Une reprise verte de l’Amérique latine et des Caraïbes est possible et nécessaire

Une reprise verte de l’Amérique latine et des Caraïbes est possible et nécessaire

Éditorial de Carlos Felipe Jaramillo, Vice-président de la Banque mondiale pour l’Amérique latine et les Caraïbes


La crise climatique dans notre région ne disparaît pas. Le climat, comme la crise du COVID-19, fait le plus grand tort aux personnes les plus vulnérables de la région. En termes de migration uniquement, il pourrait y avoir jusqu’à 17 millions de réfugiés climatiques dans la région d’ici 2050 en provenance de zones où les systèmes de subsistance sont de plus en plus compromis par le changement climatique. Tant la pandémie que la crise climatique amplifient les inégalités sous-jacentes et les mauvaises performances économiques. Alors que nous nous tournons vers la reprise du COVID, nous devons mieux reconstruire pour prendre en compte la crise climatique à venir.


À l’heure actuelle, la plupart des économies de la région sont confrontées à deux défis majeurs: se remettre d’une grave récession économique tout en s’attaquant aux transformations nécessaires à une croissance inclusive et à un développement durable permettant de sortir de la pauvreté pour tous. Les programmes de relance du COVID-19 qui accordent la priorité à la productivité, à l’inclusion et à la résilience conduiront à plus de compétitivité et d’innovation, et renforceront la confiance dans le gouvernement et les institutions. Cela permettra à l’Amérique latine et aux Caraïbes de lutter contre le COVID-19 et le changement climatique et aidera à reconstruire le contrat social si important pour accélérer la réduction de la pauvreté et la prospérité partagée.  

L’énergie propre et les transports propres sont des secteurs clés dans l’agenda de la région pour mieux reconstruire. Bien que l’Amérique latine produise déjà la majeure partie de son électricité à partir de sources renouvelables, la plus importante, la production hydroélectrique, est de plus en plus vulnérable à la variabilité induite par le changement climatique et sera de plus en plus difficile à adapter pour suivre le rythme de la demande accrue attendue une fois que la crise du COVID s’atténuera. Les énergies renouvelables non traditionnelles, éolienne et solaire en particulier, sont désormais compétitives dans de nombreux pays si les obstacles réglementaires et contractuels à leur intégration dans la matrice énergétique peuvent être surmontés. Les investissements en efficacité énergétique dans les bâtiments pourraient réduire l’empreinte carbone tout en créant de nombreux emplois peu qualifiés lors de la rénovation des bâtiments. Du côté des transports, une attention renouvelée aux transports en commun devrait être une priorité élevée. 

Lorsqu’il est bien fait, l’adaptation et le renforcement de la résilience au changement climatique peuvent générer des avantages économiques, sociaux et environnementaux significatifs, libérant la croissance et des emplois tout en renforçant le capital naturel. Par exemple, l’investissement dans des infrastructures d’adaptation telles que des routes à l’épreuve des intempéries et des logements résilients au climat peut avoir des effets positifs immédiats sur l’emploi des emplois liés à la construction, même s’ils renforcent la résilience à long terme des ménages. Pour chaque million de dollars investis dans le secteur de la construction, près de 200 emplois devraient être créés en Bolivie, 130 emplois au Nicaragua et 120 au Honduras. Selon un récent rapport du World Resource Institute et de la nouvelle économie climatique, le passage à une économie à faible émission de carbone et durable pourrait ajouter 535 milliards de dollars au PIB du Brésil d’ici 2030 par rapport au statu quo.  

Les voies à faible émission de carbone ne doivent pas nécessairement signifier compromettre les résultats du développement, la stabilité macroéconomique ou la viabilité de la dette. Si la situation budgétaire difficile dans la région pourrait constituer un défi pour l’action climatique, elle pourrait plutôt être une incitation à réorienter les programmes qui soutiennent l’utilisation non durable des ressources naturelles ou les voies à forte intensité de carbone qui enferment les pays dans une faible productivité et réduisent la compétitivité. La réorientation des 240 milliards de dollars de subventions annuelles aux carburants dans la région pourrait ouvrir la voie à des investissements dans les énergies propres et les transports propres afin de faire évoluer la région vers un avenir sobre en carbone.   

C’est pourquoi plusieurs pays de la région ont placé le changement climatique et le développement inclusif et résilient au centre de leurs plans de relance COVID. La Colombie a inclus la croissance propre («Producir conservando y conservar produciendo») et le soutien à sa bioéconomie. Le Chili a déjà annoncé que 30% des ressources supplémentaires destinées aux investissements publics dans le cadre de son plan de relance COVID (Paso a Paso, Chili se Recupera) seront utilisés pour des projets durables et verts. 

La Banque mondiale est un partenaire dans cette entreprise. Nous avons approuvé 6,6 millions de dollars américains pour financer la réponse d’urgence de la Dominique, en mettant l’accent sur le renforcement des capacités du système de santé et le renforcement de la sécurité alimentaire, à la fois pour la résilience climatique et la reprise économique immédiate. Nous avons soutenu l’Uruguay avec un financement de 400 millions de dollars américains pour atténuer l’impact économique et social de l’épidémie de COVID-19, tout en jetant les bases d’une reprise économique forte et résiliente. Il s’agissait d’une réponse critique à la pandémie concomitante du COVID-19 qui a frappé l’Uruguay en même temps qu’une grave sécheresse affectant la production agricole. Nous avons conjugué l’investissement dans la réponse et la reprise COVID-19 avec un financement qui donne la priorité au développement inclusif et à la résilience à long terme dans l’ensemble de notre portefeuille dans la région.   

Comme le COVID-19, le changement climatique a miné la sécurité publique et la prospérité dans toute la région. Combattre les deux ensemble est la clé pour mieux reconstruire.  

Carlos Felipe Jaramillo  est le vice-président de la Banque mondiale pour l’Amérique latine et les Caraïbes


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Share

Related Articles

MozART GROUP Bobby McFerrin

Les Téléspeakerines Martiniquaises:✰Sylvette Cabrisseau & Michelle Ma…

Archives

eget ipsum venenatis ut id Lorem id
%d blogueurs aiment cette page :