Iedom : 2010, reprise en demi-teinte

Philippe La Cognata (MI)

L’Institut d’émission des départements d’outremer a récemment présenté le bilan de l’année 2010 en Martinique. Reprise, es-tu enfin à l’horizon ?

 

Concernant les prix à la consommation, l’étude de l’Iedom indique une baisse des prix de l’alimentation et des produits manufacturés (- 0,2 et – 0,3 %) ; baisse qui aurait permis de limiter l’impact de la hausse des prix de l’énergie (+12,5 % sur un an). Tout conducteur pourra sans doute en attester : fin 2010, les prix du super sans plomb et du gazole ont retrouvé des niveaux supérieurs (respectivement de 15,8 et 18,8 %) aux prix en vigueur un an plus tôt. La consommation des ménages (« principal moteur de la croissance économique ») a montré quelques signes de reprise. Les importations de biens de consommation ont augmenté de 16 % (+ 1,9 % par rapport à 2008). Selon l’étude, cette consommation a bénéficié du « plein effet » de mesures sociales (RSTA notamment), d’une concurrence accrue dans la grande distribution, et de la vigueur du marché automobile en fin d’année (prime à la casse). Précisément, les immatriculations de véhicules particuliers neufs ont progressé d’environ 0,4 % sur l’année (après -3,9 % en 2009). L’encours bancaire des crédits à la consommation, « souvent destinés à l’achat d’automobiles ou de biens durables », s’est stabilisé (- 0,2 %, contre – 6 % en 2009). Toujours selon la note de l’Iedom, cette progression a eu lieu en dépit du niveau toujours élevé du chômage et des difficultés de trésorerie des ménages – le nombre de retraits de cartes bancaires a augmenté de 16,2 % sur un an, et le nombre de dossiers de surendettement, de 26,3 %.

La reprise de la « demande intérieure » a entraîné une augmentation significative des importations en valeur, qui augmentent de 25,3 % sur l’année 2010. La progression des importations a été amplifiée par des restockages (en raison d’une baisse d’activité et de difficultés de trésorerie, des entreprises avaient procédé à des déstockages en 2009, ndr), ainsi que par la reprise de la consommation. Les importations de biens des industries automobiles ont nettement progressé (+ 20 %), et la hausse des exportations (+ 19,9 %) a principalement été portée par celle des produits agricoles (+ 129,7 %).

 

Concernant le secteur du tourisme, le nombre de passagers à l’aéroport (1,6 million) se redresse de 4,1 % (après – 4,8 % en 2009). Il s’agit là selon l’Iedom, d’une évolution néanmoins en deçà de la reprise du tourisme mondial en 2010 (+ 6,7 %). Sur la croisière, 74.000 passagers ont fait escale en Martinique (+ 21,5 %) ; et ce, en dépit de la réduction du nombre de navires (92, contre 102 en 2009). Situation très moyenne quant au taux d’occupation des hôtels, qui affiche 47,6 % en 2010 (contre 47,8 % en 2009, et 54,6 % en 2008). La situation financière du secteur hôtelier reste difficile. Le passage de l’ouragan Tomas (en octobre dernier), a entraîné une perte d’environ 10.000 tonnes dans la production de bananes (qui a cependant continué de progresser en 2010, retrouvant un niveau antérieur au passage du cyclone Dean). La campagne cannière a été également perturbée par les aléas météorologiques  :  202.000  tonnes  broyées  (- 9,4 % par rapport à 2009). En matière de rhum agricole enfin, les distilleries ont produit 68 milliers d’hectolitres d’alcool pur (HAP) – en retrait de 3,7 % sur un an –, alors que le marché du rhum à l’export a augmenté de 26,5 % en volume HAP.

A en croire cette étude, la résorption des difficultés de nos « secteurs-clés » – le BTP et le tourisme (« à forte densité de main d’œuvre ») –, devrait conditionner le rebond tant espéré de l’économie martiniquaise.

Mike Irasque.

A l’issue de cette présentation, nous avons interrogé le directeur de l’Iedom Martinique. (voir l’interview dans le magazine)

 

Related Articles

En vente cette semaine en Kiosques

MozART GROUP Bobby McFerrin

Les Téléspeakerines Martiniquaises:✰Sylvette Cabrisseau & Michelle Ma…

Archives

risus sed leo dictum ut sit
%d blogueurs aiment cette page :