs renvoient une sous-estimation de leur capacité intellectuelle et qu’ils sont interrogés moins souvent que les autres élèves. Soit les professeurs interrogent toujours les mêmes élèves ou il y a une attitude d’interrogation équitables et un biais de perception de la part des élèves.

La responsabilité est-elle du ressort des professeurs ou des élèves ? Existe-t-il des pistes de réflexions pour améliorer cette relation ?

L’étude ne permet pas de le dire, mais ouvre des questions dans les pratiques de classe et dans les représentations qu’ont les élèves à leur égard. Avec ce que l’on sait sur le système français et la part d’élèves qui décrochent et sur son efficacité à sélectionner des bons élèves on se dit qu’il y a une part de responsabilité des professeurs ou tout du moins de l’organisation de l’enseignement tel qu’il est fait. Il sollicite les bons élèves et les valorisent.

Les pistes de réflexions sont sur la table depuis un certain nombre d’années comme aller vers une tradition nordique. L’école ne se concentrerait pas pour dispenser des savoirs mais pourrait s’engager pour la formation complète du savoir être. Les pays qui perforent mieux dans PISA sur le bien-être et les performances scolaires mettent l’accent sur le travail collaboratif. Il faut que l’évaluation serve aussi essentiellement à tracer un chemin de ce que l’élève doit encore apprendre et non jauger le niveau. Cela ne peut plus être un concours.

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

publiez vos ANNONCES Légales

Consultez les annonces légales

ANTILLA N°2012 – janvier 2023

à voir…à voir !

Plénière des 2-3 février 2023

Consultez la newsletter de AMI !

Entrepreneurs…optimisez !

archives

NOS DIFFÉRENTES RUBRIQUES

%d blogueurs aiment cette page :
Antilla1

GRATUIT
VOIR