ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

 Le fil info

L’OECS – des PEID aux grands États Océaniques

L’OECS – des PEID aux grands États Océaniques
janvier 01
10:02 2021

États membres de l’OECO, généralement classés dans la catégorie des petits États insulaires en développement (PEID), ont été exhortés à opérer un changement de paradigme vers les grands États océaniques.


Ce défi est venu de l’hon. Camillo Gonsalves – Ministre des finances, de la planification économique, du développement durable et des technologies de l’information de Saint-Vincent-et-les Grenadines. Lors du discours d’ouverture de la table ronde des investisseurs sur l’économie bleue lors de la journée d’ouverture du Mouvement pour le développement durable de l’OECS (SDM 2020), Gonsalves a déclaré à son public virtuel:

«La mer qui nous entoure et nous relie, a le potentiel de nous catapulter vers une trajectoire de développement entièrement nouvelle. Les territoires de l’OECO sont environ 90 à 99 pour cent d’océan. Nous sommes peut-être de petits États insulaires en développement, mais nous sommes également de grands États en développement océanique. Nous sommes beaucoup plus grands que nous ne le pensons. Ignorer notre vaste paysage marin et son énorme potentiel est une faute professionnelle de développement. Nous devons regarder vers l’extérieur et reconnaître que la plage ou le littoral ne sont pas le bord de notre monde mais le début de l’immense ressource inexploitée qui peut alimenter durablement notre croissance et notre développement. »  

Gonsalves dit que l’OECS se trouve à un carrefour philosophique et développemental. Dans ses mots:

«Nous pouvons continuer notre regard insulaire vers l’intérieur, en espérant que les réponses à nos défis se trouvent uniquement dans les limites de notre espace terrestre individuel ou nous pouvons regarder derrière notre rivage et élaborer des plans pour l’utilisation durable de nos grandes ressources océaniques axées sur l’économie. croissance et diversification, gestion locale écologiquement responsable et développement accéléré centré sur les personnes. Nous devons nous reconceptualiser en tant qu’États océaniques, avec un contrôle sur un territoire presque 100 fois plus grand que notre espace terrestre, avec tous les droits, responsabilités et influences que ce réalignement implique.  

Gonsalves a souligné que la prise en compte du potentiel de l’économie bleue dans l’OECO nécessite le réalignement des structures de gouvernance et la réaffectation de ressources rares. Il a reconnu que de tels réalignements sont difficiles dans le meilleur des cas, et doublement difficiles dans le contexte des impacts économiques dévastateurs de la pandémie COVID-19.

S’exprimant au sujet des objectifs de développement durable des Nations Unies – ODD 2030, Gonsalves a déclaré qu’avec une fenêtre d’opportunité de 10 ans restante pour capitaliser sur l’orientation internationale et le soutien engendrés par les ODD, l’OECO doit définir et prioriser une vision commune de la façon dont l’économie bleue peut conduire le développement régional. Il ajoute que dans le contexte de la poursuite mondiale des objectifs de développement durable, une déclaration d’intention claire et un plan d’action cohérent de l’OECO gagneraient probablement une coopération, un transfert de connaissances et un soutien ciblés.

Ministre Gonsalves, qui a récemment écrit le livre – Globalisé, Climatisé, Stigmatisé– a mis en garde contre la prolifération d’entités étrangères dans les investissements de l’économie bleue dans la région. Il estime que les États insulaires doivent conserver un contrôle élevé de leurs ressources marines et de l’espace océanique, même s’ils s’associent à des entreprises privées responsables. Selon lui, le récit mondial des investissements dans l’économie bleue dans les petites îles a été celui des positions de négociation inégales et de la répartition manifestement inéquitable des rendements de l’utilisation du paysage marin des îles. Il dit que si personne ne s’attend à ce que les investisseurs du secteur privé soient altruistes, leurs avantages en capital, en équipement et en expertise spécialisée leur donnent un avantage de négociation qui garantit pratiquement une relation d’exploitation avec l’environnement marin des petits États.

Le directeur général de l’OECO, le Dr Didacus Jules, a déclaré au forum virtuel:

 «La mer est enfin devenue un patrimoine inexploré et insuffisamment revendiqué. Cette table ronde des investisseurs sur l’économie bleue donne un aperçu du potentiel de notre espace océanique, elle cartographie les possibilités inexploitées de notre vaste espace océanique, et elle favorise les possibilités du SDM en faisant ce «  changement d’esprit  » de nous considérer comme de petits États insulaires à embrasser notre réalité en tant que grands États océaniques. »

Le Directeur général a noté que le processus de réalisation de notre potentiel en tant qu’États océaniques a commencé dès 2013, lorsque les chefs de gouvernement de l’OECO ont approuvé la Politique régionale des océans des Caraïbes orientales (ECROP) et son Plan d’action stratégique. Il a déclaré que l’objectif modeste était alors d’encourager des cadres de gouvernance collaboratifs et intégrés pour résoudre les conflits d’utilisateurs marins et protéger l’environnement marin fragile. L’ECROP a été mis à jour en 2020, pour s’aligner sur le Programme 2030 pour les objectifs de développement durable – ODD 2030. En octobre 2017, l’OECO a signé un accord de subvention avec la Banque mondiale pour le Caribbean Regional Oceanscape Project (CROP), conçu pour mise en œuvre de l’ECROP.

Le directeur général de l’OECO a ajouté:

« Une structure intégrée d’initiatives allant du renforcement des capacités de gouvernance des océans à la planification spatiale côtière et marine, établira une base solide pour notre gestion efficace de ce patrimoine . Nous tenons à remercier la Banque mondiale, et plus particulièrement la Directrice régionale – Tahseen Sayed et son équipe, pour la confiance accordée à la Commission de l’OECO dans le prototypage de cette approche innovante du développement des océans dans notre région.

À l’instar du ministre Gonsalves, le Dr Jules a souligné qu’un principe fondamental des investissements de l’économie bleue dans l’OECO est l’inclusion et l’équité, garantissant que, alors que nous nous dirigeons vers une utilisation durable des ressources et de la richesse de l’océan, les utilisateurs traditionnels des ressources et les communautés côtières sont positionnés pour participer et profiter de cette richesse.

Le Dr Jules a salué le travail de «l’équipe extraordinairement compétente et cohésive du cluster de durabilité environnementale de l’OECS dirigé par Chamberlain Emmanuel, qui a exécuté ce travail avec un engagement et une imagination si profonds.

Les opportunités d’investissement dans l’économie bleue dévoilées lors de la table ronde virtuelle des investisseurs sur l’économie bleue le jour de l’ouverture de l’OECS SDM 2020 comprennent l’aquaculture, la mariculture, la pêche, l’exploration des énergies renouvelables, le développement du front de mer, les villages de pêcheurs, la replantation côtière et l’alimentation des plages.

Le forum virtuel des investisseurs sur l’économie bleue a réuni plusieurs partenaires de développement internationaux, notamment le gouvernement norvégien, la Banque mondiale, l’Union européenne, le Secrétariat du Commonwealth, le gouvernement du Canada, la Banque de développement des Caraïbes, la Banque européenne d’investissement et l’Inter- Banque américaine de développement. Ces partenaires de développement ont divulgué les financements disponibles pour les initiatives existantes et nouvelles de l’économie bleue et les investissements dans le cadre de divers programmes et projets, dont certains sont déjà en cours de mise en œuvre.

 

À propos du mouvement du développement durable:

Le Sommet du Mouvement pour le développement durable (SDM) de l’OECS est un événement de deux jours qui devrait attirer plus de 3000 délégués de toute la région des Caraïbes et du monde entier pour se rencontrer virtuellement et échanger des idées, des meilleures pratiques, des histoires inédites et des stratégies concernant la croissance et le développement durables le 22 septembre. -24, 2020.

À propos de l’Organisation des États des Caraïbes orientales: 

L’Organisation des États des Caraïbes orientales (OECO) est une organisation internationale vouée à l’harmonisation et à l’intégration économiques, à la protection des droits de l’homme et juridiques et à l’encouragement de la bonne gouvernance entre les pays indépendants et non indépendants des Caraïbes orientales comprenant Antigua-et-Barbuda, Commonwealth de la Dominique, de la Grenade, de Montserrat, de Saint-Kitts-et-Nevis, de Sainte-Lucie, de Saint-Vincent-et-les Grenadines, des îles Vierges britanniques, d’Anguilla, de la Martinique et de la Guadeloupe


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

velit, in consequat. Phasellus risus fringilla ut ut id, odio
%d blogueurs aiment cette page :