ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

Le changement climatique tue les Caraïbes les unes après les autres

Le changement climatique tue les Caraïbes les unes après les autres
août 04
14:45 2020

Article de Sir Ronald Sanders

(L’écrivain est Ambassadeur d’Antigua-et-Barbuda aux États-Unis et à l’Organisation des États américains. Il est également Senior Fellow à l’Institute of Commonwealth Studies, Université de Londres et au Massey College, Université de Toronto. Les opinions exprimées sont entièrement les siennes.)

Au milieu du travail acharné pour faire face aux effets à la fois sur la santé publique et sur l’économie du COVID-19 sur leurs populations, les gouvernements des Caraïbes peuvent être pardonnés d’avoir abandonné leur garde contre les dangers existentiels posés par le changement climatique.

Mais leur garde doit être relevée à nouveau. Les dangers s’agrandissent; ils ont besoin d’une attention continue et complète, comme le rappelle la saison des ouragans actuelle.

La différence entre la pandémie COVID-19 et le changement climatique, c’est que si les circonstances que la maladie a engendrées semblent interminables, elles passeront ou seront considérablement améliorées à moyen terme, mais les effets du changement climatique devraient s’aggraver pour un très Longtemps.Les rapports indiquent que la planète pourrait voir une plus grande augmentation de la température au cours des 50 prochaines années qu’au cours des 6000 années précédentes combinées. Des études récentes montrent qu’aujourd’hui, un pour cent du monde est une zone chaude, dans laquelle la vie est à peine possible. On prévoit maintenant que, d’ici 2070, ce chiffre passera à 19%.

Dans 50 ans, cela peut sembler lointain, sans action immédiate. Cependant, la destruction du réchauffement climatique et de l’élévation du niveau de la mer, scientifiquement liées au changement climatique, est relutive. Alors qu’en 2070, son impact sera grave, chaque année, jusque-là, il affectera presque tous les aspects de la vie humaine de manière négative et sévère, de manière progressive. Et, chaque année, les secteurs productifs essentiels des économies des Caraïbes seront régulièrement érodés, notamment l’agriculture, la pêche et le tourisme.

Par conséquent, les communautés agricoles seront chassées de terres qui cesseront d’être arables ou qui seront soumises à des conditions météorologiques si rapides que les cultures seront détruites année après année. Ce modèle est déjà apparu en Amérique centrale, provoquant la migration des agriculteurs à la fois à l’intérieur des pays et au-delà des frontières. Les réfugiés, qui tentent désespérément d’entrer aux États-Unis par sa frontière sud, sont un témoignage vivant du dérèglement climatique.

Le 23 juillet, ProPublica et le New York Times Magazine ont publié un article sur la migration climatique, qui fait la chronique du grand nombre de personnes, en particulier d’agriculteurs, à travers le monde qui sont devenues des réfugiés. La publication cite un rapport de la Banque mondiale de 2108 qui dit, si rien n’est fait, d’ici 2050 «il y aura 143 millions de migrants climatiques internes dans trois régions du monde». En Amérique latine et dans les Caraïbes, ce chiffre pourrait atteindre 17 millions. Les Caraïbes ont déjà vu de tels réfugiés – la Dominique, sans interruption depuis 1979; Antigua-et-Barbuda en 2017; et les Bahamas en 2019. Heureusement, ces réfugiés pourraient être hébergés à l’intérieur des frontières nationales ou dans les pays voisins; les portes des autres pays étaient verrouillées.

Ce phénomène met en lumière le grand problème de notre temps. Les pays riches sont parmi les plus grands contributeurs au réchauffement climatique et à l’élévation du niveau de la mer, provoquant des migrations et des réfugiés. Pourtant, bon nombre d’entre eux à travers le monde – les États-Unis en Amérique du Nord; La Grande-Bretagne, la France et l’Italie en Europe, et l’Australie dans le Pacifique – se contentent de fournir des fonds pour aider les pays touchés, tout en fermant leurs frontières aux migrants. Alors que cette tendance se poursuit, les migrants des Caraïbes n’auront aucun endroit où aller.

Les effets du réchauffement climatique au cours des cinq dernières décennies ont dévasté la production agricole. Les pays de la CARICOM, à l’exception du Belize et de la Guyane, sont désormais des importateurs nets de produits alimentaires. Au moins sept des 14 pays importent plus de 80 pour cent de la nourriture qu’ils consomment, ce qui entraîne la facture annuelle des importations alimentaires de la région estimée en 2019 à 5 milliards de dollars américains.

Cette grave vulnérabilité a été révélée de manière alarmante par la pandémie du COVID-19, alors que les recettes en devises des pays ont diminué. Des choix rigoureux ont dû être faits concernant les achats à l’étranger. La priorité devrait-elle être les médicaments, la nourriture ou les matériaux de construction? Cela a poussé les gouvernements à encourager une production alimentaire plus locale.

Cependant, ces efforts tardifs dans le domaine de l’agriculture seront contrariés, voire annulés, par un changement climatique non perturbé. La chaleur extrême, les sécheresses, les inondations, l’empiètement de l’eau salée en raison de l’élévation du niveau de la mer et des tempêtes ont nui à la productivité agricole et causé des hausses des prix des denrées alimentaires et des pertes de revenus. Ces événements ont anéanti les récoltes, mis les agriculteurs en faillite et les ont forcés à la faillite, dans de nombreux cas de façon permanente. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, une baisse du rendement des cultures de 10 à 25 pour cent pourrait être prévalente d’ici 2050 en raison du changement climatique.

Les effets sur le tourisme seraient également dévastateurs. Qu’il suffise de dire que les défis et les dangers posés par le réchauffement climatique et l’élévation du niveau de la mer se multiplient, exigeant des réponses vigoureuses et soutenues aux niveaux national, régional et international.

Même maintenant, les agences gouvernementales nationales devraient conjuguer leurs efforts pour intégrer les effets du changement climatique dans leur planification économique. Cette planification devrait s’appuyer sur des recherches et des données scientifiques. Les plans nationaux devraient également s’intégrer dans un plan d’action régional. Un plaidoyer international coordonné sur le sort des Caraïbes devrait faire partie intégrante du plan.

À Washington, DC, les ambassadeurs de la CARICOM ont entamé une action de sensibilisation internationale en sollicitant le pouvoir de rassemblement de l’Organisation des États américains (OEA) et de son Secrétaire général, Luis Almagro. L’idée à laquelle Almagro a donné son plein soutien est de rassembler les principales institutions financières et de développement pour envisager des actions visant à sauver les Caraïbes des conséquences catastrophiques d’un changement climatique effréné. Il y a de bonnes raisons d’accorder une attention particulière aux Caraïbes; il représente moins d’un pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre et subit des impacts extrêmement disproportionnés.

Les actions, comme celle prise par le Secrétaire général de l’OEA, devraient être garanties par d’autres chefs d’institutions multilatérales telles que le Commonwealth dont les pays des Caraïbes sont membres.

Depuis 2010, plus de 30 études visant à quantifier les impacts économiques du changement climatique sur divers secteurs vulnérables des Caraïbes. ont été menées. Par conséquent, la nature et la portée du problème sont bien connues; il est temps d’arrêter les études et de démarrer l’action.

Selon les mots du poète Dylan Thomas: «Des hommes graves, proches de la mort, qui voient avec une vue aveuglante; rage, rage contre la mort de la lumière ». Et faites-le depuis les toits du monde.

Réponses et commentaires précédents:  www.sirronaldsanders.com


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

publiez vos ANNONCES Légales

Consultez les annonces légales

ANTILLA N°2013 – février 2023

Consultez la newsletter de AMI !

archives

NOS DIFFÉRENTES RUBRIQUES

%d blogueurs aiment cette page :
Antilla1

GRATUIT
VOIR