ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

 Le fil info

Déconfinement : l’allègement de la distanciation sociale perturbe nos cerveaux

Déconfinement : l’allègement de la distanciation sociale perturbe nos cerveaux
juillet 06
02:20 2021
Temps de lecture : 5 minutes
Des jeunes profitent du soleil dans un parc du centre de Nantes, le 1er avril 2021.
©LOIC VENANCE / AFP

PAS TOUJOURS UN SOULAGEMENT

La neuroscience explique ce trouble que ressent actuellement une partie de la population alors que nous devons réapprivoiser des modes d’interaction sociale suspendus depuis des mois.

Les neurosciences expliquent pourquoi votre cerveau a besoin de temps pour s’adapter à la « non- distanciation sociale ».

Avec des vaccins COVID-19 fonctionnels et la levée des restrictions dans tout le pays, il est enfin temps pour ceux qui ont été vaccinés et qui sont restés terrés chez eux d’abandonner leur pantalon de survêtement et de sortir de leurs cavernes Netflix. Mais votre cerveau n’est peut-être pas aussi impatient de se replonger dans votre ancienne vie sociale.

Les mesures de distanciation sociale se sont avérées essentielles pour ralentir la propagation du COVID-19 dans le monde entier, empêchant ainsi la survenue d’environ 500 millions de cas. Mais, bien qu’ils soient nécessaires, les 15 mois passés loin les uns des autres ont eu des répercussions sur la santé mentale des gens.

Dans une enquête nationale réalisée l’automne dernier, 36 % des adultes américains – dont 61 % des jeunes adultes – ont déclaré avoir ressenti une « solitude grave » pendant la pandémie. De telles statistiques suggèrent que les gens auraient envie de se retrouver sur la scène sociale.

Mais si l’idée de faire la conversation dans un happy hour bondé vous semble terrifiante, vous n’êtes pas seul. Près de la moitié des Américains ont déclaré se sentir mal à l’aise à l’idée de retrouver des interactions en personne, quel que soit leur statut vaccinal.

Alors comment peut-on se sentir si seul et pourtant si nerveux à l’idée de remplir son agenda social ?

Eh bien, le cerveau est remarquablement adaptable. Et si nous ne pouvons pas savoir exactement ce que nos cerveaux ont subi au cours de l’année écoulée, les neuroscientifiques comme moi ont une idée de la façon dont l’isolement social et la resocialisation affectent le cerveau.

Homéostasie sociale – le besoin de socialiser

L’être humain a un besoin de socialisation câblé par l’évolution, même s’il n’en a pas l’impression lorsqu’il doit choisir entre une invitation à dîner et le visionnage de « Schitt’s Creek ».

Des insectes aux primates, le maintien de réseaux sociaux est essentiel à la survie dans le règne animal. Les groupes sociaux offrent des perspectives d’accouplement, une chasse coopérative et une protection contre les prédateurs.

Mais l’homéostasie sociale, c’est-à-dire le bon équilibre des liens sociaux, doit être respectée. Les petits réseaux sociaux ne peuvent offrir ces avantages, tandis que les grands réseaux augmentent la concurrence pour les ressources et les partenaires. C’est pourquoi le cerveau humain a développé des circuits spécialisés pour évaluer nos relations et procéder aux ajustements nécessaires, un peu comme un thermostat social.

L’homéostasie sociale fait intervenir de nombreuses régions du cerveau, au centre desquelles se trouve le circuit mésocorticolimbique, ou « système de récompense ». C’est ce même circuit qui vous incite à manger du chocolat lorsque vous avez envie de sucré ou à glisser sur Tinder lorsque vous avez envie de… eh bien, vous avez compris.

Et comme ces motivations, une étude récente a révélé que la réduction des interactions sociales provoque des besoins intenses de relations sociales – produisant des schémas d’activité cérébrale similaires à la privation de nourriture.

Donc, si les gens ont faim de liens sociaux comme ils ont faim de nourriture, que se passe-t-il dans le cerveau lorsque vous êtes affamé socialement ?

Votre cerveau et l’isolement social

Les scientifiques ne peuvent pas plonger les gens dans l’isolement et regarder à l’intérieur de leur cerveau. Les chercheurs s’appuient donc sur des animaux de laboratoire pour en savoir plus sur le câblage du cerveau social. Heureusement, les liens sociaux étant essentiels dans le règne animal, ces mêmes circuits cérébraux se retrouvent chez diifférentes espèces.

L’un des principaux effets de l’isolement social est – vous l’aurez deviné – une augmentation de l’anxiété et du stress.

De nombreuses études montrent que le fait de séparer les animaux de leurs compagnons de cage augmente les comportements anxieux et le cortisol, la principale hormone du stress. Des études sur l’homme confirment également cette constatation, puisque les personnes ayant un cercle social restreint présentent des taux de cortisol plus élevés et d’autres symptômes liés à l’anxiété similaires à ceux des animaux de laboratoire privés de contacts sociaux.

Du point de vue de l’évolution, cet effet est logique : les animaux qui perdent la protection du groupe doivent devenir hypervigilants pour se débrouiller seuls. Et cela ne se produit pas seulement dans la nature. Une étude a révélé que les personnes qui se décrivent comme « solitaires » sont plus vigilantes face aux menaces sociales telles que le rejet ou l’exclusion.

Une autre région importante pour l’homéostasie sociale est l’hippocampe, le centre d’apprentissage et de mémoire du cerveau. Pour réussir dans un cercle social, vous devez apprendre des comportements sociaux – tels que l’altruisme et la coopération – et reconnaître vos amis de vos ennemis. Mais votre cerveau stocke d’énormes quantités d’informations et doit supprimer les connexions sans importance. Ainsi, comme la plupart de vos cours d’espagnol au lycée, si vous ne les utilisez pas, vous les perdez.

Plusieurs études sur les animaux montrent que l’isolement, même temporaire, à l’âge adulte altère à la fois la mémoire sociale – comme la reconnaissance d’un visage familier – et la mémoire de travail – comme le rappel d’une recette de cuisine.

Et les humains isolés peuvent être tout aussi oublieux. Les membres d’une expédition en Antarctique avaient un hippocampe rétréci après seulement 14 mois d’isolement social. De même, les adultes ayant un petit cercle social sont plus susceptibles de développer des pertes de mémoire et un déclin cognitif plus tard dans leur vie.

Les êtres humains ne vivent peut-être plus à l’état sauvage, mais l’homéostasie sociale reste essentielle à la survie. Heureusement, si le cerveau peut s’adapter à l’isolement, il peut en être de même pour la resocialisation.

Votre cerveau et la reconnexion sociale

Bien que seules quelques études aient exploré la réversibilité de l’anxiété et du stress associés à l’isolement, elles suggèrent que la resocialisation répare ces effets.

Une étude, par exemple, a révélé que les ouistitis autrefois isolés présentaient d’abord des niveaux de stress et de cortisol plus élevés lorsqu’ils étaient resocialisés, mais qu’ils se rétablissaient ensuite rapidement. Fait adorable, les animaux autrefois isolés passaient même plus de temps à toiletter leurs nouveaux compagnons.

La mémoire sociale et les fonctions cognitives semblent également très adaptables.

Des études menées sur des souris et des rats montrent que si les animaux ne peuvent pas reconnaître un ami familier immédiatement après un isolement de courte durée, ils retrouvent rapidement leur mémoire après une resocialisation.

Il y a peut-être aussi de l’espoir pour les personnes qui sortent de l’isolement social. Une étude écossaise récente, menée pendant la pandémie de COVID-19, a montré que les résidents ressentaient un certain déclin cognitif pendant les semaines de confinement les plus dures, mais qu’ils se rétablissaient rapidement une fois les restrictions assouplies.

Malheureusement, les études de ce type sont encore rares. Et si la recherche sur les animaux est instructive, elle représente probablement des scénarios extrêmes, puisque les gens n’étaient pas en isolement total au cours de l’année dernière. Contrairement aux souris enfermées dans des cages, de nombreux Américains ont participé à des soirées de jeux virtuels et à des fêtes d’anniversaire Zoom (nous sommes chanceux).

Alors résistez aux conversations nerveuses dans l’ascenseur et au brouillard cérébral, car la « non-distanciation sociale » devrait très bientôt rétablir votre homéostasie sociale.

 

Traduit avec l’aimable autorisation de Kareem Clark. Originellement publié sur The Conversation (licence Creative Commons)


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :