ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

 Le fil info

Biden a changé – pour le mieux

Biden a changé – pour le mieux
juillet 07
20:00 2020
Temps de lecture : 4 minutes

Si l’un des buts ultimes de la protestation est de pousser les politiciens, Biden a montré qu’il est prêt à être poussé.

3 JUIN 2020
Franklin Foer

Rédacteur en chef de The Atlantic

illustration :Joe Biden.

GETTY / L’ATLANTIQUE

Lorsque Joe Biden est entré dans cette course à la présidence, il a été  comme allié de la ségrégation. Ses adversaires l’ont carrément dépeint comme un architecte de l’incarcération de masse et un apologiste de Strom Thurmond – comme un sénateur qui ne se soucie pas particulièrement de la moralité.

Ces attaques ont été lancées non pas pour suggérer que Biden était un revanchiste racial, mais pour renforcer une critique largement partagée de l’homme : il n’est pas un visionnaire, mais un politicien malléable, avec un sens du bien en accord avec la barométrie.

Mais hier, à Philadelphie, Biden a livré peut-être la critique la plus approfondie et la plus percutante des inégalités raciales américaines jamais prononcée par un grand candidat à la présidence. Il est certain qu’aucun candidat n’a jamais proposé un programme aussi solide pour réduire les abus de la police, et avec si peu de couverture rhétorique.

Face aux bouleversements, il a donné des raisons d’espérer que les traits qui étaient ses soi-disant faiblesses pourraient s’avérer être ses grandes forces. Si l’un des buts ultimes de la protestation est de pousser les hommes politiques, il s’est montré un homme politique prêt à être poussé. Sa tendance à canaliser l’esprit de l’époque lui a donné la possibilité de faire face à un moment très difficile

On prétend que les personnes âgées sont cimentées dans un moule idéologique. On dit que leur esprit a une capacité limitée à changer de voie politique. Mais au cours des derniers mois, Biden a modifié sa vision du monde. Au début de sa candidature, il s’est annoncé comme le tribun de la normalité. Donald Trump était un agent pathogène qui avait attaqué l’américain – et Biden assurerait la présence purificatrice qui permettrait un retour au statu quo d’avant Charlesville.

 

Ce qui était si frappant dans son discours à Philadelphie, c’est qu’il reconnaissait qu’il s’était trompé. Le pays ne pouvait pas revenir à un état de tolérance  antérieure car il n’en existait pas. « J’aimerais pouvoir dire que la haine a commencé avec Donald Trump et finira avec lui. Elle n’a pas commencé et ne finira pas. L’histoire américaine n’est pas un conte de fées avec une fin heureuse garantie. » La foi dans le progrès est le nostalgique de la politique libérale, mais Biden a rompu avec cette foi à Philadelphie, et ce faisant, il a concédé son propre échec à apprécier les profondeurs du racisme américain.

 

Depuis le début de la quarantaine, Biden a été réprimandé pour avoir disparu de la circulation, et il reçoit étrangement peu d’attention des médias lorsqu’il baisse la tête. Ces derniers jours, par exemple, il a traité les protestations avec déférence, ce que les informations du câble ont largement ignoré. Lorsqu’il a rencontré des militants qui ont critiqué le bilan de l’administration Obama en matière de race, il n’a pas réagi de manière défensive. Au lieu de cela, il a soigneusement pris des notes. Les images relativement peu nombreuses qui circulent le montrent engagé dans des poses empathiques qui semblent si souvent exagérées, mais qui projettent également l’ouverture et le respect. Dans une église de Wilmington, dans le Delaware, il s’est agenouillé, une position qui rappelle évidemment celle de Colin Kaepernick, mais aussi une attitude d’humilité face à une colère impressionnante.

Tant d’histoire américaine s’est déroulée depuis début février, qu’il est facile d’oublier que la candidature de Biden a été sauvée lors des primaires de Caroline du Sud. Au lendemain de cette victoire, il a évoqué la dette qu’il avait envers les électeurs noirs. Il est possible que ce soit, pour emprunter une expression, de la foutaise. Mais dans le style archaïque de l’ancien vice-président, où la parole est censée être plus forte que le chêne, cette dette l’a déjà poussé à miser sa candidature sur une déclaration claire de solidarité avec les protestations.

Plus que d’autres membres du Parti démocrate, Biden peut parler chaleureusement des manifestants sans risquer de subir un contrecoup politique. Avec ses gaffes, qui tournent parfois au politiquement incorrect, son penchant pour les remarques désobligeantes et ses vieilles manières contribuent à apaiser l’anxiété de certains électeurs blancs face à ses critiques sévères à l’égard de la police et à ses condamnations sans ménagement du racisme systémique.

Lundi, le frère de George Floyd s’est spontanément adressé à la foule sur le lieu du meurtre de son frère, en tenant un porte-voix. A travers son deuil, il a tenté de guider la forme du mouvement de protestation qui s’était élevé au nom de son frère. Il a plaidé : « Renseignez-vous et sachez pour qui vous votez. C’est comme ça que vous l’obtiendrez. C’est beaucoup d’entre nous. Faites-le pacifiquement ».

C’était comme s’il distillait un corpus de recherches en sciences politiques qui a montré pourquoi tant de mouvements de protestation dans le monde se sont éteints ces dernières décennies. Les médias sociaux permettent de rassembler rapidement les foules, mais sans l’infrastructure organisationnelle ou le programme solide qui peuvent soutenir un véritable mouvement. Terrence Floyd demandait quelque chose de différent : il voulait que les foules dans les rues pensent politiquement.

Le défi pour la candidature de Biden est de faire le pont entre une alliance et une gauche renaissante. Biden, une créature du Sénat, doit convaincre les jeunes qui se précipitent aux barricades qu’il vaut bien un voyage aux urnes. Et le défi pour la gauche est d’accepter que Biden est sa plus grande chance de réaliser ses rêves de longue date. Ce qu’il a démontré au cours de la semaine dernière, c’est sa volonté de jouer le rôle de tribun, de laisser le moment le transporter vers un nouveau lieu.

letters@theatlantic.com.

 

FRANKLIN FOER est rédacteur en chef de The Atlantic. Il est l’auteur de World Without Mind et de How Soccer Explains the World : Une théorie improbable de la mondialisation


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :