ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

 Le fil info

Très brève histoire de Jésus, cet inconnu

Très brève histoire de Jésus, cet inconnu
décembre 28
18:36 2020

Les évangiles canoniques sont silencieux sur la période allant de l’enfance de Jésus jusqu’au début de sa prédication publique, environ deux ans avant sa mort. De sorte qu’on ne peut esquisser de lui qu’un portrait en pointillé. 

Par Virginie Larousse  (In Le Monde.)

 

Ce n’est pas le moindre des paradoxes : si Jésus a – sans doute involontairement – changé la face du monde, son message ayant donné naissance à une religion dont la vocation est « universelle » (tel est le sens du mot « catholique »), l’histoire de sa vie nous est très largement inconnue. Les Evangiles canoniques sont silencieux sur la période allant… de son enfance jusqu’à l’âge auquel il débuta sa prédication publique, environ deux ans avant sa mort. Ces trente et quelques années, l’évangéliste Luc les résume de la manière suivante : « L’enfant grandissait, se fortifiait et se remplissait de sagesse » (2, 40). Voilà qui est pour le moins laconique…

Les sources extérieures au christianisme (des auteurs classiques tels Tacite ou Suétone aux écrits juifs), si elles mentionnent bel et bien Jésus, ne livrent guère d’informations sur sa biographie. Et l’archéologie est, pour sa part, muette : pour les époques aussi anciennes, les vestiges apportent des témoignages sur les grands de ce monde, et non sur les anonymes – ce que le prophète de Galilée était alors.

Pas né l’année zéro des astronomes

Que sait-on donc, au juste, de la vie de Jésus ? Commençons par briser une idée reçue : Jésus n’est pas né « l’année zéro » des astronomes, contrairement à ce que le moine Denys le Petit, au VIe siècle, avait déduit de ses calculs. C’est plutôt entre l’an 7 et l’an 4 avant notre ère (probablement en 6) qu’une certaine Marie donne naissance à un nourrisson prénommé Yeshoua, « Dieu sauve », en hébreu.Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Comment Marie la juive, mère de Jésus, est devenue la Vierge qui enfanta Dieu

De même, il n’est vraisemblablement pas venu au monde un 25 décembre, jour symbolique du solstice d’hiver et prélude au retour du printemps. Et finalement, Jésus ne serait pas mort en 33, mais quelques années plus tôt – vraisemblablement le 7 avril 30, à l’âge de 36 ans.

Un doute subsiste sur le lieu de cet enfantement. D’après les évangélistes Matthieu et Luc, l’enfant n’est pas né à Nazareth, la ville de ses parents, mais à Bethléem – cité du roi David dont le règne, au Xe siècle avant notre ère, est fantasmé comme un âge d’or pour Israël. Un procédé classique, visant sans doute à idéaliser la biographie du fondateur du christianisme.

Jésus est plus certainement né à Nazareth, en Galilée. C’est en tout cas là qu’il passe toute son enfance et sa jeunesse – d’où, sans doute, le surnom de « Nazaréen » qui lui est donné. Conformément à la Loi juive, Jésus est circoncis huit jours après sa naissance. L’enfant aurait manifesté très tôt le désir de fréquenter le Temple de Jérusalem, comme en témoigne l’épisode de « Jésus parmi les docteurs » (Luc 2, 41-50).

Il n’est pas venu au monde un 25 décembre, jour hautement symbolique du solstice d’hiver et prélude au retour du printemps

On sait peu de choses de son milieu d’origine, hormis que son père était charpentier, ce qui, dans le vocabulaire de l’époque, regroupe tous les métiers du bois. Le jeune homme exerce également ce métier que lui a enseigné Joseph. « Ce n’est pourtant que le charpentier », s’étonnent les habitants de Nazareth alors qu’il prêche dans une synagogue (Marc 6, 3). Il s’exprime en araméen, la langue du peuple, plutôt qu’en hébreu, dont il connaît sûrement les bases. Il sait d’ailleurs lire, puisque l’Evangile de Luc (4, 16-20) le dépeint faisant la lecture des versets d’Isaïe à Capharnaüm.

Au moins six frères et sœurs

Le jeune garçon a des frères et des sœurs, précise le Nouveau Testament, qui en dénombre six au minimum. Les évangiles citent quatre « frères » de Jésus : Jacques, Joset, Jude et Simon ; ainsi que des sœurs qui ne sont pas nommées. Cette mention d’une fratrie ne manque pas de surprendre, sachant à quel point Matthieu et Luc, puis l’Eglise, insisteront sur le motif de la virginité de Marie.Lire aussi  Jésus serait né en moins 7 avant lui-même, ou pourquoi nous devrions fêter l’année 2025

De fait, plusieurs explications ont été données : pour les uns, ces « frères et sœurs » seraient les enfants que Joseph aurait eus d’un premier mariage. Pour les autres (les protestants libéraux, en particulier), ces enfants auraient été conçus par Marie et Joseph après la naissance de leur premier-né ; si cette interprétation préserve le dogme de la naissance sans péché de chair de Jésus, elle contredit néanmoins la doctrine de la virginité perpétuelle de Marie. D’autres encore arguent que le terme signifiant « frère » (ach), en hébreu et en araméen, peut également faire référence à des cousins ou des demi-frères…

On sait d’ailleurs que Jésus a un cousin, appelé lui aussi à une destinée fameuse : Jean le Baptiste, reconnu comme un éminent prophète du judaïsme et mentionné en dehors des évangiles, par le récit de l’historien juif Flavius Josèphe au Ier siècle. C’est Jean le Baptiste qui inaugure la vie publique de son cousin, alors âgé d’une trentaine d’années, en procédant à son baptême sur les rives du Jourdain (Matthieu 3, 13-17). Jésus se serait ensuite rendu dans le désert pendant quarante jours : c’est l’épisode de la « Tentation », durant laquelle il parvient à résister aux sirènes de Satan, nous dit le Nouveau Testament.

« Un glouton et un ivrogne »

Débutera ensuite une intense activité de prédicateur itinérant. Jésus se déplace beaucoup, donne de nombreux enseignements et opère des miracles, tous abondamment relatés dans les évangiles – qui le dépeignent comme un « glouton et un ivrogne » (Matthieu 11, 19), loin de l’image ascétique que l’on pourrait s’en faire. Mais cette période sera très brève : après son dernier repas (la Cène), le texte biblique relate qu’il est arrêté sur la dénonciation de Judas, sans que le motif en soit vraiment clair.

Impossible, pour l’historien, de se prononcer sur la véracité de la résurrection, qui relève de la foi

L’homme dérange. Avec ses prêches fougueux et les guérisons spectaculaires qu’on lui prête, il provoque des mouvements de foule considérables et représente une menace à l’ordre public, autant aux yeux de l’occupant romain qui dirige alors le pays que des chefs juifs. Le Nazaréen est ainsi crucifié, non loin de Jérusalem, sur le lieu-dit Golgotha (le « lieu du crâne »), la veille de la Pâque. Quelques jours plus tard, il aurait été « ressuscité d’entre les morts » (Romains 10, 9). Impossible, pour l’historien, de se prononcer sur la véracité de cet épisode, qui relève de la foi.Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Pourquoi Jésus est un des plus grands prophètes de l’islam

Ce qui est sûr, c’est que « l’événement de Pâques » va entraîner une ébullition considérable autour de la personne de Jésus. D’annonciateur d’un message, il devient objet de vénération. Et de fantasmes : très tôt, les chrétiens, mais aussi les croyants d’autres traditions religieuses (juifs et musulmans, notamment), vont s’employer à extrapoler la vie de Jésus pour en combler les blancs.

Cet article a initialement été publié dans Le Monde des religions n° 68, novembre-décembre 2014.

Virginie Larousse


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

at Praesent tristique quis ut libero et, fringilla dictum ipsum
%d blogueurs aiment cette page :