ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

Exceptionnalisme chinois

février 06
14:30 2022

www.newyorktimes.com

Une grande partie du monde en développement s’irrite depuis longtemps contre ce qu’ils considèrent comme l’exceptionnalisme américain dans le système économique international. Reprenant un thème lancé par Charles de Gaulle en France dans les années 1960, ils n’apprécient pas la capacité des États-Unis à utiliser le rôle dominant du dollar comme monnaie de réserve pour acheter des actifs étrangers et mener des guerres étrangères sans avoir à se soucier de leur financement. Les ressentiments ont été attisés par le rôle de Wall Street dans la crise financière actuelle et par les souvenirs du traitement sévère des débiteurs inspiré par Washington dans d’autres crises, comme celle asiatique de la fin des années 1990.

Certes, les États-Unis se sont trouvés dans une position exceptionnelle et qui leur a permis de consommer plus que ce qui est bon pour eux. De nombreux pays, dont la Chine est la plus bruyante, souhaitent un monde plus équilibré dans lequel d’autres devises jouent un rôle important dans le financement du commerce, les flux de capitaux et les réserves de change.

Mais alors que les cris contre les privilèges américains résonnent haut et fort, on ne tient guère compte de l’exceptionnalisme poursuivi avec succès par la Chine. Pékin a jusqu’à présent insisté sur le maintien à la fois d’une monnaie fixe et de contrôles sur les flux de capitaux.

L’Amérique du Nord, l’Europe et le Japon n’exercent aucun contrôle sur les flux de capitaux et ont des taux de change fluctuants. Idem pour la Corée du Sud, Taïwan, l’Australie, l’Afrique du Sud et la plupart des pays d’Asie du Sud-Est axés sur le commerce. L’Inde a un certain contrôle des changes mais une monnaie flottante, qui est également la norme en Amérique du Sud.

Cet exceptionnalisme a aidé la Chine à accumuler plus de 1 000 milliards de dollars de réserves de change, ce qui, selon elle, devrait naturellement lui donner du poids dans le monde. Mais où en serait la Chine si cet exceptionnalisme était supprimé ?

Ses citoyens auraient des salaires plus élevés et un meilleur niveau de vie, mais le gouvernement ne pourrait pas se vanter d’avoir des réserves aussi énormes. Dans l’état actuel des choses, la Chine se vante de ses réserves comme les Soviétiques se vantaient autrefois de leurs missiles.

La Chine prétend vouloir que sa monnaie, le yuan, joue un rôle dans le commerce et les flux de capitaux. Mais Pékin continue de garantir les déficits américains en gardant sa monnaie fixe et les mouvements de capitaux soumis à des contrôles, empêchant ainsi le yuan de jouer un rôle international.

La Chine n’est peut-être pas plus encline que d’autres pays – et beaucoup moins que certains – à des actions protectionnistes qui enfreignent l’esprit sinon la loi de l’Organisation mondiale du commerce. Mais les questions de taux de change et de mouvements de capitaux sont bien plus importantes que les produits individuels, qu’il s’agisse de pneus ou de propriété intellectuelle.

D’un point de vue politique intérieur, l’attitude chinoise est compréhensible. La stabilité est le mot d’ordre constant de la direction. Un taux de change plus libre nuirait à la capacité de la Chine à importer des emplois et à exporter des biens. Une monnaie flottante et l’absence de contrôle des changes pourraient entraîner les fluctuations extrêmes observées dans les cours des actions de Shanghai. Mais d’autres pays doivent faire face à ces problèmes. Pourquoi pas la Chine ?

Les pays en développement n’aiment pas critiquer publiquement la Chine. Ils saluent les freins à la superpuissance américaine, espèrent bénéficier de la croissance commerciale rapide de la Chine et souhaitent le soutien de la Chine pour faire pression pour une meilleure représentation dans les organisations internationales. Mais n’imaginez pas qu’un pays – par exemple l’Indonésie – aux prises avec un système financier totalement ouvert et une monnaie libre à une époque de turbulences mondiales apprécie la faveur exceptionnelle dont jouit encore la Chine.

Bien sûr, il y a d’autres raisons aux déséquilibres mondiaux, comme les prix du pétrole et la réticence des Japonais et des Allemands à consommer plus. Mais toute solution autre qu’une demande de consommation durablement faible aux États-Unis doit tenir compte non seulement du statut exceptionnel du dollar, mais aussi de celui de la Chine.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Statistique du site sur 1 an

  • 475 562 visites

MATJOUKANN : Le 1er Festival d’architecture en Martinique

archives

CONFÉRENCE-DÉBAT

En vente en kiosque ou maintenant en cliquant sur l’image

Antilla de cette semaine à lire de suite en s’abonnant…

POur la réalisation de vos spots pub…et bien plus

NOS DIFFÉRENTES RUBRIQUES

%d blogueurs aiment cette page :
Antilla1

GRATUIT
VOIR