ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

 Le fil info

La Cour de justice des Caraïbes offre aux parties en Guyane la voie de l’État de droit

La Cour de justice des Caraïbes offre aux parties en Guyane la voie de l’État de droit
juin 30
20:00 2020
Temps de lecture : 4 minutes

Article de Sir Ronald Sanders

Vendredi 26 juin 2020 –

(L’écrivain est ambassadeur d’Antigua-et-Barbuda aux États-Unis et à l’Organisation des États américains. Il est également Senior Fellow à l’Institute of Commonwealth Studies de l’Université de Londres et au Massey College de l’Université de Toronto. Les opinions exprimées sont entièrement les siennes)

Des attaques inutiles et destructrices ont été menées par des membres dirigeants et des partisans zélés du gouvernement intérimaire de l’APNU-AFC au Guyana contre tous ceux dont ils désapprouvent la position. Les cibles sont les organisations internationales, les chefs de gouvernement de la CARICOM, les autres gouvernements qui ont été des partenaires majeurs de la Guyane et leurs représentants diplomatiques.

Toutes ces institutions, gouvernements et leurs représentants ont demandé instamment aux partis politiques du Guyana d’accepter un engagement qu’ils ont solennellement pris. Cet engagement consistait à accepter un recomptage national des votes exprimés lors des élections générales du 2 mars comme base pour le résultat des élections.

Hormis son lobbyiste rémunéré à Washington, DC, Bart Fisher, qui a réussi à imprimer une opinion dans l’obscure publication, le Washington Examiner, les recherches n’ont pas révélé de partisans crédibles de la position belligérante adoptée par l’APNU-AFC de rejeter le recomptage national que le président David Granger a contribué à initier et auquel il a déclaré qu’il serait lié.

La position de l’APNU-AFC est malheureuse. Le parti, ou du moins ses deux principales composantes, le Congrès national du peuple et l’Alliance des travailleurs, ont une place légitime dans la vie politique du Guyana. Ces places devraient être préservées, car chaque pays a besoin de partis politiques qui proposent des idées de bonne gouvernance et se tiennent prêts à former un gouvernement selon la volonté du peuple exprimée par les urnes. Ces partis ont également besoin que les Caraïbes et la communauté internationale reconnaissent qu’ils sont des entités démocratiques, prêtes à faire avancer leurs idées avec vigueur et à accepter le jugement des électeurs.

Ils gaspillent le respect et les encouragements de la communauté régionale et internationale lorsqu’ils recourent à des insultes et à des calomnies contre les chefs de gouvernement et les institutions comme seul moyen de défense pour refuser d’accepter un recomptage transparent et entièrement supervisé qui ne leur convient pas.

Les récentes agressions contre le Premier ministre de la Barbade, Mia Mottley, en tant que présidente de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) sont répugnantes. Mme Mottley s’est acquittée de son devoir envers les États membres de la CARICOM, y compris la nation du Guyana et la Charte de la société civile dont le Guyana est signataire. Elle a exprimé sa « tristesse » face aux événements survenus au Guyana qui ont fait que le résultat d’une élection, tenue le 2 mars, n’a pas été proclamé plus de trois mois plus tard, et elle a répété que le rapport des scrutateurs de la CARICOM « reflète le résultat du processus de recomptage tel que certifié par le personnel même de la Commission électorale du Guyana et constaté par les représentants des partis politiques ».

Rien de ce que le Premier ministre Mottley a dit n’était faux. Il est donc affligeant que le parti du président Granger ait été encouragé à dire que sa déclaration « semble destinée à exercer une pression indue sur la Cour de justice des Caraïbes (CCJ) ». Imputer au Premier ministre Mottley un motif aussi déshonorant est inacceptable et injuste.

La CCJ a été saisie de cette affaire en tant que juridiction d’appel finale du Guyana. L’opposition, le Parti progressiste du peuple (PPC/C) et d’autres font appel d’une décision de la Cour d’appel du Guyana, qui a ordonné une interprétation des termes « des votes plus valables sont exprimés » et un sursis de sa décision pendant trois jours. Les demandeurs affirment que la décision était erronée pour de nombreuses raisons, notamment parce que la cour d’appel n’était pas compétente pour entendre et déterminer l’avis de requête. L’APNU-AFC a soutenu que la CCJ n’était pas compétente pour entendre l’affaire, affirmant que la décision de la Cour d’appel du Guyana est définitive.

Non contents de présenter des arguments juridiques à la CCJ pour établir leur cause, les fanatiques de l’APNU-AFC se sont tournés vers l’élargissement de leurs attaques pour inclure le président de la CCJ, Adrian Saunders. Dans une page web construite pour la propagande politique avec un écrivain non divulgué, ils affirment que le Premier ministre de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Ralph Gonsalves, le chef de gouvernement le plus ancien de la région qui a conduit son pays à l’élection d’un siège non permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, a un parti pris contre eux et que le juge Saunders sera influencé par son amitié avec Gonsalves pour se prononcer contre le substitut de l’APNU-AFC dans cette affaire.

L’attaque contre le juge Saunders est répréhensible car elle est sans fondement. A la Cour suprême des Caraïbes orientales, Saunders a par deux fois rendu un jugement contre des affaires dans lesquelles Gonsalves était l’avocat principal. En outre, l’indépendance judiciaire de Saunders est reconnue au niveau international, notamment par l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime, dont il fait partie du conseil consultatif. Le juge Saunders sera également accompagné lors de l’audience par au moins cinq autres juges éminents dont la réputation est tout aussi intacte.

Heureusement, ceux qui étaient convaincus que les juges de la Cour d’appel du Guyana étaient compromis par des liens familiaux et autres, ne se sont pas non plus permis de jeter des accusations sur leur intégrité judiciaire.

Luis Almagro, le secrétaire général de l’Organisation des États américains, a résumé cette triste histoire en déclarant « Il est indéniable que cette élection a assez duré. Il faut mettre fin au processus en Guyane, sur la base des résultats du recomptage national, et dans le respect de la volonté de la majorité des électeurs ».

Les juges de la CCJ offrent cette opportunité concluante. Ils ont tenu une longue séance de gestion de l’affaire le 25 juin, avec toutes les parties concernées, à l’exception du directeur général des élections, Keith Lowenfield, qui a écarté le rapport de la CARICOM sur le recomptage et invalidé plus de 115 000 votes. Il a choisi de ne pas faire de déclaration ou de ne pas se faire représenter par un avocat, et donc de ne pas être interrogé par le tribunal lors de l’audition de l’affaire. Les audiences commenceront, après la présentation des observations écrites, le 1er juillet.

L’audience de la CCJ et la décision finale donneront aux parties en Guyane une chance d’adhérer à l’État de droit, de se comporter légalement et de sauver leur propre statut et celui du pays. Elles devraient la saisir.

Réponses et commentaires précédents : www.sirronaldsanders.com

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :