ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

Le ministre Darmanin face aux députés sur la crise antillaise

décembre 06
06:00 2021
Temps de lecture : 3 minutes

Gérald Darmanin interpellé sur la crise aux Antilles

La situation sociale en Guadeloupe et en Martinique a été évoquée mardi à l’Assemblée nationale lors de la séance de questions au gouvernement. En l’absence de Sébastien Lecornu, en déplacement aux Antilles, et de celle du Premier ministre, à l’isolement, c’est le ministre de l’Intérieur qui a répondu aux députés.

Julien Aubert des Républicains a parlé de « révolte devenue rébellion ». Il a exprimé son « incompréhension » sur la manière de gérer la crise par le gouvernement, sur les « trois semaines de délais pris par Sébastien Lecornu pour se rendre sur place » et surtout sur le débat sur l’autonomie que le gouvernement a proposé d’ouvrir aux Antilles à quelques semaines de la date du référendum d’autodétermination en Nouvelle-Calédonie. Gérald Darmanin lui a d’abord répondu que son gouvernement avait envoyé cinq escadrons de gendarmes mobiles en Guadeloupe et autant en Martinique. Il a même affirmé que l’ordre républicain était rétabli puisque « il y avait quarante barrages, il n’y en plus que quelques-uns. » Sur le sujet de l’autonomie, « elle n’était pas à confondre avec l’indépendance ». Et pour mieux moucher son ancien camarade de parti, il a ajouté : « Le groupe LR demande de la décentralisation partout sauf en Outre-mer. » En réplique, Julien Aubert lui a rappelé qu’on rackettait les touristes sur les barrages en Guadeloupe : « 20 euros ! Vous pensez qu’on ne fait pas la différence entre l’autonomie et l’indépendance ? Simplement, on ne négocie pas quand on a un revolver sur la tempe ! » Il lui a ensuite reproché d’avoir « exactement la même stratégie que pour les gilets jaunes : au Parlement, on n’écoute personne, ensuite la répression, vous lâchez du lest budgétaire et vous terminez avec un grand bric-à-brac institutionnel, encore de l’enfumage, encore du en même temps ! » Le ministre de l’Intérieur a rappelé que l’entretien du ministre des Outre-mer avec les syndicalistes qui n‘ont pas voulu condamner les violences, a duré dix minutes, « ce qui montre la fermeté de l’Etat ».

« Colère » contre « forme de fièvre »

A son tour, Fabien Roussel, le député et candidat du PCF à la présidentielle qui était encore aux Antilles dimanche, a interpellé M. Darmanin : « Nous avons entendu une colère que votre gouvernement ne veut pas reconnaître ! Il ne s’agit pas de cautionner des violences mais d’écouter… » Il a alors rappelé cette fameuse phrase prêtée au patron des patrons en Guadeloupe en mai 1967 : « Quand les Nègres auront faim, ils retourneront au travail » « Ce n’est pas moins d’Etat que veulent les Guadeloupéens, a repris M. Roussel, mais mieux d’Etat et l’égalité garantie pas la République. » Il a demandé que le Premier ministre se rende lui-même aux Antilles pour mettre en place « le plan d’urgence tant attendu ». « On connaît de nombreux moments dans la République depuis ces trente dernières années où les Outre-mer et singulièrement la Guadeloupe ont montré une forme de fièvre. La grande majorité des Guadeloupéens ne soutiennent pas ces mouvements de contestation de casseurs qui s’en prennent à des policiers et à des gendarmes. » Il a réaffirmé la nécessité de condamner ces violences contre les forces de l’ordre avant tout dialogue républicain. « Aidez-nous à reconstruire la Guadeloupe plutôt que de crier avec ceux qui tapent sur les policiers et sur les gendarmes ! » Fabien Roussel s’est contenté en réplique de rappeler les milliers de personnes qui ont défilé dimanche à Pointe-à-Pitre et de dénoncer l’absence de loi de programmation pour les Outre-mer. Citant la vie chère, l’accès à l’eau, l’avenir et la formation de la jeunesse, Gérald Darmanin lui a tendu « une main fraternelle », ainsi qu’à tous les députés de l’hémicycle, « pour travailler ensemble » pourvu que cessent les violences à l’encontre des agents de l’Etat…

FXG


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANTILLA EN VENTE CETTE SEMAINE N° 2001

Biguine Jazz Collective. Come together dès Beatles

Abonnez-vous à notre newsletter

%d blogueurs aiment cette page :