ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

Coronavirus: quand la maladie booste la technologie».

Coronavirus: quand la maladie booste la technologie».
mai 01
02:09 2020
Temps de lecture : 4 minutes

«Coronavirus: quand la maladie booste la technologie».
La tribune du Dr Ghanimi Rajae 30 avril 2020.
« Le télétravail sera le fruit à récolter de cette crise, car il permettra d’économiser des espaces de bureau coûteux, de réduire les dépenses de transport et d’augmenter la productivité des employés ​»
Une femme télétravaille tout en gardant son enfant au Japon pendant l\’épidémie de coronavirus.Une femme télétravaille tout en gardant son enfant au Japon pendant l’épidémie de coronavirus. © Sipa Press
S’abonner
Chercheuse et écrivaine, Dr Ghanimi Rajae est médecin spécialiste en médecine du travail et pathologies professionnelles.
Depuis quelques mois, l’humanité est en train de faire face à un nouveau coronavirus, bien plus complexe que ses prédécesseurs, avec un taux de propagation « numéro de reproduction de base » presque le double de celui de la grippe normale. Pratiquement 195 pays ont été touchés. L’OMS a déclaré une pandémie mondiale le 11 mars 2020.

Malgré les progrès de la médecine, de la pharmacie, et de la technologie médicale, cette maladie a été un défi pour tout le monde, a mis en évidence les limites de la science, a « verrouillé le monde », et a fermé les frontières, laissant une seule solution à l’humanité, celle connue depuis des siècles, à savoir, l’isolement et la distanciation sociale.
Pourtant, et malgré la sensibilité et la difficulté de la situation, l’humanité mène une lutte courageuse et se penche sur la science des data et les technologies « New Age » pour arrêter, voire seulement ralentir la propagation du virus. Ces technologies aident non seulement à lutter contre la pandémie de santé actuelle, mais aussi à renforcer notre capacité à gérer ce genre de crises de santé dans l’avenir.
Malgré les progrès de la médecine, de la pharmacie et de la technologie médicale, cette maladie a mis en évidence les limites de la science
Travail à domicile. Afin de faire face à l’épidémie, la Chine s’est penchée sur son socle de savoir technologique, pour combattre la maladie tout en assurant la continuité de la vie économique et sociale. Les géants de la technologie chinois Alibaba et Baidu ont demandé à leurs employés de travailler à domicile, juste après la déclaration de l’épidémie.
Dans tous les pays touchés par la maladie, le mode de travail a été chamboulé, pas de réunions « face-à-face », moins de déplacements aux bureaux, moins de contact physique avec les collaborateurs. Plusieurs dirigeants à travers le monde se sont confinés. Testé positif pour le coronavirus, le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a travaillé en autoquarantaine et a assuré une télé-gouvernance pour s’acquitter de ses responsabilités administratives et aujourd’hui le prince Charles d’Angleterre est aussi porteur du virus.
Le coronavirus nous a initiés aux bonnes habitudes. On a besoin que d’un ordinateur portable et d’une bonne connexion Internet pour accéder à notre serveur de bureau, travailler sur notre projet et obtenir les résultats souhaités. On peut utiliser des services en ligne pour les réunions à distance, les conférences Web et le transfert de fichiers entre ordinateurs.
Le travail à domicile sera le fruit à récolter après cette crise, car il permettra d’économiser des espaces de bureau coûteux, de réduire les dépenses de transport, de réduire la consommation du papier et de la fourniture de bureau et d’augmenter la productivité des employés.
L’enseignement à distance. En cette période de crise, les enseignants ont tenté de contourner les difficultés, de chercher une alternative à l’enseignement présentiel, parfois en ayant recours à des outils moins attendus que prévu, comme Snapchat, Facebook live, groupes WhatsApp, voire même à créer une classe virtuelle, qui permet à un enseignant de donner cours en visioconférence. L’autre volet, ce sont des ressources pédagogiques, avec des chapitres de cours pour les différentes matières. Les parents ont aussi montré une adhésion totale à cette métamorphose ponctuelle.
Certaines tâches de la vie quotidienne à risque ont aussi été déléguées aux robots. Puisqu’ils ne sont pas sensibles au virus, ils sont donc déployés pour effectuer le nettoyage et la stérilisation, la livraison de nourriture, la livraison de médicaments et pour réduire au maximum le contact interhumain. Les robots UVD de Blue Ocean Robotics utilisent la lumière ultraviolette pour éradiquer de manière autonome les bactéries et les virus.
Certaines tâches à risque ont aussi été déléguées aux robots. Puisqu’ils ne sont pas sensibles au virus, ils sont déployés pour effectuer le nettoyage et la stérilisation, la livraison de nourriture et de médicaments
L’épidémie de coronavirus a également dopé la pratique de la télémédecine, c’est-à-dire la consultation d’un médecin à distance, par téléphone, ou via internet par webcams interposées. La majorité des médecins, ont opté pour ce mode de gestion des consultations afin d’éviter le contact avec les malades et des malades entre eux au niveau des structures sanitaires. Le Rush University Medical Center de Chicago a récemment mis en place une ligne médicale virtuelle pour aider à dépister les coronavirus chez les patients.
Bien qu’elles soient éthiquement controversées, les solutions de reconnaissance faciale et de l’iris intégrées aux thermomètres infrarouges sont de plus en plus utilisées pour le dépistage et le repérage des personnes atteints de Covid-19. Cette technique de biométrie virtuelle est également utilisée pour suivre les mouvements des personnes suspectées d’être infectées et les mettre en quarantaine.
Intelligence artificielle (IA). Avec l’avènement de la science des données et des algorithmes d’apprentissage profond ou de d’apprentissage automatique, nous sommes désormais en mesure d’accéder à des quantités importantes de données, collectées à partir des différentes sources d’information. De la détection des coronavirus à la tomodensitométrie, la recherche de contacts plus intelligente, le suivi de l’épidémie, l’analyse des données épidémiologiques, voire des essais cliniques en un temps records. La recherche des contacts est impérative pour garantir que toute personne en contact étroit avec les patients infectés soit détectée, confinée et surveillée.
La technologie et l’IA peuvent accélérer considérablement le traitement des données nécessaires pour obtenir les informations, les réponses et les recommandations pour pouvoir gérer et combattre la pandémie de Covid-19 avec une précision meilleure que prévue.
Chercheuse et écrivaine, le DrGhanimi Rajae est médecin spécialiste en médecine du travail et pathologies professionnelles


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANTILLA EN VENTE CETTE SEMAINE N° 2001

Biguine Jazz Collective. Come together dès Beatles

Abonnez-vous à notre newsletter

%d blogueurs aiment cette page :