Pourquoi le film de James Baldwin, The Fire Next Time, est toujours d’actualité

Pourquoi le film de James Baldwin, The Fire Next Time, est toujours d’actualité

Pour James Baldwin (1924-1987), les prémisses fondamentales de la société américaine devaient être revisitées. Comment nous pourrions voir #BlackLivesMatter à travers son regard.
Image: James Baldwin à Londres, 1969 via Wikimedia Commons
Par : Orlando Edmonds 2 novembre

« Est-ce que je veux vraiment être intégré dans une maison en feu ? »

C’est la question, canonisée dans les pages de The Fire Next Time, à laquelle James Baldwin est arrivé en 1962 ; ceux qui participent aujourd’hui à la libération des Noirs sont arrivés à un carrefour similaire. Au cours des trois années tumultueuses qui se sont écoulées depuis que George Zimmerman a été acquitté de la fusillade mortelle de Trayvon Martin, en 2013, Black Lives Matter est devenu un mouvement politique dynamique, galvanisé par les communautés en ligne et les protestations sur le terrain.

Bien que #BlackLivesMatter ne soit qu’une partie de l’histoire de l’action collectivisée des Noirs, c’est un point d’entrée utile. Dans un nouveau court-métrage documentaire, How a Hashtag Defined a Movement, la co-fondatrice du BLM, Alicia Garza, s’entretient avec la réalisatrice Sabrina Schmidt sur la façon dont, à la suite de l’acquittement de Zimmerman, elle a écrit « une lettre d’amour aux Noirs » sur Facebook, qui s’est conclue par une ligne séminale : « Les Noirs ont de l’importance. » Patrisse Cullors, une autre co-fondatrice, a pris l’initiative de mettre un hashtag devant la phrase et de la partager. Elle a rapidement été adoptée par de nombreuses autres personnes exprimant leurs griefs en ligne. Peu après, avec l’aide du troisième cofondateur, Opal Tometi, le hashtag et son influence ont connu une croissance exponentielle, créant un vaste réseau de militants.

Après diverses manifestations à travers les États-Unis, la cause a gagné en dynamisme et en attention internationale. Entre les manifestations de 2014-15 à Ferguson, dans le Missouri, contre l’assassinat de Michael Brown et l’acquittement de son meurtrier, Darren Wilson, et les manifestations qui se sont tenues cette année à Dallas, au Texas, contre les meurtres d’Alton Sterling et de Philando Castile, Black Lives Matter et ses affiliés ont suscité une importante controverse et même de la colère. Les critiques reprochent à BLM de réintroduire le problème de la race et son importance dans une société soi-disant « post-raciale ».

« Michael Brown était mort avant d’être mort », a déploré George Lipsitz, professeur au département des études noires de l’UCSB, lors d’une table ronde à Harvard intitulée « Generations of Struggle ». Tef Poe, co-fondateur de Hands up United, une organisation de justice sociale de Ferguson, a déclaré que, selon lui, « ce qui s’est exactement passé, c’est que le gouvernement américain a déclaré la guerre à une communauté noire. Vous ne pouvez pas voter cela hors d’ici… vous ne pouvez pas philosopher cela hors d’ici. Tous les diplômes du monde ne veulent rien dire quand il y a un tank à cinq minutes de chez ta mère. »

Pour Baldwin, la société américaine elle-même – ses hypothèses fondamentales et sa logique sous-jacente – doit être examinée.
Le Movement for Black Lives présente une plate-forme de revendications spécifiques concernant la justice économique, le pouvoir politique et le complexe industriel et carcéral. La Campagne Zéro offre un aperçu détaillé des problèmes et des solutions proposées pour lutter contre la violence policière aux États-Unis. « Nous pouvons vivre dans un monde où la police ne tue pas les gens en limitant les interventions de la police, en améliorant les interactions avec la communauté et en garantissant la responsabilité », peut-on lire sur leur site web.

Cependant, le mouvement Black Lives Matter est souvent interprété avec cynisme, l’accent étant mis sur sa qualité éruptive, plutôt que de voir les explosions comme une conséquence de ses voix plus calmes qui ne sont pas entendues. À un certain égard, c’est une différence cruciale entre Black Lives Matter et les mouvements de protestation du passé. Patrisse Cullors, dans le documentaire susmentionné, exprime comment
Les anciens droits civils ont vraiment soutenu le discours sur la « respectabilité », sur ce à quoi nous sommes censés ressembler et être. Les gens de Ferguson ont dit : « Non, nous ne sommes pas votre nègre respectable, nous n’allons pas baisser notre pantalon. Nous pensons qu’il faut se montrer dans sa plénitude, sans enfermer des parties de nous-mêmes, sans marginaliser des parties de nous-mêmes, et construire ensemble.

En délimitant de manière préventive certaines formes de comportement politique comme non « respectables », nous risquons de continuer à n’habiter que les anciennes façons de penser sur la façon dont la société devrait, ou pourrait, être organisée. Que la question soit de savoir ce qui doit changer ou qui peut le demander en premier lieu, l’ouverture à des formes d’expression radicales est essentielle pour atteindre des objectifs radicaux.

Baldwin avait prévu la difficulté de ce dilemme, selon lequel le simple fait de demander gentiment par les voies prescrites de la réforme était, dans le meilleur des cas, porteur d’espoir. « Maintenant, il n’y a tout simplement pas de possibilité de changement réel dans la situation des Noirs sans les changements les plus radicaux et les plus profonds de la structure politique et sociale américaine », écrit-il dans The Fire Next Time. La société américaine elle-même – ses hypothèses fondamentales et sa logique sous-jacente – doit être examinée. Malgré ces sentiments, The Fire Next Time trouve rarement sa place dans les discussions d’une position vraiment progressiste sur la libération des noirs


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d698375107/htdocs/wp-content/themes/legatus-theme/includes/single/post-tags.php on line 5
Share

Related Articles

En vente cette semaine en Kiosques

UBUNTU…Un dossier de 24 pages à télécharger gratuitement

Cheikh Anta Diop, le plus grand savant du 20e siècle

Watch President Obama speak — and sing — at White House tribute to Ray…

Archives

elementum commodo ut vulputate, nunc ipsum
%d blogueurs aiment cette page :