ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

Pourquoi les Français sont de gauche mais votent à droite – Le Stagirite

janvier 19
17:28 2022

Depuis quelques mois, tout le monde se demande pourquoi la gauche est aussi faible politiquement. Les spécialistes de l’opinion publique en débattent, et beaucoup répondent que c’est tout simplement parce que la société se droitise.

Source : LeMediaTV –

De leur côté, les femmes et les hommes politiques de gauche sont convaincues du contraire. Le peuple de gauche ainsi que tous les gens attirés par les idées de gauche représentent une masse considérable de Français et de Françaises. Le problème n’est pas le déclin d’une sensibilité de gauche, c’est sa conversion en votes. La gauche serait majoritaire dans l’opinion, mais elle ne l’est pas dans les urnes.

Les catégories politiques de droite et de gauche sont sans doute insuffisantes pour parler du bouillonnement social et des différentes sensibilités qui parcourent la société. Mais il y a indéniablement des éléments sur lesquels peut s’appuyer la gauche politique.

En général, pour expliquer ce décalage on avance plusieurs raisons (qu’il faut évidemment combiner) :

– les gens ne font plus confiance à la gauche parce qu’ils l’assimilent au Parti socialiste
– la gauche est trop divisée
– les thèmes de prédilection de la gauche ne sont pas assez mis en avant dans le débat public (inégalités, droit du travail, service public).
– les partis de gauche ne proposent pas la bonne combinaison de propositions.

Sans nier le rôle de tous ces facteurs, on peut aller plus loin. Le problème pourrait malheureusement être plus profond qu’une simple question de demande qui ne trouve pas d’offre. La gauche d’aujourd’hui bute peut-être sur une difficulté fondamentale.

On peut trouver un éclairage original dans le livre de Patrick Savidan, Voulons-nous vraiment l’égalité ? (2015). Il convient alors d’accepter de transformer la question « pourquoi les Français ne votent-ils pas plus à gauche ? » en « pourquoi les Français ne se prononcent pas plus en faveur de politiques de réduction des inégalités ? » (l’idée étant que la gauche est par excellence le camp de l’égalité sociale).

Savidan part du constat d’un paradoxe :
1/ la société est de mieux en mieux informée sur les inégalités et la pauvreté,
2/ les gens en grande majorité jugent la société trop inégalitaire, trop injuste,
3/ mais les inégalités se creusent.

Nous sommes d’accord sur le constat (les inégalités se creusent) et sur l’objectif (il faut moins d’inégalités), mais cela ne se traduit pas par un progrès significatif de la justice sociale. Pourtant, en démocratie, les citoyens disposent d’un certain nombre de leviers pour exprimer et réaliser leurs préférences ; les politiques sociales reflètent donc bon an, mal an, les préférences de l’électorat.

Comment Savidan explique-t-il ce paradoxe ?

Notre modèle de solidarité est entré en crise ces dernières décennies (par ses propres insuffisances, par les attaques répétées des libéraux). Dans ce contexte se développe la croyance qu’on ne s’en sortira pas collectivement.

En temps de crise, on aura tendance à sacrifier la solidarité publique, élargie, et reposant sur les institutions publiques, pour compter davantage sur des solidarités plus directes, fondées sur des choix personnels (je donne pour telle cause qui me semble importante) ou sur des liens affectifs (je fais une avance sur héritage à mes petits-enfants). Ce repli sur des solidarités restreintes ou choisies ne signifie pas nécessairement égoïsme ou individualisme. On n’a pas affaire à un refus de la solidarité, mais à un conflit entre deux formes de solidarité : une solidarité chaude (priorité à ceux qui me sont chers) et une solidarité froide (qui passe par des mécanismes impersonnels).

Savidan explique que sur les trois ou quatre dernières décennies, la situation économique, sociale et politique est telle que de plus en plus de gens voient non seulement leur situation se dégrader mais perdent également l’espoir d’une amélioration future.

De sorte qu’il s’installe dans une grande partie de la population un scepticisme sur la capacité de l’État, des institutions publiques, à résoudre leurs problèmes. On peut le mesurer au fait que les Français sont bien plus optimistes sur leur avenir personnel que sur celui du pays, du système économique, ou des générations futures. Ce qui explique qu’on se détourne des solidarités froides (qui passent par la collectivité) au profit de solidarités chaudes (plus locales, directes, et choisies).

Source : LeMediaTV – Le Stagirite – 09-01/2022


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

publiez vos ANNONCES Légales

Consultez les annonces légales

ANTILLA N°2012 – janvier 2023

à voir…à voir !

Plénière des 2-3 février 2023

Consultez la newsletter de AMI !

Entrepreneurs…optimisez !

archives

NOS DIFFÉRENTES RUBRIQUES

%d blogueurs aiment cette page :
Antilla1

GRATUIT
VOIR