ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

« Descendant d’esclaves » n’est pas mon nom (1ère partie)

« Descendant d’esclaves » n’est pas mon nom (1ère partie)
octobre 03
10:32 2022

Actualités créoles, Tribunes libres, Un peu d’histoire

Cette tribune présentera trois parties successives. Celles-ci ont la particularité d’aborder des problématiques plus complexes que celles apportées par l’histoire traditionnelle de la traite transatlantique et révèle des courants émergents à la fois aux Etats-Unis et en Afrique.Elles amènent également de nouvelles interrogations sur le concept de « réparation ». Dans les deux premières, nous suivrons l’itinéraire de William Holland, homme d’affaires afro-américain et chercheur généalogiste sur la trace de ses ancêtres. Dans la dernière, nous nous intéresserons à une descendante d’esclavagiste africaine, l’histoire de sa famille et son analyse de cet héritage.I. Etre noir et descendant de vétéran de l’armée sudiste des USDe nombreux peuples ont été soumis à l’esclavage mentionnés dans la Bible, la Torah, le Coran ou l’histoire de l’antiquité, vaincus par d’autres plus expansionnistes. Pourtant une fois retrouvé leur statut d’hommes libres, ils n’ont jamais porté l’étiquette de « descendants d’esclaves », dénomination réductrice d’une identité plurielle. Tout en affirmant et en confirmant notre soutien sans réserves aux initiatives mémorielles menés depuis plusieurs décennies par des organisations et associations locales ou internationales américaines et caribéennes, dans l’objectif de rétablir la dignité de nos ascendants noirs déshumanisés par l’esclavage, il s’avère impossible d’occulter le reste de nos différents pourcentages d’origines ethniques, allant de un à quatre-vingt dix-neuf pour cents, coulant dans nos veines.

La question de notre identité composée de multiples origines ne peut être écartée d’un revers de main, sans qu’elle nous soit retournée, tel un boomerang jusque dans nos vies quotidiennes, jusqu’aux interrogations de nos enfants sur notre histoire.

Autrement formulée, cette question devient : nous est-il possible d’assumer les actions de tous nos ancêtres et avons-nous le droit de n’en honorer que certains et non d’autres ? Aucune réponse magique ne peut être donnée, mais le débat est là, émergeant sur les dérives de la « cancel culture ».

C’est ici que commence le parcours de William Holland : « People think you’re a descendant of a slave, but who were you before that? » Les gens pensent que vous êtes un descendant d’esclave, mais qui étiez-vous avant cela ?

Un impératif existentiel attend une réponse : Qui étiez-vous avant cela ?

La quête viscérale de William Holland, à travers les rapports et décisions des tribunaux, les documents familiaux, les listes des bateaux qui ont transporté les esclaves et les moyens et les matériaux qui les entravaient, cette quête, parfois douloureuse, l’amène à l’organisation des fils de vétérans de l’armée confédérée des Etats-Unis (Sons of Confederate Veterans).

William découvre, en effet, que son arrière-arrière grand-père, Creed Holland, alors esclave et qui était chargé de conduire des voitures à chevaux, était engagé dans l’infanterie de l’armée confédérée. Afin de mesurer l’émoi qui a dû suivre cette révélation, on se doit de rappeler que cette armée a été organisée par les états sudistes des Etats-Unis durant la guerre civile de sécession (12 avril 1861 au 9 avril 1865) qui avait pour justification essentielle le maintien d’une organisation économique agricole basée sur l’exploitation des esclaves contre l’extension d’une économie industrielle nordiste et abolitionniste.

D’où un problème de conscience probablement anachronique : l’ancêtre de William aurait-il volontairement combattu ses frères noirs nordistes engagés pour l’abolition de l’esclavage dans tous les états américains ?

William Holland ne connaîtra jamais les raisons de cet engagement. Gary W. Gallagher, historien expert sur la guerre de sécession à l’université de l’état de Virginie, affirme qu’un nombre insignifiant de noirs étaient engagés dans l’armée confédérée, que la majorité d’entre eux ne soutenait aucunement les confédérés, ne voulaient pas être là mais n’avaient pas d’autre choix.

Il est à noter que la plupart des historiens américains ont refusé de s’intéresser à ces soldats noirs confédérés et à leurs motivations. Pourtant, les documents de l’organisation des fils de vétérans indique qu’ils étaient des dizaines de milliers à servir l’armée sudiste en tant qu’ouvriers, co-équipiers, cuisiniers ou soldats.

William Holland et ses frères ont décidé de rejoindre l’organisation des fils de vétérans de l’armée confédérée. Sa sœur a rejoint l’association de l’union des filles de confédérés. Pour lui, cet ancêtre mérite une immense fierté car il a combattu durant une époque où les conditions de vie étaient particulièrement rudes et revenir vivant de cette guerre était un exploit.

Assumer la vie de ses ancêtres est un acte de pacification ancré dans le présent par rapport à une histoire passée tumultueuse durant laquelle certains de nos arrière grands-parents en confrontaient d’autres. Nous amputer d’une partie de ces hommes qui ont lutté avec conviction pour leur honneur et leurs familles a pour seul résultat, de traîner les guerres du passé dans notre présent en obstruant celui-ci de toutes constructions positives.

La quête de William s’étend dans une deuxième phase sur l’Afrique et nous surprend également par les réflexions qu’elle suscite. La suite dans un prochain article…

Aurore Holmes pour Tous Créoles


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous et lisez dès maintenant !

Pour savoir qu’est-ce que Songhaï et le Professeur Godfrey N’Zamujo

archives

NOS DIFFÉRENTES RUBRIQUES

%d blogueurs aiment cette page :
Antilla1

GRATUIT
VOIR