ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

 Le fil info

Pourquoi la gauche n’a pas eu plus de succès .(Publié le 20 oct.2020)

Pourquoi la gauche n’a pas eu plus de succès .(Publié le 20 oct.2020)
octobre 20
04:03 2020
Temps de lecture : 4 minutes

Ruy Teixeira blâme une obsession pour les critiques systémiques et appelle à des politiques concrètes et favorables à la croissance.


Nick Ottens, Frans Timmermans Nicola Zingaretti Pedro Sánchez


Les leaders des partis socialistes néerlandais, italien et espagnol Frans Timmermans, Nicola Zingaretti et Pedro Sánchez se rencontrent à Bruxelles, le 21 mars 2019 (PSE)
La crise financière de 2008-2009. Le changement climatique. La pandémie de coronavirus. L’inégalité croissante aux États-Unis. La stagnation des salaires moyens.

Il ne devrait pas être difficile pour les partis de gauche de plaider en faveur d’un gouvernement plus important, et pourtant ils sont hors de pouvoir dans la plupart des pays occidentaux.

Ruy Teixeira, qui a affirmé en 2002 que les changements démographiques donneraient aux démocrates des États-Unis une « majorité émergente » et qui a ensuite critiqué ces mêmes démocrates pour avoir oublié les électeurs blancs de la classe ouvrière, estime qu’il y a cinq raisons pour lesquelles la gauche n’a pas été en mesure d’obtenir un soutien de masse durable.

Son point de vue est américain, mais la gauche européenne a commis une partie de ce qu’il appelle cinq « péchés mortels ».

Cinq péchés

Politique de l’identité : L’obsession de regrouper les électeurs dans une hiérarchie d’oppression basée sur des caractéristiques innées, qui place les électeurs blancs à faible revenu et peu informés – autrefois l’épine dorsale de la coalition sociale-démocrate – dans le rôle d’oppresseurs et les réprimande lorsqu’ils ne sont pas à jour avec le dernier jargon de la justice sociale. (Exemple : L’utilisation par Amy Coney Barrett de l’expression « préférence sexuelle » plutôt que « orientation sexuelle » est considérée comme la preuve que le candidat conservateur à la Cour suprême de justice est secrètement anti-gai).
Rétro-socialisme : Prendre le mécontentement du public à l’égard des résultats de l’ordre économique dominant pour un désir d’abandonner complètement le capitalisme. Cela place la barre haut pour l’adhésion du public à ce qui serait autrement des idées politiques populaires, de l’assurance maladie publique à l’université gratuite en passant par la garantie d’un emploi.
Catastrophisme : Étendre les critiques systémiques du capitalisme et de la politique climatique à l’affirmation que la fin est proche et que seul un virage à gauche prononcé peut sauver le monde. Les électeurs ne réagissent pas bien aux menaces.
Phobie de la croissance : liée au changement climatique, mais aussi à l’obsession de la gauche pour l’inégalité. Les électeurs ne s’opposent pas à la croissance. Ils s’opposent aux bénéfices de la croissance qui s’accumulent au sommet. Les électeurs veulent l’abondance, et non une pénurie imposée par la société. Une forte croissance rend les gens plus généreux et plus tolérants et faciliterait la transition vers une économie verte.
Le technoptimisme : La gauche prônait autrefois des appareils électroménagers, une voiture et un poste de télévision pour chaque famille. Aujourd’hui, elle voit plutôt la technologie comme un destructeur d’emplois et un facteur de désinformation.
Le fil conducteur est la certitude morale ou le purisme : ma voie ou l’autoroute. La gauche n’est pas la seule à penser en termes de noir et blanc. Il en va de même pour l’extrême droite. Cela ne persuade pas les électeurs du milieu et rend plus difficile les compromis entre les partis et les hommes politiques.

Modèle

Si Teixeira a raison, l’inversion de ses cinq « péchés mortels » devrait donner à la gauche un modèle de programme réussi.

Politique de l’identité : Les deux candidats les plus titrés lors des dernières primaires démocrates ont accordé le moins d’attention à la politique identitaire : Joe Biden et Bernie Sanders. Les socialistes en Espagne ont remporté deux élections sur un programme explicitement féministe, mais la politique identitaire a été autrement la chasse gardée de la droite en Europe.
Rétro-socialisme : Au Danemark, en Finlande, au Portugal et en Espagne, les sociaux-démocrates ont repris le pouvoir en faisant campagne contre l’austérité de la droite et en promettant d’augmenter les dépenses pour l’éducation, le logement et les pensions. Une assurance maladie publique est populaire aux États-Unis. L’élimination de l’assurance maladie privée ne l’est pas.
Catastrophisme : Joe Biden vend sa proposition pour 2 000 milliards de dollars d’investissements sur quatre ans dans les véhicules électriques, le haut débit universel et les transports publics à zéro émission dans toutes les grandes villes américaines, comme un plan de relance économique plutôt que de lutte contre le changement climatique. Le « Green Deal » européen, qui vise à rendre l’UE climatiquement neutre d’ici 2050 et qui pourrait coûter 2,6 milliards d’euros sur dix ans, a été dénoncé par les militants du climat et les partis verts comme n’étant pas assez ambitieux, mais il bénéficie d’un large soutien de la part du centre-gauche et du centre-droit.
La phobie de la croissance : Emmanuel Macron n’est pas un gauchiste, mais il a remporté les élections présidentielles de 2016 en France en promettant de supprimer les obstacles à la croissance, notamment la rigidité du droit du travail, la surréglementation des petites et moyennes entreprises et les privilèges syndicaux – et c’est ce qu’il a fait. Les sociaux-démocrates scandinaves facilitent la création et la gestion d’une entreprise par les entrepreneurs, puis ils les taxent à un taux élevé en cas de succès.
Le technopessimisme : Teixeira lui-même citerait l’exemple de la Californie, où les démocrates sont « à l’aise avec la technologie et comprennent le pouvoir de transformation des nouvelles technologies et le dynamisme d’une économie qui s’est construite autour d’elles ». Je pense que c’est trop généreux. Il y a des fissures dans le modèle progressiste de la Californie. Je ne suis pas sûr qu’un quelconque parti de centre-gauche en Europe soit qualifié de techno-optimiste.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

tempus ut ipsum libero. dolor. dictum venenatis quis,
%d blogueurs aiment cette page :