ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

Climat : Nous ne sommes pas préparés au pire, préviennent les scientifiques

Climat : Nous ne sommes pas préparés au pire, préviennent les scientifiques
août 05
12:13 2022

Alors que la France vient de franchir le pic de sa troisième vague de chaleur cette année, les scientifiques avertissent dans une nouvelle étude que les pires scénarios climatiques sont sous-évalués. Si le GIEC évalue l’impact d’un monde à +1,5°C et +2°C, il n’a pas évalué un monde qui se réchauffe à +3°C. Les experts ont appelé à une évaluation des changements climatiques extrêmes ou catastrophiques dans le prochain cycle de travail de l’ONU.

Envisagez les pires scénarios pour être mieux préparé. Alors que cet été a été particulièrement sévère en termes de canicules, de sécheresses et d’incendies, les chercheurs ont averti que l’éventail des catastrophes qui pourraient survenir en raison du réchauffement climatique a été sous-exploré. Dans un article publié le 2 août dans la revue PNAS (Actes de l’Académie nationale des sciences), ils soutiennent que trop peu de travaux ont été réalisés sur les mécanismes qui pourraient entraîner des risques “catastrophiques” et “irréversibles” pour l’homme. Par exemple, si les augmentations de température sont pires que prévu, ou si elles conduisent à des événements en cascade non encore envisagés, ou les deux.

“Le changement climatique anthropique entraînera-t-il un effondrement de la société mondiale et une éventuelle extinction humaine ?

Actuellement, il s’agit d’un sujet dangereusement sous-exploré. Cependant, il existe de nombreuses raisons de soupçonner que le changement climatique pourrait conduire à une catastrophe mondiale”, ont-ils écrit. “C’est le scénario le plus important sur le moins que nous connaissions”, a déclaré Luke Kemp du Center for Existential Risk Research à Cambridge.

Les “Quatre Cavaliers” combattent “l’apocalypse climatique”
A cela, il faut ajouter d’autres facteurs qui vont aggraver la crise climatique. “Le chemin vers la catastrophe ne se limite pas aux effets directs des températures élevées, telles que les phénomènes météorologiques extrêmes. Se remettre de catastrophes potentielles telles qu’une guerre nucléaire”, a ajouté Luke Kemp.

L’équipe a donc mis au point un programme de recherche pour aider les gouvernements à lutter contre les “quatre cavaliers de la catastrophe climatique” que sont la famine et la malnutrition, les phénomènes météorologiques extrêmes, les conflits et les maladies à transmission vectorielle. “Récemment, nous avons vu un mélange de dommages entre le changement climatique et la pandémie de Covid-19. ‘Les dangers systémiques qu’ils peuvent causer'”, ont écrit les chercheurs.

“Folie mortelle”
Les auteurs soulignent en outre que les rapports scientifiques successifs du GIEC, l’expert climatique de l’ONU, se concentrent sur les impacts projetés d’un réchauffement de 1,5 à 2 °C. Cependant, les actions actuelles des gouvernements placeraient plutôt la planète sur une orbite de réchauffement de 2,7°C d’ici la fin du siècle. L’étude suggère qu’une certaine tendance scientifique “en faveur du pire des cas” a conduit à une attention insuffisante à l’impact potentiel d’un réchauffement de 3°C. Le processus de consensus du GIEC a « intensifié » cette tendance. “Les évaluations des risques complexes sont également plus difficiles à réaliser”, expliquent les auteurs.

Le GIEC a publié 14 rapports spéciaux, dont aucun ne traitait de changements climatiques extrêmes ou catastrophiques. Un rapport thématique sur les “points de basculement” a été proposé pour le septième cycle d’évaluations. “Nous suggérons que cela puisse être étendu pour prendre en compte tous les aspects clés du changement climatique catastrophique. (…) Comprendre les risques extrêmes est important pour prendre des décisions judicieuses. (…) S’attaquer au changement climatique futur qui accélère le climat tout en équilibrant le pire Fermer les yeux sur la situation – le scénario de cas est une gestion des risques naïve au mieux, au pire mortellement stupide.”

Une autre étude de l’Institut Weizmann, publiée dans la revue scientifique Nature Climate Change, a révélé fin mai que les tempêtes dans l’hémisphère sud avaient atteint des niveaux d’intensité attendus en 2080. “Les données des modèles climatiques sous-estiment gravement l’intensité des tempêtes de latitude moyenne au cours des dernières décennies”, ont conclu les auteurs.

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Statistique du site sur 1 an

  • 474 473 visites

archives

CONFÉRENCE-DÉBAT

En vente en kiosque ou maintenant en cliquant sur l’image

Antilla de cette semaine à lire de suite en s’abonnant…

POur la réalisation de vos spots pub…et bien plus

NOS DIFFÉRENTES RUBRIQUES

%d blogueurs aiment cette page :
Antilla1

GRATUIT
VOIR