ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

 Le fil info

Une vaste étude révèle ce que 10.000 économistes jugent qu’il est important d’étudier en économie

octobre 04
05:11 2021
Temps de lecture : 4 minutes

De nombreux économistes trouvent que trop d’importance est donnée à la finance dans les sujets de recherche.

De nombreux économistes trouvent que trop d'importance est donnée à la finance dans les sujets de recherche.

©SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

SUJETS PORTEURS

Les résultats d’une enquête mondiale menée par les économistes Peter Andre (Université de Bonn) et Armin Falk (directeur du briq Institute on Behavior & Inequality à Bonn) auprès de près de 10 000 économistes universitaires montrent qu’ils sont nombreux à penser que la recherche économique devrait être davantage orientée vers les politiques, être plus multidisciplinaire et plus disruptive.Peter AndreAJOUTER AU CLASSEURLECTURE ZEN

Une vaste étude révèle ce que 10.000 économistes jugent qu’il est important d’étudier en économie

avec Peter Andre

Atlantico : Vous avez mené, avec Armin Falk, une enquête mondiale auprès de près de 10 000 économistes universitaires pour savoir ce qui, selon eux, méritait de faire l’objet de recherches. La première question portait sur les objectifs de recherche fondamentale sur lesquels les économistes souhaiteraient que leur discipline se concentre. Quelles sont les aspirations des économistes dans ce domaine ?

Peter Andre : Les économistes seraient favorables à une réorientation vers des recherches directement pertinentes pour le public et les décideurs politiques – des recherches qui aident à concevoir de meilleures politiques publiques. De même, de nombreux économistes souhaiteraient une plus grande multidisciplinarité dans la recherche économique. Cela signifie que l’économie devrait s’inspirer davantage des idées développées dans des disciplines connexes, qu’il s’agisse des sciences sociales, des mathématiques ou de la science informatique. Nous constatons également que les économistes préféreraient une recherche plus risquée et disruptive, par opposition à une approche plus fragmentaire et incrémentale qui ne s’écarte que de façon minimale et prudente des paradigmes et idées existants.

Quels sont les sujets sur lesquels les économistes souhaiteraient voir davantage de recherche ? A l’inverse, certains domaines sont-ils trop abordés ?

De nombreux économistes souhaiteraient voir davantage de recherches sur des sujets actuellement mineurs tels que l’économie publique, l’économie de la santé et de l’éducation, ou l’histoire économique. En revanche, ils accordent moins d’importance à des sujets de recherche actuellement dominants comme l’économie financière, la microéconomie ou l’organisation industrielle. Notre interprétation est que de nombreux économistes seraient favorables à une plus grande diversité de sujets dans la recherche économique.

Par ailleurs, nous comparons également les thèmes de recherche préférés des économistes aux travaux publiés dans les cinq plus grandes revues d’économie. Nous constatons que de nombreux économistes sont en faveur d’une plus grande recherche en économie environnementale et agricole. Cela fait écho à une critique récente selon laquelle la recherche économique de pointe est trop silencieuse sur le changement climatique.

L’une des principales critiques à l’égard de l’économie est son manque de pluralisme. Bien que votre étude ne se concentre pas sur la façon dont les sujets devraient être traités, le sujet lui-même peut-il nous dire dans quelle mesure les opinions des économistes sont hétérogènes ou non ?

L’une des raisons pour lesquelles nous nous sommes lancés dans ce projet de recherche est qu’il est extrêmement difficile de dire ce qui est « intéressant » et « digne d’être connu ». En fait, il n’existe aucun moyen scientifique ou objectif de répondre à cette question. En pratique, les chercheurs doivent s’en remettre à leur instinct, à leur intuition et à leurs jugements de valeur personnels. L’étude constate en fait que ces jugements sont très pluralistes. Bien que la plupart des économistes soient favorables à une évolution vers une recherche plus pertinente pour les politiques, plus multidisciplinaire et plus risquée, de nombreux économistes sont également d’avis contraire. La question de savoir ce qu’il vaut la peine de savoir en économie est fondamentalement contestée. Personnellement, je pense que c’est formidable ! L’économie devrait embrasser cette pluralité. 

Votre étude met en évidence une insatisfaction à l’égard de la pratique actuelle de l’économie et le fait qu’une majorité « souhaite davantage de recherches pertinentes pour les politiques et risquées, avec un champ d’application plus large et une orientation multidisciplinaire plus marquée ». Concrètement, à quoi cela ressemblerait-il ? Comment l’économie peut-elle s’engager dans cette voie ?

Bonne question. Nous espérons que notre étude stimulera précisément ce débat. Pour l’instant, il semble que l’économie n’apprécie pas pleinement et ne travaille pas sur ce que les économistes préfèrent collectivement. Les raisons de cette situation peuvent être multiples et sont déjà débattues dans les recherches actuelles : Les préoccupations de carrière des chercheurs, la « tyrannie » des meilleures revues, les hauts et les bas de ce qui est considéré comme une recherche « à la mode » ou une approche dépassée de l’enseignement de l’économie. Souvent, les problèmes politiques concrets sont moins nouveaux et moins intrigants intellectuellement que les chercheurs ne le souhaiteraient. En outre, les données disponibles pour mener des recherches empiriques peuvent être limitées. Bien entendu, la recherche doit toujours être soumise aux normes les plus élevées possibles. Mais pour la recherche appliquée, ces normes diffèrent souvent de la recherche fondamentale ou de la recherche dans des contextes où les données sont parfaites. Je pense que l’économie devrait accorder une plus grande valeur au fait que les chercheurs s’attaquent à des problèmes qui comptent.

Bien sûr, cela nous ramène à notre question d’ouverture : Qu’est-ce qui compte et qu’est-ce qui vaut la peine d’être su ? Le choix des questions et des objectifs de recherche est sans doute l’un des choix les plus importants que font les chercheurs. Nous espérons donc que nos résultats contribueront à un débat inclusif et ouvert sur « ce qu’il vaut la peine de savoir » en économie.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :