USA: Où en sont les choses ?

Laissons le coronavirus de côté une seconde. Il y a un nouveau bilan tragique à suivre en cette saison électorale âprement divisée : les vies perdues dans les escarmouches entre les manifestants et les contre-manifestants.
Un homme affilié à un groupe de droite à Portland, Ore, a été tué par balle samedi, quelques jours seulement après qu’un jeune de 17 ans ait été accusé du meurtre de deux personnes lors d’affrontements la semaine dernière à Kenosha, Wis.
Après les violences du week-end, le président Trump n’a pas hésité à choisir son camp et à rejeter la faute sur les autres. Il a « aimé » un tweet posté vendredi exprimant son soutien à Kyle Rittenhouse, l’adolescent accusé des meurtres de Kenosha. Et dans une série de ses propres tweets hier, le président a soutenu que la violence à Portland était le résultat naturel d’un mouvement de protestation mené par les « Agitateurs et Anarchistes ».
« La seule façon de mettre fin à la violence dans les villes à forte criminalité dirigées par les démocrates est la force ! » a écrit Trump. Dans un autre tweet, il a partagé une vidéo de ses partisans tirant des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur les manifestants, en écrivant : « La grande réaction de Portland ne peut pas être inattendue. »
Si vous avez regardé la Convention nationale républicaine la semaine dernière, vous saviez déjà que Trump et ses alliés avaient décidé de faire de l’agitation dans les villes du pays un thème central de la campagne de réélection du président. Ils parient que les électeurs croiront que Joe Biden et Kamala Harris n’ont ni la volonté ni les moyens de s’attaquer aux manifestants.
Nous ne savons pas encore si cette approche trouvera un écho auprès des électeurs, en particulier auprès des électeurs des banlieues, sur lesquels les deux campagnes sont si fortement axées, ou s’ils tiendront plutôt le président pour responsable de l’agitation qui règne sous sa direction.
Biden a publié hier une déclaration condamnant la violence et reprochant à Trump d’avoir « utilisé la politique de la peur pour fouetter ses partisans ».
« Nous ne devons pas devenir un pays en guerre avec nous-mêmes », a écrit Biden, faisant écho aux sentiments qu’il avait exprimés la veille dans un discours à l’Association de la Garde nationale des États-Unis. « Mais c’est l’Amérique que le président Trump veut que nous soyons, l’Amérique qu’il croit que nous sommes. »
Selon une lettre du directeur du renseignement national, les hauts responsables du pays ne feront plus régulièrement des exposés en personne au Congrès sur les menaces d’ingérence étrangère dans l’élection.
Le directeur, John Ratcliffe, a informé les dirigeants de la Chambre et du Sénat de ce changement dans des lettres samedi, disant que ce changement était destiné à empêcher les fuites d’informations classifiées et à assurer que les briefings ne soient pas mal interprétés.
Mais les législateurs des deux partis ont exprimé leur inquiétude. Deux démocrates de premier plan, la présidente du Parlement, Nancy Pelosi, et Adam Schiff, le président de la commission des renseignements de la Chambre, ont écrit dans une déclaration que ce changement était « honteux », ajoutant que les briefings de la Chambre prévus pour septembre sur les menaces à la sécurité des élections avaient été annulés à la demande du bureau de Ratcliffe.
Entre-temps, une enquête du Times a révélé que des fonctionnaires du ministère de la Justice ont pris des mesures secrètes pour freiner l’enquête sur les liens personnels et commerciaux de Trump avec la Russie.
En 2017, alors que l’enquête de l’avocat spécial sur l’ingérence russe dans les élections de 2016 commençait, Rod Rosenstein, le procureur général adjoint, a restreint l’enquête sans en informer le FBI, où certains fonctionnaires craignaient que les liens de Trump avec les intérêts commerciaux russes, qui durent depuis des décennies, puissent constituer une menace pour la sécurité nationale.
Andrew McCabe, le directeur par intérim du bureau à l’époque, a déclaré au Times que s’il avait su que le conseiller spécial n’allait pas enquêter sur les liens personnels du président avec la Russie, il aurait poursuivi sa propre enquête.
Un sondage ABC News/Ipsos publié hier a révélé que la cote de popularité de M. Trump est de 31 % à l’échelle nationale, ce qui signifie qu’il n’a pas reçu de coup de pouce après la Convention nationale républicaine. (La plupart des autres sondages récents ont placé sa cote d’approbation considérablement plus élevée, souvent dans la basse quarantaine. D’autres sondages post-conventionnels arriveront certainement dans les jours à venir).
Malgré les différents intervenants à la convention qui ont vanté la réaction de M. Trump à la crise du coronavirus, le sondage ABC/Ipsos n’a pas non plus montré de coup de pouce pour sa gestion de l’épidémie. Trente-cinq pour cent des personnes interrogées lui ont donné des notes positives pour faire face à la pandémie, ce qui correspond à ses chiffres de juillet.
Alors que 53 % des Américains ont déclaré qu’ils approuvaient généralement les propos et les actions des démocrates lors de leur convention, seuls 37 % ont apprécié ce qu’ils avaient vu et entendu des républicains la semaine dernière, selon le sondage.

JP


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Share

Related Articles

MozART GROUP Bobby McFerrin

Les Téléspeakerines Martiniquaises:✰Sylvette Cabrisseau & Michelle Ma…

Archives

porta. consequat. libero justo mi, venenatis, Nullam amet, sem, ut eleifend ut
%d blogueurs aiment cette page :