ANTILLA MARTINIQUE | Avec vous depuis 1981

L’icône des droits civils et membre du Congrès de Géorgie John Lewis est décédé la semaine dernière, rapporte CNN.

L’icône des droits civils et membre du Congrès de Géorgie John Lewis est décédé la semaine dernière, rapporte CNN.
juillet 28
03:01 2020

Bravo, bon et fidèle serviteur.

Lewis est né le 21 février 1940 dans la campagne de l’Alabama, fils de métayers qui a consacré sa vie à lutter pour la justice. A tout juste 18 ans, une lettre que Lewis a écrite au Dr. Martin Luther King Jr. sur son désir d’intégrer l’Université de Troy, lui permettrait de mettre les pieds sur le chemin de la justice. Bien que King l’ait soutenu, en amenant Lewis à Montgomery, en Alabama, pour discuter de son plan, Lewis a finalement décidé de ne pas le faire, préférant aller dans le Tennessee à la place. Il a obtenu son diplôme du Séminaire théologique baptiste américain et a ensuite obtenu une licence à l’Université de Fisk en 1967. Pendant ses études, il a étudié les stratégies de protestation non violente, participant à certains des tout premiers sit-in à Nashville.

Le célèbre leader a finalement rejoint les Freedom Riders et, à l’âge de 23 ans, il est devenu la plus jeune personne à prendre la parole lors de la marche historique de 1963 sur Washington. En 1965, Lewis était président du Comité de coordination des étudiants non violents (SNCC), où il a aidé à diriger les protestations qui ont traversé le pont Edmund Pettus à Selma, en Alabama, pour marcher pour le droit de vote. C’est au cours de cette marche que Lewis a été brutalement battu par la police, recevant une fracture du crâne, lors de ce qui est devenu le “Bloody Sunday”. Cette brutalité choquante a contribué à déclencher un soulèvement dans tout le pays, qui a finalement conduit à un large soutien de la loi sur le droit de vote de 1965.

“Parfois, quand je regarde en arrière et que j’y pense, comment avons-nous fait ce que nous avons fait ? Comment avons-nous réussi ? …Mais j’ai senti que lorsque nous étions assis sur ces tabourets de comptoir, ou que nous faisions la Freedom Ride, ou que nous marchions de Selma à Montgomery, il y avait un pouvoir et une force. Dieu Tout-Puissant était là avec nous. J’ai donné un peu de mon sang sur ce pont. J’ai cru que j’allais mourir. J’ai cru voir la mort”, a dit un jour Lewis.

Malgré les horreurs qu’il a affrontées pendant six décennies dans son combat pour les droits civils, Lewis n’a jamais perdu espoir et il n’a jamais perdu son engagement pour la justice. Il a continué à servir, en tant que directeur du projet d’éducation des électeurs de 1971 à 1977, où il a inscrit 4 millions de minorités pour voter. En tant que directeur associé de l’agence fédérale de bénévolat ACTION nommé par le président Jimmy Carter. En tant que conseiller municipal à Atlanta, Géorgie, en 1981. Et ensuite comme membre du Congrès en Géorgie, ayant été élu en 1986 et occupant ce poste jusqu’à son décès.

C’est avec un chagrin inconsolable et une tristesse durable que nous annonçons le décès du représentant américain John Lewis. Il était honoré et respecté comme la conscience du Congrès américain et une icône de l’histoire américaine, mais nous le connaissions comme un père et un frère aimant. Il a été un fervent défenseur dans la lutte permanente pour exiger le respect de la dignité et de la valeur de chaque être humain. Il a consacré toute sa vie à l’activisme non-violent et a été un défenseur acharné de la lutte pour une justice égale en Amérique. Il nous manquera beaucoup”, a déclaré la famille de Lewis dans une déclaration.

Tout au long de ses plus de trois décennies au Congrès, Lewis a continué à incarner le même esprit qu’il avait lorsqu’il a débuté comme jeune homme. Il a occupé le poste de premier adjoint au whip en chef du parti démocrate et a été membre de la commission des voies et moyens de la Chambre des représentants. Il s’est battu contre la pauvreté, pour les droits des LGBTQ, pour le contrôle des armes à feu, pour une meilleure éducation et des soins de santé. Il a soutenu le sénateur Barack Obama lorsque sa candidature à la présidence semblait encore impossible. Il a continué à soutenir les jeunes organisateurs, les soutenant et les appuyant de toutes les manières possibles. En 2010, le président Barack Obama lui a décerné la plus haute distinction civile, la Médaille présidentielle de la liberté.

Récemment, après le meurtre de George Floyd, Lewis a de nouveau prononcé des paroles qui ont servi de lumière dans un endroit sombre pour notre nation, en disant : “J’ai entendu le Dr Martin Luther King Jr. dire en de nombreuses occasions : “L’arc de l’univers moral est long, mais il penche vers la justice”. Je crois toujours que nous y arriverons. Nous allons racheter l’âme de l’Amérique, et ce faisant, nous allons inspirer les gens du monde entier à se lever et à s’exprimer”.

Depuis sa mort, des appels ont été lancés pour que le pont Edmund Pettus soit rebaptisé en l’honneur de Lewis, et une pétition de change.org a recueilli plus d’un demi-million de signatures à ce jour. La mort de Lewis est survenue quelques heures seulement après celle de son ami et allié en justice, le révérend C.T. Vivian, leader des droits civils.

Le membre du Congrès John Lewis est décédé après une courte bataille contre le cancer. Il avait 80 ans.

Photo avec l’aimable autorisation de Brinley Hineman/Associated Press


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/backup2311/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Partager

Articles semblables

0 Commentaires

Aucun commentaire encore!

Il n'y a aucun commentaire pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrivez un commentaire

Ecrivez un commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Statistique du site sur 1 an

  • 499 559 visites

Plus que 10 jours pour voter pour notre bibliothécaire martiniquaise qui le mérite !

A VOIR absolument !

LE RELAIS POUR LA VIE : UNE COURSE POUR CEUX QUI SOUFFRENT !

Antilla de cette semaine à lire de suite en s’abonnant…

MATJOUKANN : Le 1er Festival d’architecture en Martinique

archives

NOS DIFFÉRENTES RUBRIQUES

%d blogueurs aiment cette page :
Antilla1

GRATUIT
VOIR