Café: Un deuxième comité d’experts

Le Comité analyse recherche et expertise (Care), installé mardi par le chef de l’Etat, sera dirigé parla découvreuse du virusdu sida, Françoise Barré- Sinoussi. Il se veut plus opérationnel que le Conseil scientifique présidé par Jean-François Delfraissy.

Deux semaines après la création du Conseil scientifique présidé par le professeur Jean-François Delfraissy.

Emmanuel Macron installe le Comité analyse recherche expertise (Care). Présidé par la découvreuse du virus du sida, Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel, virologue à l’Institut Pasteur-Inserm, composé de douze médecins et chercheurs pour conseiller le ministre de la Santé, Olivier Véran, et la ministre de la Recherche, Fré-

dérique Vidal, sur les décisions médicales et scientifiques à prendre face au Covid-19. 

Deux mandats distincts et complémentaires

Ce comité, qui devra pouvoir se prononcer en quarante-huit heures, est plus technique et plus directement opérationnel que le Conseil scientifique. Il rendra  ses avis directement au président de la République et au Premier ministre. 

« Le Conseil scientifique propose un éclairage scientifique, public et indépendant qui peut orienter les politiques publiques, alors que le Care est un organisme

d’expertise rapide, qui rend des avis d’opportunité sur des questions précises », explique-t-on au ministère de la Santé.

Le Conseil scientifique a par exemple été consulté avant de décider de maintenir le premier tour des élections municipales ou de mettre en œuvre la fermeture des écoles ou le confinement de la population. Le Care doit, quant à lui, accompagner la réflexion desautorités sur la doctrine en matière de tests et la capacité à la mettre en application. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a en effet annoncé qu’il souhaitait faire monter en puissance la capacité nationale de dépistage en prévision de la sortie de confinement.

Innovations technologiques

Le Care doit aussi se prononcer sur les innovations technologiques. Par exemple, éclairer le gouvernement sur « l’opportunité de la mise en place d’une stratégie numérique d’identification des personnes ayant été au contact de personnes infectées ». Il doit assurer le suivi des essais cliniques et des avancées en termes de vaccins et de tests, en France et à l’étranger. 

Share

Related Articles

0 Comments

No Comments Yet!

There are no comments at the moment, do you want to add one?

Write a comment

Only registered users can comment.

EN VENTE ACTUELLEMENT

Abonnez-vous à notre newsletter

Archives

Phasellus non fringilla lectus adipiscing mattis odio mi, Nullam venenatis dapibus
%d blogueurs aiment cette page :