Sample Page

Novembre 2020, comme en mai 2009, un épisode pluvieux sur la Martinique, « surprenant », par l’ampleur catastrophique des dégâts

Novembre 2020, comme en mai 2009, un épisode pluvieux sur la Martinique, « surprenant », par l’ampleur catastrophique des dégâts
novembre 16
19:17 2020

José NOSEL


  En découvrant, à la télévision et sur des vidéos des réseaux sociaux, l’ampleurcatastrophique des dégâts causés par l’épisode pluvieux de ce début novembre 2020, j’ai pensé à un autre épisode de pluie intense, celui de mai 2009, qui avait causé des dommages importants aux constructions et infrastructures du pays et qui m’avait inspiré une réflexion au sujet du risque d’inondations. J’en avais tiré un article publié dans la revue Antilla en juin 2009.


      Je m’étais rendu compte que depuis au moins 3 décennies, où des efforts fructueux ont été portés sur la prévention des risques cycloniques et sismiques, c’étaient les risques de fortes pluies, et inondations, dans leurs conséquences, qui devenaient les risques naturels majeursles plus fréquents de la Martinique.

       Car autant ces risques de pluies et d’inondations ont des conséquences souvent catastrophiques, comme l’épisode en cours, voire parfois mortelles, autant ces risques, non seulement, nous ne les prenons pas suffisamment, à la hauteur des enjeux en cause, mais encore, il me semble que, par nos comportements individuels et collectifs, nous les aggravons. En particulier, par une politique de constructions, qui pourrait être plus rigoureuse quant à leurs implantations. Mais surtout par une politique de traitement des eaux pluviales et d’évacuation qui demeure insuffisante, quand elle n’est pas tout simplement négligée. Voyez, ce que je disais devant l’ampleur des dégâts de cet épisode pluvieux de 2009, dans un article de juin 2009, qui sera repris, en 2011, dans le tome 3 de mes ouvrages de « chroniques d’écologie politique », page 211, éditions Société des écrivains, Paris, 320 pages.

   Et comme en 2009, je redis, « A ceux qui ont à faire face directement aux conséquences de l’évènement, avec, en plus le contexte déjà plus que préoccupant de nos jours :solidarité, bon courage, tchimbé raide.

                                                                                                             

« Les inondations, principal risque majeur, à la Martinique ?

 Pourquoi sommes-nous, toujours surpris par la survenance des inondations, et surtout par l’ampleur des conséquences de ce risque, alors qu’il constitue un de nos principaux risques majeurs à la Martinique ?

                            Nous voici à nouveau surpris ; surpris par un phénomène de risque ; non pas principalement par la survenance du risque, souvent difficilement prévisible, mais par l’ampleur des conséquences du risque. Le nouvel évènement, une grosse quantité de pluie, pendant une brève période, en particulier en début de matinée de ce mardi 5 mai, dans un contexte pluvieux depuis plusieurs jours. Et nous voilà surpris par l’ampleur des conséquences de cet évènement. Un évènement qui se produit, de plus, en plein carême, en plein mois de mai. Nous sommes surpris, comme nous avons été surpris, par l’ampleur des conséquence du risque cyclonique avec le cyclone DEAN, surpris de l’ampleur du risque sismique, avec le tremblement de terre du mois de novembre dernier, surpris par l’ampleur du risque social, avec les évènements de février dernier, évènements commencés sereinement le 5 février, mais dont nous n’avons encore qu’une vague idée, aujourd’hui, de l’ampleur des conséquences à terme, de ce que certains qualifient de tsunami social.

              Réduire, au moins, les conséquences des risques, qui sont appelées à être de plus en plus violentes, par une mitigation appropriée, quand on ne peut pas les prévoir

   Les questions que nous souhaitons posées, ici, ne concernent pas les prévisions de ces évènements ; La météo climatique, en dépit de ses modèles mathématiques et statistiques très sophistiqués, arrive aux limites de ses capacités de prévisions, sur des tous petits territoires comme notre ile, avec en plus des micro climats, générateurs d’alternances de pluies et de soleil, parfois déroutantes.

      Il n’est pas rare de partir de Saint Pierre sous un soleil radieux, de traverser le centre sous des trombes de pluies et d’arriver au Marin sous un soleil éclatant, en l’espace de moins de deux heures ;

     Quant aux tremblements de terre on connaît l’extrême limite des possibilités de prévisions en la matière. Quand les sismographes se mettent à twister, le phénomène est déjà là ; et la méthode de « prévision » par l’observation des animaux qui, eux, pressentiraient le tremblement de terre, n’est pas entrée dans notre culture ;

     S’agissant des risques sociaux, la météo social dispose de quelques outils d’analyse et de prévisions ; mais ce sont souvent, ceux-là même qui ont mis en place ces outils et autres observatoires de la vie sociale, qui s’empressent d’ignorer les indications du climat social que révèlent les statistiques de ces instruments de météorologie sociale. C’est ainsi que l’observation du chômage des jeunes du pays, dans un contexte de perspectives d’avenir, encore insuffisamment ouverte, et dans un contexte d’accentuation de la violence ordinaire, permet de pronostiquer, d’éventuels nouveaux risques sociaux, à venir.

      Mais une fois de plus, nous risquons d’être surpris, non pas par l’évènement, en tout cas pour certains d’entre-nous, mais par l’ampleur, comme à chaque fois des conséquences de la survenance du risque. Et ce, d’autant, qu’il semble bien que les phénomènes de risques soientappelés à être de plus en plus violents, tandis que notre mémoire des catastrophes s’estompe très rapidement, d’un phénomène à l’autre ; dans « ce monde de l’instantanéité, marqué par ses dérèglements » que rappelle l’écrivain Amin Maalouf.  Si le cyclone Dean rappelait à certains, les cyclones Beula, ou Edith, les pluies du 5 mai 2009 rappellent peut-être Cindy. Mais ce qui frappe dans tous les cas c’est que c’est le plus souvent par inondations que nous perdons des vies humaines lors de la survenance de ces évènements ; c’est par les pluies abondantes et les inondations que nous viennent les gros sinistres de chaussées éventrées de glissement de terrains, de maisons et voitures emportées, de biens industriels, agricoles, artisanaux et domestiques endommagés.

       

Bref, nous n’avons peut-être pas pris en compte suffisamment les conséquences des phénomènes d’inondations.  

   La question est donc, peut-on réduire les conséquences de ces risques, et singulièrement les conséquences des risques d’inondations

Bien sûr, on nous dit, il faut savoir accepter ce que l’on ne peut pas empêcher.

Mais, ne peut-on pas empêcher que nous subissions tant de pertes par inondations quand surviennent des phénomènes climatiques, même imprévus, comme celui que nous venons de subir ?

     Reconsidérer l’aménagement et l’organisation de notre territoire, en tenant compte davantage des phénomènes de pluies abondantes et d’inondations 

          La réponse, plus facile à dire qu’à mettre en œuvre, serait de reconsidérer l’aménagement et l’organisation de notre territoire, en tenant compte davantage des phénomènes de pluies abondantes et d’inondations ; c’est ainsi que :

Non seulement il ne faudrait plus laisser construire dans le lit majeur des rivières, mais il faudrait enlever les constructions qui s’y trouvent actuellement ;

Le respect de la zone non-aedificandi de 10 M le long des berges des rivières devrait êtrescrupuleusement exigé et donc prévu dans tous les plans locaux d’urbanisme ;

L’expérience présente montre que le curage et nettoyage des rivières et des ravines ne doit pas se faire seulement à l’approche de la période cyclonique, mais toute l’année si possible. Les quantités de déchets entraînées par les inondations et déposées en partie dans les rues des bourgs, dans les maisons et dans les embouchures des rivières sont impressionnantes ; ce sont autant d’embâcles, qui obstruent le cours habituel de l’eau et l’amène à « déborder » trèsrapidement hors de son cours, envahissant et emportant tout sur son passage ;

Trop de constructions demeurent encore sur des zones à très haut risque de glissement en attendant que l’événement fatal vienne le rappeler à l’occasion.

Quant à cette inondation, à chaque fois de l’autoroute, sur la portion conduisant à l’aéroport, on peut s’étonner qu’une telle situation se reproduisant à la moindre pluie n’ait pas trouvé encore de solution ; c’est surprenant. Il est vrai que les inondations constituent un risque naturel majeur dont on parle peu. Le risque volcanique, le risque cyclonique, le risque sismique, le risque de tsunami, sont des risques dont on entend parler volontiers, beaucoup moins du risque d’inondation. Ce sont pourtant les inondations, répétons-le, qui donnent, chez nous, cette ampleur aux conséquences des catastrophes naturelles, en termes depertes de vies humaines et de pertes de biens matériels.

        Sans une certaine reconsidération de notre approche de cette question de risque, pour encore mieux anticiper les conséquences éventuelles prévisibles, je ne doute pas que nous nous réservons encore bien des surprises, hélas, pour les prochains évènements à venir. A ceux qui ont à faire face directement aux conséquences de l’évènement, solidarité, bon courage, tchimbé raide. Juin 2009 »

                                                                           Fort de France    le 15/11/2020

                                                                                             José NOSEL


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Share

About Author

Gérard Dorwling-Carter

Gérard Dorwling-Carter

Related Articles

0 Comments

No Comments Yet!

There are no comments at the moment, do you want to add one?

Write a comment

Write a Comment

Laissez votre commentaire

L’amour un océan sans fonds ni rivage…

Archives

in diam Donec mattis ut mattis id Aliquam ut Aenean ipsum
%d blogueurs aiment cette page :