ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

Les automobilistes peuvent continuer à partager des informations routières, y compris sur les radars

novembre 27
21:17 2021

L’interdiction de communiquer certaines données en temps réel peut toutefois être appliquée par les préfets dans le cas de contrôles routiers impliquant l’interception des véhicules, ont rappelé mercredi les membres du Conseil constitutionnel.

Le Monde avec AFP

Les automobilistes sont autorisés à continuer de partager des informations routières, y compris sur les contrôles de vitesse, sur tout le réseau routier français, à l’exception des contrôles des forces de l’ordre impliquant l’interception des véhicules, a décidé le Conseil constitutionnel mercredi 24 novembre.

L’institution de la rue de Montpensier avait été saisie d’une question prioritaire de constitutionnalité par le Conseil d’Etat en septembre, à la suite d’une requête du fabricant de systèmes d’aide à la conduite et à la navigation Coyote.

La société contestait un article non encore appliqué du code de la route (loi du 24 décembre 2019), qui prévoyait l’interdiction totale, à l’occasion de certains contrôles routiers, « de rediffuser les messages et indications émis par les utilisateurs de ce service », même si ces indications n’avaient pas de rapport avec les contrôles.

Cette interdiction, sous le contrôle des préfets, ne valait que sur les routes départementales. En vertu d’une disposition de l’Union européenne, les préfets ne pouvaient en effet pas empêcher les échanges entre automobilistes sur les autoroutes et les routes nationales. Toujours à l’exception des contrôles impliquant l’interception des véhicules par les forces de l’ordre.

« Atteinte à la liberté d’expression »

Lors d’une audience du Conseil constitutionnel délocalisée à Bourges le 16 novembre, les avocats de Coyote avaient reproché à ces dispositions de « porter atteinte à la liberté d’expression et de communication ». Une atteinte qui ne serait ni nécessaire, ni adaptée, ni proportionnée à l’objectif poursuivi par le législateur, selon eux.

Dans sa décision, le Conseil constitutionnel a rappelé l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 :

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme. »

« Ce droit implique la liberté d’accéder à ces services et de s’y exprimer », note-t-il dans un communiqué.

L’interdiction de communiquer certaines informations en temps réel peut toutefois être appliquée par les préfets dans le cas de contrôles routiers impliquant l’interception des véhicules, ont rappelé les membres du Conseil constitutionnel.

Ce blocage peut donc être prononcé temporairement par les préfets pour des contrôles d’alcoolémie et de stupéfiants, pour certains contrôles d’identité, des fouilles de véhicules et de bagages, pour des recherches pour des crimes ou délits punis d’au moins trois ans d’emprisonnement ou la recherche de personnes en fuite. Le Conseil constitutionnel précise :

« Cette interdiction ne s’applique qu’à ces contrôles limitativement énumérés, au nombre desquels ne figurent pas les contrôles de vitesse. »

La société Coyote a salué cette décision qui permet aux automobilistes de « continuer de s’informer en temps réel des dangers de la route ». Son directeur général Benoît Lambert y voit « une reconnaissance officielle supplémentaire de la contribution de nos outils à la sécurité routière ».


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Statistique du site sur 1 an

  • 499 755 visites

Plus que 10 jours pour voter pour notre bibliothécaire martiniquaise qui le mérite !

A VOIR absolument !

LE RELAIS POUR LA VIE : UNE COURSE POUR CEUX QUI SOUFFRENT !

Antilla de cette semaine à lire de suite en s’abonnant…

MATJOUKANN : Le 1er Festival d’architecture en Martinique

archives

NOS DIFFÉRENTES RUBRIQUES

%d blogueurs aiment cette page :
Antilla1

GRATUIT
VOIR