ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

 Le fil info

#BlackLivesMatter, l’assourdissant silence des musées français

#BlackLivesMatter, l’assourdissant silence des musées français
juin 18
20:00 2020
Temps de lecture : 3 minutes

Sébastien Magro — 15 juin 2020 à 10h39 — mis à jour le 15 juin 2020 à 14h46

Si les musées américains ont rapidement exprimé leur solidarité avec les manifestant·es, les institutions françaises restent mutiques pour des raisons propres à leur histoire.

Aïcha, de Félix Valotton, 1922, avait été exposé dans l'exposition «Le Modèle noir» au musée Musée d'Orsay en 2019. | Hamburger Kunstsammlungen via Wikimedia
Aïcha, de Félix Valotton, 1922, avait été exposé dans l’exposition «Le Modèle noir» au musée Musée d’Orsay en 2019. | Hamburger Kunstsammlungen via

Le secteur culturel ne fait pas exception aux réactions suscitées par la mort de George Floyd, tué par un policier, qui a donné lieu à de nombreuses manifestations contre les violences policières et le racisme, partout dans le monde. Certains musées états-uniens ont rapidement publié des messages affichant leur soutien aux personnes noires, parfois maladroitement, revenant par la suite sur une première déclaration, comme le Getty. D’autres se sont montrés plus habiles, comme à Londres, où le Natural History Museum se demande dans un article de blog si les musées d’histoire naturelle sont fondamentalement racistes, tandis que la Tate propose des ressources autour des artistes noir·es.

Capture d’écran du site internet de la Tate.

Des employées de musées racisées font part leur expérience sur Twitter, à l’image du témoignage très relayé de Chaédria LaBouvier, commissaire de l’exposition «Basquiat» au Guggenheim en 2019. Des militant·es relèvent les incohérences et les effets d’annonce, comme ce long fil de tweets qui déploie l’enjeu des restitutions d’objets des collections du British Museum vers l’Afrique.

Du côté des instances internationales, le Conseil international des musées (ICOM) a publié une tribune ambitieuse, rappelant que «les musées ne sont pas neutres. Ils ne sont pas séparés de leur contexte social, des structures du pouvoir et des luttes de leurs communautés. Et quand il semble qu’ils sont séparés, ce silence n’est pas de la neutralité, c’est un choix –le mauvais choix».

 

Service minimum

En France, les réactions des musées se comptent sur les doigts d’une main et sont plutôt tièdes. Le musée du quai Branly publie un tweet pointant vers la captation d’une conférence donnée en 2016 par l’universitaire africain-américain Cornel West. Pas de hashtag #BlackLivesMatter et pas davantage de clé de lecture de la situation. Un choix assumé dans une réponse transmise par mail: «L’exposition “The Color Line”, à l’occasion de laquelle s’est tenue cette conférence, croisait les perspectives artistiques et politiques: premiers combats contre la ségrégation, Civil Rights, Black Power[…]. Cette référence semblait donc opportune.»

Le Musée des Arts décoratifs et le Palais de la Porte dorée, qui héberge le musée de l’Immigration, publient la même affiche issue de leurs collections. Leurs publications dénoncent le racisme mais, là encore, peu de contexte.

Mad Paris@madparisfr

Anonyme, « Le racisme divise, le racisme fait diversion, le racisme tue », 1973. Affiche, 86×58, sérigraphie. Inv 16045 © MAD, Paris #ICantBreathe

Voir l'image sur Twitter

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :