ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

Covid-19 et ses conséquences pour la diplomatie des Caraïbes

Covid-19 et ses conséquences pour la diplomatie des Caraïbes
août 27
09:13 2020

Article de Sir Ronald Sanders

Mardi 25 août 2020 – (L’écrivain est ambassadeur d’Antigua-et-Barbuda auprès des États-Unis et de l’Organisation des États américains. Il est également Senior Fellow à l’Institute of Commonwealth Studies, Université de Londres et au Massey College, Université de Toronto. Les opinions exprimées sont entièrement les siennes).

La pandémie COVID-19 limite fortement le travail de la diplomatie. Elle pourrait avoir un effet négatif durable sur les relations internationales si la découverte d’un vaccin continue d’échapper aux chercheurs mondiaux pendant encore longtemps.

Les contacts interpersonnels sont essentiels au travail diplomatique, à tous les niveaux, car ils permettent de nouer des relations, d’essayer d’aplanir les divergences ou, du moins, de conclure un accord – même s’il s’agit de reporter des décisions qui divisent.

Mais les protocoles de gestion du coronavirus ont mis un terme à ces contacts. Les réunions et les conférences physiques ont été remplacées par des réunions virtuelles sous contrainte et sous la camisole de force. Les restaurants, connus pour être des lieux de négociation, sont fermés. Il en résulte que les discussions officieuses sont tout simplement impossibles. Rares sont ceux qui, dans le monde diplomatique, ne supposent pas que les appels téléphoniques et les discussions sur les plates-formes numériques virtuelles ne sont pas enregistrés – on en dit donc le moins possible, ce qui limite les possibilités de compromis.

Depuis mars, il est impossible pour les diplomates des organisations internationales, telles que les organes des Nations unies et l’Organisation des États américains (OEA), de mener des réunions en face à face, que ce soit dans le cadre de conseils ou de discussions individuelles.

À Washington, par exemple, les bâtiments du gouvernement américain, les bureaux des membres du Congrès américain et les ambassades ont été fermés au public, la plupart des fonctionnaires et des diplomates étant obligés de travailler depuis leur domicile. Les réunions, conférences et discussions bilatérales ont dû être organisées sur des plateformes numériques virtuelles comme Zoom et Kudo. Mais si ces réunions sont mieux que rien, elles sont inadaptées à la tâche de la diplomatie, qui repose en grande partie sur les contacts interpersonnels.

L’OEA tient désormais toutes les réunions de son Conseil permanent et de ses comités par le biais d’une plateforme virtuelle. Par la suite, les représentants s’adressent les uns aux autres. L’occasion d’un dialogue qui pourrait contribuer à combler le fossé entre les gouvernements est perdue. Les réunions manquent de spontanéité et de souplesse. Souvent, elles sont interrompues par des défaillances technologiques.

Le préjudice le plus important pour la diplomatie multilatérale est que les diplomates ne peuvent pas négocier efficacement par des moyens virtuels désincarnés. Par exemple, la négociation de résolutions et de déclarations est un processus laborieux dans lequel chaque mot compte. Un seul mot peut changer à la fois le sens et l’intention. C’est pourquoi on accorde une grande attention aux conséquences de l’utilisation d’un mot pour un pays. Par exemple, les mots “changement climatique” et “réchauffement de la planète”, tout comme ils représentent l’existence et la survie des petits États, évoquent une importance différente pour les pays industrialisés, en particulier ceux qui nient l’existence de ces deux phénomènes. Les négociations intenses, nécessaires pour parvenir à un accord, voire à une entente, sur l’utilisation de ces termes, sont sapées par la nature restreinte des réunions en ligne.

L’un des grands défis que l’OEA devra relever en octobre sera de persuader les ministres des affaires étrangères de 33 pays de s’asseoir devant leur ordinateur à la maison pendant deux jours pour participer à l’Assemblée générale de l’Organisation, son organe décisionnel suprême. La réunion aura un nom, mais sa qualité sera gravement compromise.

Les Assemblées générales sont plus efficaces car elles permettent aux ministres de se parler en dehors du Conseil formel. C’est dans les couloirs et les salons que les problèmes sont surmontés, que de nouvelles relations se nouent et que les anciennes se renforcent. Il n’y aura pas de telles possibilités cette année. En effet, une série de nouveaux ministres des affaires étrangères, dont trois nouveaux venus de Guyane, du Suriname et de Trinidad et Tobago, n’auront pas la chance de rencontrer leurs homologues des États-Unis, du Canada et d’Amérique latine.

Le problème est également aigu aux Nations unies, tant au niveau du Conseil de sécurité que de l’Assemblée générale. Jusqu’en juillet, le Conseil de sécurité ne pouvait pas voter sur des questions importantes car son règlement ne permet pas un tel vote lors de réunions informelles, ce qui caractérise les réunions virtuelles.

Récemment, les représentants se sont réunis physiquement une fois par semaine pour voter sur certaines questions importantes, mais, malgré cela, le travail du Conseil de sécurité est grandement retardé et entravé. De manière significative, cela a convenu aux grandes puissances qui ont profité de la paralysie du Conseil de sécurité pour faire avancer leurs positions nationales, voire leur rivalité.

De même, à l’Assemblée générale des Nations unies, aucun système de vote électronique officiel n’a été mis en place car certains membres y résistent encore. Par conséquent, les résolutions ne peuvent être adoptées que par consensus de tous les États membres. Comme un tel consensus ne peut être négocié, seuls des compromis minimaux sont faits. Cela aussi convient aux quelques nations géantes, longtemps intolérantes des nombreux pays nains.

Tout cela fait du monde un endroit moins sûr. Cela donne l’occasion aux pays puissants, qui ont la capacité d’effectuer des voyages non commerciaux, de prendre des dispositions avec d’autres pays, en dehors du système multilatéral. Invariablement, ces arrangements servent les intérêts du gouvernement le plus puissant.

Il ne fait aucun doute que les réunions organisées sur des plateformes virtuelles ont prouvé qu’elles étaient bénéfiques à certaines fins. Si elles se poursuivent, elles permettront aux gouvernements et aux entreprises d’économiser beaucoup d’argent qui, jusqu’à présent, était dépensé pour les voyages et l’hébergement. Elles devraient être conservées pour les réunions de routine sur des questions non controversées.

Mais pour les négociations difficiles et les questions qui exigent une négociation minutieuse, les réunions virtuelles ne sont pas utiles à la diplomatie dont l’efficacité dépend des contacts interpersonnels, de l’établissement de relations et de la capacité à explorer des possibilités qui ne sont pas officiellement sur la table.

Les petits États, comme ceux de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), sont laissés de côté – et à la traîne. Contrairement aux États puissants, ils ont besoin d’un système multilatéral qui fonctionne pour représenter leurs intérêts – à l’heure actuelle, ce système est encore plus fracturé qu’il ne l’était avant COVID-19.

Les effets de la pandémie ont limité la diplomatie des États des Caraïbes, notamment leur capacité à négocier avec les nations dont les politiques les affectent le plus.

Cette situation exige des politiques plus cohérentes de la part des gouvernements de la CARICOM et une action collective de la part de tous dans chaque organisation


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Statistique du site sur 1 an

  • 499 744 visites

Plus que 10 jours pour voter pour notre bibliothécaire martiniquaise qui le mérite !

A VOIR absolument !

LE RELAIS POUR LA VIE : UNE COURSE POUR CEUX QUI SOUFFRENT !

Antilla de cette semaine à lire de suite en s’abonnant…

MATJOUKANN : Le 1er Festival d’architecture en Martinique

archives

NOS DIFFÉRENTES RUBRIQUES

%d blogueurs aiment cette page :
Antilla1

GRATUIT
VOIR